Les Compars en ont sous le sabot

DSCN7914
Le groupe folklorique les Compars de Chanitte accueille régulièrement de nouveaux membres, ce qui est le meilleur gage de sa pérennité.
C’est forts d’un constat plutôt heureux, que les Compars de Chanitte ont tenu, samedi 17 janvier, leur assemblée générale. Avec trente enfants et autant d’adultes, le groupe folklorique semble ne pas réellement connaître la crise, ainsi qu’en témoigne les arrivées récentes de Marie et Élise Jouffroy.

Une autre mission du groupe consiste à désigner les jeunes à l’honneur pour le jour de la Saint-Vincent qui, rappelons-le, qui a battu son plein ce jeudi 22 janvier à Champlitte. Les épousés de la fête étaient donc Anaïs Graff et Ludovic Vincent, et le petit couple : était composé de Chloé Baulard et Romain Gardet.
Il reste que veiller sur tout ce petit monde demande de l’implication. C’est à ce titre qu’un appel a été lancé auprès de parents prêts à pallier les absences temporaires des dirigeants, lors des diverses sorties. Deux mamans, à savoir Bérangère Mille et Sandrine Résillot, se sont proposées pour cela, pour la plus grande joie de la présidente, Cindy Gardet, et de son équipe. Celle-ci se compose de la vice-présidente Françoise Valeur, de la trésorière Tracy Dejeux, de la secrétaire Laurence Clerget, du directeur artistique Thierry Belin, de l’instrumentiste Brigitte Baulard, des costumières Christiane Gardet et Josette Masson, tout ce petit monde étant assisté de Karine Ravry, Jean-Christophe Gardet, René Masson et Michel Montagne.

Assez peu vorace, cette association qui compte avant tout sur ses propres ressources a bénéficié l’an passé d’une subvention 300 € de la part de la commune.
Ce bel ensemble des Compars de Chanitte, né en 1950 sous l’impulsion du décidément visionnaire Albert Demard, compte également six musiciens, soit trois accordéonistes, deux trompettistes et une clarinettiste, auxquels il faut ajouter deux talents en devenir. Le groupe folklorique reprend les danses traditionnelles vigneronnes de Champlitte et, plus largement, de Franche-Comté. Si ses sabots proviennent de la saboterie de Chauvirey le Vieil, près de Vitrey sur Mance, les costumes sont bien souvent les œuvres des « petites mains » de la troupe. Celui du danseur est composé, d’une « biaude », cette blouse bleue caractéristique, d’un pantalon, d’une chemise à col cassé, de guêtres, d’un foulard et d’un bonnet.

Filles et dames sont vêtues d’un bonnet à pourtour de dentelle, d’un châle aux couleurs chatoyantes, d’un chemisier d’une jupe et de jupons. C’est dans cette tenue-là que, pleins d’énergie comme de coutume, les Compars ont donné une fois encore de belles couleurs à la fête, jeudi dernier, en particulier sur la place des Halles pour la saint Vincent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s