Framont Hervé Maréchal n’est plus

NecroFramontFramont Hervé Maréchal n’est plus

Hervé Maréchal est né le 2 janvier 1927 dans ce moulin familial, là où son père œuvrait en qualité d’ébéniste.
Au sortir de sa scolarité à Framont, puis Champlitte, il a intégré le savoir-faire de l’école nationale professionnelle d’ébénisterie à Epinal et l’école Boulle de Chalons sur Saône, un des hauts lieux d’art et de design en Europe. Son activité professionnelle s’en trouvera par la suite fortement influencée, résolument portée par les mouvances de l’architecture intérieure et l’ébénisterie de création. En 1968, Il installait son entreprise à Gray, quai Villeneuve.
A 17 ans, il choisit de s’engager dans la Résistance au sein du maquis de Theuley-les-Vars, dont Charles Truchot devient l’ultime représentant. Et ce, dans la ligne de conduite de ses parents qui hébergeaient clandestinement une jeune femme juive, médecin à Autrey-les-Gray. De son union avec Christiane Pitet en 1949, originaire de Nogent-en-Bassigny, sont nées Anick et Armelle. Le cercle familial s’est élargi avec 3 petits-enfants et 3 arrière-petits-enfants. Doté d’un fort esprit de militantisme, Hervé Maréchal s’est beaucoup investi dans la lutte contre toute forme de dégradation de la nature, réalisant dans les années 60, avec les services de la Faculté de Besançon des prélèvements sur l’eau de la rivière, créant aussi avec Pascal Henriot l’association « Salon Vivant ». Passionné d’apiculture, il assistait, démuni, à la disparition progressive des abeilles. Ancien adjoint au maire à Framont, son action est passée aussi par la présidence du Rotary Club, du S.I de Gray avec un réel investissement dans le tourisme fluvial et des premières fêtes de l’eau.
Très affaibli, il s’est éteint en début de soirée vendredi à son domicile. Ses obsèques ont eu lieu ce lundi en l’église de Framont.

Publicités

Tournage à Bèze

DSCN9962Le téléfilm La femme aux cheveux rouges, qui sera diffusé prochainement sur France 3, est tourné en Bourgogne. Plusieurs villes seront au cœur de ce tournage notamment en Côte-d’Or puisque les caméras se poseront à Semur, Fontenay, et Bèze depuis ce lundi.

Ce téléfilm est réalisé par Thierry Peythieu d’après le Roman de François Cérésa. Parmi les acteurs on retrouve plusieurs célébrités comme Samuel Le Bihan, Laëtitia Millot, Myriam Boyer ou encore Patrick Raynal.

Voici le synopsis de ce téléfilm : « A Saint-Gilles, dans le Brionnais, pays d’églises qui invite à la sérénité, l’atmosphère devient peu à peu angoissante, le passé jouant avec le présent. Antoine, grand reporter puis ex-volontaire dans l’humanitaire, est rentré en France, après avoir vécu de terribles évènements au Mali. Il est à Saint-Gilles pour écrire un article sur l’Art roman. Il y fait la connaissance de Constance, la très séduisante fille adoptive de la patronne de l’auberge, Mme Naudy. Constance elle aussi a son secret. Elle tente de découvrir la vérité sur la mort de ses parents Eva et Louis Lacassan, vérité qui lui est cachée depuis trop longtemps. Et puis il y a Juju qui dit voir le fantôme d’Eva, la femme aux cheveux rouges. Une piste dans l’enquête de Constance ? Entre Antoine et Constance, ces deux êtres blessés, se tissent petit à petit une histoire qui les aidera peut être à aller au bout de leur aventure. »

Le prochain festival de Fayl-Billot se promet éblouissant

faylfestival1504Pour son édition 2016, le festival Vannerie, Arts et Nature qui aura lieu les 14 et 15 mai, s’annonce très festif et lumineux. Organisé en partenariat entre le Comité Foire, le Comité pour le Développement et la Promotion de La Vannerie (CDPV) et le lycée horticole, le programme des deux jours a été présenté mercredi 13 avril.
Avec comme invitée d’honneur la ville de Macon, le festival aura pour thème « Illuminations végétales ». En effet, de grandes pièces de vannerie ont été réalisées et seront exposées dans un jardin très fréquenté de Macon mais avant, elles feront la vedette sur le festival. La manifestation sera ouverte au public samedi 14 mai à partir de 14 h, avec au programme : le concours des Olympiades régionales des métiers qui aura lieu depuis le matin sur le site du lycée, exposants vanniers, mais aussi horticoles, d’objets d’art, de produits du terroir, restauration, tombola, expositions et démonstrations, jeux, animations musicales. Le tout répété le lendemain, dimanche 15 mais avec un plus la foire agricole et ses nombreux animaux, le concours départemental Montbéliard, le concours des jeunes éleveurs, le repas campagnard de midi, une démonstration de dressage canin et si le ciel de permet possibilité de baptême en montgolfière. Pour ce week-end, les organisateurs attendent une centaine d’exposants qui seront installés sur un site richement décoré aux couleurs de l’osier. Ainsi, deux soirées ateliers sont proposées aux bénévoles volontaires pour réaliser cette décoration jeudi 21 et vendredi 22 avril à partir de 18 h vers les serres du lycée.
Nouveauté :
La manifestation se prolongera en nocturne samedi 14 mai pour, notamment, mettre en valeur le thème de cette année et les pièces de vannerie illuminées. L’entrée sera gratuite dès 21 h avec : diaporama « 4 saison en pays Vannier-Amance », danseuse de feu, harmonie, illuminations, feu d’artifice, concert « Alambig ».

Un échange fructueux

Un échange fructueux

Dans le cadre d’un travail sur l’orientation, un groupe d’élèves du collège Henry Berger de Fontaine-Française s’est rendu au Lycée Les Marcs d’Or à Dijon

Depuis le début de l’année scolaire, un groupe d’élève de 4e travaille de manière approfondie sur l’orientation. Durant deux heures par semaines, chacun d’eux commence à prendre de l’avance sur l’année de 3e en préparant son projet professionnel. Les choix sont éclectiques : armée, coiffure, mécanique, menuiserie, garde-chasse… Les projets sont bien ancrés ou évoluent en fonction des influences, de la maturité, des résultats scolaires et du travail effectué en IDD des métiers.
En ce début de semaine, Coralie, Claire, Davy, Christopher, Donovan, Jeremy, Léa, Evan, Cheyenne, Dylan, Jessica et Océane ont passé trois jours en stage de découverte d’un lycée professionnel au Lycée Les Marcs d’Or à Dijon. L’objectif : découvrir des formations professionnelles du bâtiment et surtout la vie dans un lycée et un lieu important de cette vie loin de la famille, l’internat.
Accueillis par le proviseur, Romain Mathieu et la CPE, Marie Pitavy, les élèves ont donc suivi 4 demi-journées de cours en ateliers, avec les professeurs du lycée. Ils ont pu découvrir la taille de pierre, la menuiserie, l’aménagement et finition du bâtiment et le chantier-école du fort de la Motte-Giron lors d’une visite privilégiée.
Tous sont repartis avec leurs créations, un poisson sculpté dans la pierre, un jeu de solitaire en bois, un panneau peint et une avance certaine dans leur choix d’orientation de fin de 3e.
L’équipe éducative qui a mis en place cette expérience pédagogique a remercié Romain Mathieu, proviseur du lycée les Marcs d’Or et Eric Vadot, principal du collège Henry Berger, pour avoir avoir permis cet échange fructueux.

Un sénateur en visite à Champlitte

DSCN9968Un sénateur en visite à Champlitte
Vendredi, les chanitois ont eu la visite de Michel Raison Sénateur de Haute Saône, il a rencontré les élus et les représentants du bassin de vie du collège.
Michel Raison a visité Chanitec, puis a eu une réunion avec les élus du conseil municipal chanitois. Il a fait le tour des dossiers en cours. Le collège a été le principal sujet de conversation. Les élus, Fabienne Richardot, conseillère départementale, Michel Albin, président la CC4R, et Gilles Teuscher, maire de Champlitte en tête ont présenté les arguments consistants à défendre le collège Leroy Gourhan. La cohérence du territoire, le bien-être des enfants et ont retourné l’argument d’Yves Krattinger évoquant l’absence de mixité sociale à Champlitte, cette mixité ne sera pas plus valorisée à Dampierre sur Salon. A Dampierre sur Salon comme à Champlitte, les enfants sont des ruraux.
Michel Raison est venu se rendre compte de la situation et écouter les uns et les autres. Il a visité le collège Leroy Gourhan et l’école élémentaire accompagné des élus. Une table ronde a été ensuite organisée avec les enseignants, les élus, et les représentants des parents d’élèves.
Michel Raison a confié : « Je connaissais déjà des données sur le collège Leroy Gourhan. J’ai découvert une ouverture de l’établissement chanitois avec le territoire, une symbiose avec son environnement local. Le collège Leroy Gourhan a des liens avec la micro crèche, l’école élémentaire, la maison de retraite, les musées de Champlitte, les différentes associations de la commune et a une forte implantation dans la vie communale. De nombreux élèves issus de l’établissement, ont fait ensuite une belle carrière, la réussite scolaire des élèves issus de Champlitte est indéniable et ce depuis de nombreuses années. Il n’y a pas de problèmes pédagogiques. Le conseil départemental n’a pas développé de bons arguments. 127 élèves accueillis à la rentrée 2016, c’est important. Je défends Champlitte, comme les autres établissements du département menacés de fermeture. La fermeture du collège de Champlitte serait un vrai traumatisme pour la commune et les communes desservies par cet établissement. »