La force motrice de l’eau

Licey  La force motrice de l’eau

Le canton de Fontaine Française bénéficie d’un patrimoine industriel important. Autrefois l’industrie sidérurgique était importante patrimoine industriel dans cette partie de la Bourgogne. L’eau, les immenses forêts, et la présence de minerai de fer  furent des richesses ayant tout particulièrement favorisé le développement de l’industrie métallurgique  et permis l’essor de la région, depuis l’époque médiévale jusqu’à la fin du XIX.  A Licey, dès le XVIème siècle, les moines de Bèze possédaient un haut fourneau. En 1838, un acte signé par Louis Philippe atteste d’un droit d’eau octroyé  au bénéfice du sieur Cugnotet propriétaire d’un haut fourneau et d’un patouillet (lavoir à minerai) à Licey sur Vingeanne.  En 1880, Félix Nicolardot a acheté l’ancienne forge et a monté un battoir fixe utilisant la force motrice de l’eau. Son petit fils Roger Nicolardot précise : « Les paysans venaient  battre les gerbes durant la période estivale. L’hiver mon grand père sciait le bois pour les habitants du village et des environs. Mon père a développé la scierie et j’ai pris la suite en 1974. Planches, palettes, caisses, charpentes, tablettes sortaient de la scierie. Nous avons employé jusqu’à 10 ouvriers.  J’ai arrêté en2003, la scierie n’était plus aux normes. Nous utilisions toutes sortes de bois uniquement en provenance de la région. On achetait du bois aux particuliers et aux communes par l’intermédiaire de l’ONF.  J’utilise toujours le droit d’eau pour faire fonctionner les machines, je travaille pour le plaisir. Je fais visiter l’installation, aux promeneurs, aux randonneurs, et à tous qui le désirent. »

A Licey, un bief alimente la scierie, située sur l’emplacement de l’ancienne forge. Ce bief est situé entre l’endroit où la Vingeanne s’engouffre en siphon  sous le canal près de l’écluse située en amont de Licey  et le moulin de Dampierre. Ce bief  alimente une scie à ruban et un charriot à grumes grâce à la force motrice de l’eau accouplée à moteur électrique. Le moteur fonctionnant grâce à la force motrice de l’eau permet de donner plus de force et de réguler la puissance de l’énergie hydraulique. Autrefois l’eau seule faisait fonctionner la scierie.  Une vanne dotée d’une crémaillère permet de faire affluer l’eau, cette force naturelle entraine un impressionnant arbre métallique entrainant à son tour la scie à ruban. Les machines datant pour la plupart du début du siècle dernier fonctionnent toujours pour le plus grand plaisir des amateurs. Une bonne odeur de bois règne toujours au sein de la scierie témoin de la vitalité de la force motrice de la Vingeanne.

Le canton de Fontaine Française bénéficie d’un patrimoine industriel important. Autrefois l’industrie sidérurgique était très présente dans cette partie de la Bourgogne. L’eau, les immenses forêts, et la présence de minerai de fer ont été des richesses ayant tout particulièrement favorisé le développement de l’industrie métallurgique et  a permis  l’essor de la région, depuis l’époque médiévale jusqu’à la fin du XIXème siècle. À Licey, dès le XVIème siècle, les moines de Bèze possédaient un haut fourneau. En 1838, un acte signé par Louis Philippe atteste de l’existence d’un droit d’eau octroyé au bénéfice du sieur Cugnotet propriétaire d’un haut fourneau et d’un patouillet (mécanisme mû par une roue hydraulique servant à laver le minerai) à Licey sur Vingeanne. En 1880, Félix Nicolardot a acheté l’ancienne forge et a monté un battoir fixe utilisant la force motrice de l’eau. Son petit fils Roger Nicolardot précise : « Les paysans venaient battre les gerbes durant la période estivale. L’hiver mon grand père sciait le bois pour les habitants du village et des environs. Mon père a développé la scierie et j’ai pris la suite en 1974. Planches, palettes, caisses, charpentes, tablettes sortaient de la scierie. Nous avons employé jusqu’à 10 ouvriers. J’ai arrêté en 2003, la scierie n’était plus aux normes. Nous utilisions toutes sortes de bois uniquement en provenance de la région. On achetait du bois aux particuliers et aux communes par l’intermédiaire de l’ONF. J’utilise toujours le droit d’eau pour faire fonctionner les machines, je travaille pour le plaisir. Je fais visiter l’installation, aux promeneurs, aux randonneurs, et à tous ceux qui le désirent. »

À Licey, un bief alimente la scierie, située sur l’emplacement de l’ancienne forge. Ce bief est situé entre l’endroit où la Vingeanne s’engouffre en siphon  sous le canal près de l’écluse située en amont de Licey et le moulin de Dampierre. Ce bief alimente une scie à ruban et un charriot à grumes grâce à la force motrice de l’eau accouplée à un moteur électrique. Le moteur fonctionnant grâce à la force motrice de l’eau permet de donner plus de force et de réguler la puissance de l’énergie hydraulique. Autrefois l’eau seule faisait fonctionner la scierie. Une vanne dotée d’une crémaillère permet de faire affluer l’eau, cette force naturelle entraine un impressionnant arbre métallique entrainant à son tour la scie à ruban. Les machines datant pour la plupart du début du siècle dernier fonctionnent toujours pour le plus grand plaisir des amateurs. Une bonne odeur de bois règne au sein de la scierie témoin de la vitalité de la force motrice de la Vingeanne. À une époque où l’énergie se fait rare et chère la force motrice de l’eau n’est pas négligeable.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s