Église Saint Pierre de Montormentier

Lorsque le visiteur pénètre à Montormentier, hameau, situé au carrefour des 3 provinces, à 1,5km de Courchamp et de Sacquenay, il est saisi par la beauté et la tranquillité du lieu. En s’écartant, de la route, il peut découvrir la singulière église de Montormentier. L’église Saint Pierre de Montormentier surplombe la vallée de la Vingeanne au Nord.
L’église est partiellement enterrée, elle est entourée d’un cimetière. Montormentier a été l’église paroissiale de Percey et une nécropole importante. Bâtie aux alentours de l’an 1100, l’église de Montormentier est caractéristique de la période romane. Dès 1170, sous le règne du roi Capétien Louis VII le jeune, Montormentier a son propre prêtre. La partie centrale, plus ancienne est de la fin du XI ème siècle, fin du style roman. Elle est surmontée d’un clocher refait en 1855. Au XIIIème siècle, l’église et son cimetière sont devenus le centre de gravité de la vie religieuse de la région. L’église, se distingue de l’extérieur par des contreforts et par endroit, il persiste les vestiges à l’intérieur de la chapelle d’une Litre, bande de 80 cm de haut, signe d’une chapelle funéraire. Cette litre est visible à l’intérieur de la chapelle des Trestondam datant du XVème siècle. Depuis cette chapelle funéraire, les Trestondam, seigneurs de Montormentier et leurs successeurs pouvaient suivre l’office sans être vu des autres paroissiens. La chapelle dite des Trestondam jouxtant la nef de l’église romane, séparée par une porte surmontée des armes de Guillaume de Trestondam. Attiré par les lieux et leur légende, le seigneur Richard de Trestondam a érigé, au décès de sa femme Henriotte de Saint-Seine, cette chapelle en 1467, destinée aux morts de sa noble famille. On peut observer leur pierre tombale dressée dans cette chapelle dite des Trestondam. On pénètre dans la partie centrale par un porche en pente douce sur lequel on peut observer devant la porte une pierre gravée d’un tau : initiale de temple et d’une croix gravée au-dessus de la porte représentant non pas l’ordre des templiers présent dans la région, notamment à la Romagne mais de Saint-Antoine de Vienne. Toutefois les Templiers puis les Hospitaliers de Jean de Jérusalem étaient possessionné à Montormentier. La nef marquée par un sol en pente est éclairée par trois fenêtres dont la plus ancienne est celle éclairée par un vitrail de Saint-Joseph à l’Est. Les murs étaient autrefois recouverts de peinture comme en témoigne un vestige au dessus de l’autel caché par le plafond, représentant une tête et les épaules d’un ange vu de dos. En entrant on remarque un bénitier avec trois têtes d’hommes et trois fonds baptismaux. Le chœur a pour plafond une voûte formée par le rapprochement des murs ogivaux. Il a comporté encore au début du siècle une porte le séparant de la nef. Il est caractérisé par la présence d’une autre meurtrière. La sacristie, «chapelle des Trestondam » a été la chapelle funéraire de cette famille, durant près de trois siècles, les seigneurs de Percey y ont été inhumés. La chapelle des Trestondam est classée monument historique depuis 1939, la statuaire, installée dans le chœur est composée principalement d’un Saint Pierre couronné d’une tiare et d’une vierge à l’enfant est remarquable, ils ont été classés en 1971.
Encadré : Étymologiquement, Montormentier serait le «Mont des Tourments ». Un bûcher aurait été érigé à Montormentier pour brûler Brunehaut reine d’Austrasie, victime des guerres entre les successeurs de Clovis, trainée par des chevaux de Renève à Montormentier selon la légende. Le village s’étire aux confins des trois régions riches d’histoire et de culture : Bourgogne au sud, Franche-Comté à l’est, Champagne au Nord. Le hameau a compté 17 habitants en 2007, il en compte 30 en 2011.

Publicités

8 commentaires sur “Église Saint Pierre de Montormentier

  1. Merci pour ces informations. Pourriez-vous aussi publier des photos de cette église si originale?
    Je m’intéresse à Montormentier parce que ces terres ont appartenu à Diane de Châteaumorand, l’épouse d’Honoré d’Urfé. Y aurait-il des traces de cette famille dans l’église?

    J'aime

  2. Merci Rémy pour ces informations. L’histoire de notre région est très riche !
    Je me demandais : il y a une rue Brunehaut à Bourberain, y a-t-il un lien avec Brunehaut reine d’Austrasie; et si oui, si son dernier « voyage » passait par Bourberain ?
    Bien à toi

    J'aime

  3. Oui il y a un lien avec la reine Brunehaut reine d’Austrasie et Bourberain. En fait en France, outre la voie sur laquelle Brunehaut a été suppliciée, il existe de nombreux chemins dit de Brunehaut. La reine d’Austrasie aurait contribué à remettre en service de nombreux chemins et de nombreuses voies.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s