La réussite d’un projet intergénérationnel

DSCN0252La réussite d’un projet intergénérationnel
Au vu de la réussite de la rencontre entre les élèves de sixième du collège Leroy Gourhan de Champlitte avec les élèves de CP de l’école élémentaire, le partenariat le collège et la maison de retraite a été établi dans le cadre d’un projet de rencontre intergénérationnelle. Les élèves de sixième ont fait la lecture aux résidents de l’EPHAD « Les Lavières » pour la plus grande joie des ainés.
En amont de cette rencontre, Laurent Quinton (enseignant de français) et Dominique Vauthrot (professeur documentaliste) ont formé les élèves à la lecture à haute voix, via divers exercices : travail sur l’espace, la voix, le volume, et l’adresse de la parole

Présentation du module « sommeil » par la FAPA.

DSCN0278 Présentation du module « sommeil » par la FAPA.

Vendredi, dans le cadre du programme prévention santé seniors, la Fapa (Fédération départementale des retraités des personnes âgées) a organisé une présentation du module “Sommeil”, dans les locaux de la communauté de communes du val de Vingeanne à Fontaine-Française. Cette réunion a remporté un franc succès. Cette présentation est ouverte à tous les seniors.
Le module “Sommeil” se compose de huit séances collectives de deux heures, dirigées par un animateur formé et un professionnel de la santé.
L’objectif du module est de comprendre les mécanismes du sommeil, d’identifier les troubles afin d’apprendre à mieux dormir en fonction de son profil de dormeur.
À l’issue de cette présentation, les personnes intéressées ont pu s’inscrire au module qui se déroulera à Fontaine Française, les vendredis12 février, 4 mars,11 mars, 18 mars, 25 mars, premier avril et 8 avril, de 9 h 30 à 11 h 30. Il reste des places.
Des solutions de transport sont possibles pour les personnes qui rencontrent des difficultés de mobilité.
Infos : Renseignements et inscriptions auprès de Geoffray Rollot, coordonnateur Fapa, tél. 03.80.30.07.81.

Lectures d’histoires

SONY DSC
SONY DSC
Vendredi a eu lieu une séance de lecture d’histoires effectuée par les 18 élèves de la classe de 6e A du collège Leroi Gourhan. Ils ont lu des contes mis aux élèves de la classe de CP d’Anne Chapusot. Cela s’est déroulé au mini-théâtre de l’école primaire.
En amont de cette rencontre, Laurent Quinton (enseignant de français) et Dominique Vauthrot (professeur documentaliste) ont formé les élèves à la lecture à haute voix, via divers exercices : travail sur l’espace, la voix, le volume, l’adresse de la parole, et la position du corps.
Les élèves de 6e A ont profité de leur expérience acquise lors de la lecture de décembre auprès des enfants de la mini-crèche.
Les élèves ont préparé trois « lectures théâtralisées » de contes, anciens ou modernes, répartis en groupes de 6 ou 7 élèves : Le petit chaperon rouge de Charles Perrault, Copains comme cochons de Jean-François Dumont, et Le loup et les sept chevreaux des Frères Grimm.
Les élèves de CP ont apprécié cette rencontre. Ils ont pu entendre des contes qu’ils connaissaient déjà ou qu’ils découvraient pour la première fois. Ils ont été très attentifs.
Les élèves de 6e ont été contents de ce qu’ils avaient produits, et de n’avoir pas été stressé par la présentation devant un public.
Au vu de la réussite de cette rencontre, le partenariat entre l’école primaire et le collège va continuer, dans le cadre d’un projet intergénérationnel que poursuit le collège (en partenariat, par ailleurs, avec la maison de retraite et la micro-crèche de Champlitte).
Prochain rendez-vous, donc, avec les CP: en mars, avec d’autres lectures, faites à la fois par les CP et les 6e.

Dix ans et tout comme les grands

groupe périscolaire 1
Dix ans et tout comme les grands
Né de l’ambition d’offrir en pleine zone rurale les mêmes services qu’en ville, le RPI Fouvent, Larret, Roche relève un à un les défis.
Qu’on ne se fie pas à son nom. Le regroupement pédagogique intercommunal (RPI) de Fouvent, Larret et Roche, ne regroupe pas que les enfants de ces trois communes. Il accueille également leurs petits camarades d’Argillières, de Pierrecourt, et de Courtesoult. Le tout, dans trois écoles : à Fouvent pour la maternelle, à Larret pour les CP et CE, et à Roche pour les autres niveaux. Voilà qui représente une soixantaine d’élèves au total.

Il y a dix ans, le RPI se lançait un vrai défi, en regard de sa petite structure : il s’agissait d’ouvrir un accueil périscolaire, dans une zone totalement rurale…

L’objectif était clair, il visait à offrir aux parents le même service qu’en ville, avec un accueil dès 7h le matin et jusqu’à 18h, et une restauration le midi.

Côté locaux, c’est la collectivité qui a assuré le gîte, en accueillant les enfants dans l’ancienne école de Fouvent-le-Haut et en leur ouvrant la toute proche salle communale pour prendre leurs repas. Fut dit, puis fait… 10 ans plus tard, c’est près d’un tiers de l’effectif qui fréquente quotidiennement la cantine.

L’histoire, cependant, ne s’arrête pas là. A la rentrée 2014, en effet, c’est un nouveau défi qu’il a fallu relever, avec la mise en place des « nouvelles activités périscolaires ». Là encore, ça fonctionne plutôt bien, puisque la moitié de l’effectif participe à ces créneaux concentrées sur le vendredi après-midi.

Il n’a certes pas été facile de trouver des activités intéressantes et constructives pour les enfants, ni de dénicher les intervenants qui sauraient capter leur attention, mais c’est pourtant bien le cas aujourd’hui.

L’équipe du RPI, conduite par son animatrice Sonia Thabourey, assistée d’Angélique Coupry, de Laetitia Moiseaux et de Fabienne Faure, s’est attelée à la tâche et a présenté, dès la rentrée de 2014 un programme complet et varié. Depuis, les enfants s’épanouissent au rythme d’activités artistiques telles que théâtre, peinture, poterie avec la création d’une superbe fresque. Ils s’initient également à la cuisine et surtout à la pâtisserie, au jardinage et plus particulièrement au lombric-compostage, sont attentifs à l’environnement avec l’initiation aux gestes de tri, et n’hésitent pas à se dépasser dans une course d’orientation, et à travers les « Kho Lanta kids », à l’image des grands de la télé.

.

La collecte de textiles à laquelle les enfants ont participé dans le cadre d’un concours organisé par le SYTEVOM les a beaucoup impliqués, à tel point qu’ils ont obtenu la 2ème place du département.

De leur côté Les communes ont joué le jeu et soutenu sans réserve ces activités ce qui a permis leur gratuité.

Pour 2016 les projets ne manquent pas : initiation aux rollers, premier apprentissage du code de la route, découverte de la forêt, encore de belles idées en poterie, le renouvellement de l’opération textiles et pour la fin de l’année un retour à la tradition d’antan, une kermesse.