Champlitte : le Contrat de rivières entre dans la phase “actions”

Dernièrement, à la salle ­polyvalente, se sont réunis les ­acteurs du contrat des bassins versants du ­Salon, du Vannon et de la Gourgeonne.
Michel Albin, président de la communauté de communes des 4 Rivières (CC4R) et président du Comité de rivières depuis un mois, ses vice-présidents, les présidents de syndicats, les services de l’État, la DDT et les services de l’agence de l’eau étaient présents. Pierre Gohard, chargé de mission à l’Établissement public territorial de bassin (EPTB), a présenté le Contrat de ­rivières.

Ce contrat concerne trois bassins versants regroupant six intercommunalités représentant quatre-vingt-huit communes. Ce ­contrat permet de fixer des objectifs entre plusieurs maîtres d’ouvrage, des partenaires ­financiers et des usagers, de ­façon à redonner vie aux ­rivières (amélioration de la qualité de l’eau, restauration des berges et du lit des cours d’eau, prévention des crues, mise en valeur de l’écosystème aquatique…).

Différentes études ont été réalisées : étude piscicole en 2012, sur la qualité de l’eau en 2013 et étude hydromorphologique en 2014.

Le Contrat de rivières passe maintenant dans la phase “actions”. Les acteurs du ­contrat vont donc orienter leurs pistes de réflexion dans la priorisation des actions à mettre ­en place.
Une réflexion commune

En parallèle, la loi Gestion des eaux, des milieux aquatiques et de prévention des inondations (Gemapi) ­prendra effet à compter du 1er janvier 2016.

Les communes devront transférer obligatoirement cette compétence aux Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI).

Une réflexion commune avec l’ensemble des acteurs du Contrat de rivières est donc mise en place. Pour ce faire, les comités syndicaux vont se réunir ainsi que les commissions eau des collectivités concernées.

La superposition de ­différentes structures, à l’échelle de ces bassins versants, que ce soit au niveau intercommunal, départemental et même régional, rend l’instauration de ce transfert de compétence d’autant plus complexe.

Les acteurs du Contrat de ­rivières vont donc poursuivre cette “double” réflexion, ­ensemble, dans les mois à ­venir…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s