La qualité de l’eau en question

Les résultats de l’étude sur l’état des masses d’eau du bassin de la Vingeanne ont été présentés.
Des élus, représentants des associations et des administrations concernées ont assisté à une réunion sur la qualité des eaux du bassin de la Vingeanne.
Jeudi 19 décembre, dans les locaux de la communauté de communes du Val de Vingeanne, a eu lieu une réunion de la commission thématique « Qualité”, dans le cadre du ­comité de rivière du bassin de la Vingeanne ayant pour sujet la présentation des résultats de l’étude sur l’état des masses d’eau du bassin de la Vingeanne.

Cette réunion, présidée par Dominique Matiron, premier vice-président chargé de la commission qualité des eaux, a eu lieu en présence de Jean-Michel ­Rabiet, maire de ­Cusey-Percey (Haute- ­Marne), président du comité de rivière, des représentants de la chambre d’agriculture de la Haute-Marne, de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, du syndicat d’adduction d’eau de la Haute Vingeanne, des fédérations de ­pêche de la Haute Marne et de la Côte-d’Or, de l’AAPPMA de la Haute et Moyenne Vingeanne et des élus du secteur.

Cyrille Bouvier, chargé de mission du bassin de la Vingeanne, coordinateur du ­contrat de bassin à l’EPTB Saône et Doubs, a présenté une synthèse de l’état écologique des masses d’eau analysées (paramètres biologiques et physico-chimiques), suivie d’une comparaison de l’état écologique avec la qualité physique du milieu.
Seize masses d’eau ont été analysées

Une présentation du suivi de reproduction des espèces piscicoles a eu lieu, puis une synthèse de l’état chimique avec 41 substances analysées a été expliquée. Enfin, une synthèse de la pression des pesticides avec 459 micropolluants analysés a été exposée. « Sur les seize masses d’eau, quatre sont dans un état moyen, quatre dans un état médiocre et deux en mauvais état. L’état écologique est en adéquation avec l’état morphologique du cours d’eau. Les altérations morphologiques sont corrélées avec la densité de nids de fraies qui est relativement ­faible », a souligné Cyrille Bouvier.

Martial Gil, chargé d’étude à la Fédération de pêche de Haute-Marne, a présenté une étude piscicole sur le suivi de la reproduction de la truite fario et a exposé des exemples de réhabilitations et des aménagements du milieu. Jean-Philippe Couasne, de la Fédération de pêche de Côte-d’Or, a ensuite expliqué le suivi de la reproduction du brochet en Vingeanne côte-d’orienne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s