Fleurs et Tralala

DSCN9947Fleurs et Tralala

Stéphanie Rabiet accueille le public dans un nouvel espace dédié aux plantes, aux fleurs et à la la décoration.

Stéphanie Rabiet, fleuriste à Fontaine-Française, est nouvellement installée dans les locaux de l’ancienne poste, 11 place Henri IV à Fontaine-Française, à l’enseigne Fleurs et Tralala, elle était auparavant installée 8 Rue de la Maladière. Dans ces nouveaux locaux plus vastes, Stéphanie Rabiet propose des fleurs, plantes, articles de décoration pour la maison, cadeaux, accessoires de modes, produits régionaux : (cassis, jus de fruits, bières de la la brasserie artisanale de Saint Maurice sur Vingeanne, huiles de Fontaine-Française). L’atelier de création florale est ouvert au public. Dans l’atelier, des cours de créations florales seront proposés. Un charmant jardin, situé derrière l’ancienne poste de Fontaine-Française, est également ouvert au public afin de se poser pour déguster des jus de fruits artisanaux au milieu des plantes. Alice Jacquart qui habite en Haute-Marne, fraichement diplômée d’un CAP, est actuellement en apprentissage pour passer son Brevet Professionnel, elle travaille actuellement auprès auprès de Stéphanie Rabiet

Céline et Toscane

DSCN0023Céline et Toscane

Céline Gribelin, habitante du village de Saint Maurice sur Vingeanne, propose des balades avec sa jument comtoise Toscane âgée de 9 ans. L’attelage est disponible pour des balades au départ de Saint Maurice sur Vingeanne et alentours. Elle a déjà été été chez chez un particulier pour une surprise. Il y a des départs possibles à partir du camping de Montigny sur Vingeanne. Tous les mercredis de 16 à18 heures, Céline et Toscane sont présentes à la chèvrerie de Clos Thomas à Saint Maurice sur Vingeanne, Les balades en calèches s’effectuent à la demande. Céline a été formée aux haras nationaux de Besançon.Tel : 06.46.01.51.10

Le marché nocturne se prépare

marché nocturne 1Le marché nocturne se prépare

La 14 aout de 15 à 23 heures, place Henri IV à Fontaine-Française, le Syndicat d’Initiative de Fontaine-Française Val de Vingeanne organise son marché nocturne, fort d’une cinquantaine d’exposants issus de l’artisanat et de la gastronomie, avec cette année de nouveaux exposants venus tout spécialement. L’animation et de Julien Schwartz. Des promenades en calèche seront proposées par Céline Gribelin. La Société Historique et Touristique de la Région de Fontaine-Française proposera un stand .

La mémoire de la Vingeanne

Olivier CorberonLa mémoire de la Vingeanne

Olivier Corberon est un historien de la Vingeanne. Il s’est agi pour lui de connaitre et de sauvegarder le patrimoine local à chaque fois qu’il a pu.. Il a sillonné le val de Vingeanne , à la découverte de son histoire.

Olivier Corberon, habitant de Montigny sur Vingeanne, est âgé de 90 ans, il a été président de la Société Historique et Touristique de le Région de Fontaine-Française(SHTRFF) pendant 36 ans, de plus, il a été maire de Montigny Mornay Villeneuve de 1976 à 1983. Il est arrivé à Mornay en 1952, puis à Montigny, en 1956. Il a été professeur de l’enseignement technique au Centre de Formation Professionnelle de Montigny, dépendant de la Sauvegarde de l’Enfance et l’adolescence. Il a ensuite ouvert un atelier de réparation de véhicules.
L’aventure de sa vie c’est la découverte de l’histoire locale, et l’archéologie, tout a commencé en 1953, à titre privé, en prélude à la fondation de la SHTRFF, Olivier Corberon a participé à un chantier de prospection de surface au lieu-dit Mont Verrat en Haute Saône, à la limite de la Côte d’Or près de Mornay. Le groupe était composé du docteur Henry Berger, d’Albert Colombet, de Joseph Laidet, de Charles Parize et de Liliane Corberon. En Mont Verrat, ils ont découvert les fondations d’un camp romain et les restes la grange de l’abbaye de Theuley (70), tenue autrefois par des moines convers. Leur prospection a été reprise par les professionnels de Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) de Franche Comté de façon scientifique. Cette découverte atteste la présence des romains dans notre vallée de la Vingeanne.
Le groupe d’archéologues amateurs a ensuite fouillé sur le site des Plantes à Mornay, propriété de Joseph Laidet. Ce site a été ensuite fouillé par Patrick Berger et la Société archéologique de Fontaine-Française.
« Lorsque la SHTRFF a été créé, le but a été de publier et de faire connaitre à la population le résultats de nos recherches. Maintenant, la relève est là, à la SHTRFF, avec notamment, l’arrivée de Catherine Baradel, qui a publié le livre : « les toits polychromes en Bourgogne ». C’est une véritable chercheuse qui publie des articles de fond dans la revue Terroir de la SHTRFF. » : confie Olivier Corberon. « Avec mon épouse, nous avons un regret, avoir vu la démolition de la ferme de Saint Aubin, près de Sacquenay, aucune fouille préventive n’a pu être réalisée, ni aucune sauvegarde. »

Lors de ses années de prospections Olivier a permis la,mise a jour des villae Gallo Romaine de la vallée de la Vingeanne. Certains voient dans le site du val de Vingeanne le lieu de la dernière bataille entre Jules César et Vercingétorix avant le siège d’Alésia. Patrick Berger a également fouillé le site de Champy près de Montigny et à Cusey (52).

Un partenariat pour que vive la Via Francigena

DSCN9990La Via Francigena, autrement dit la voie des Francs, est un réseau de routes et chemins de commerces de conquêtes, empruntés par les pèlerins pour se rendre de Canterbury (Angleterre) à Rome (Italie). Elle a été empruntée pour la première fois par le moine Sigéric, qui se rendait à Rome afin de recevoir le “pallium”, son titre d’archevêque. Cet ensemble de chemins remonte à l’époque celte au cœur de l’Europe. Elle est composée de 30 kilomètres en Angleterre, 825 en France, 300 en Suisse et 700 en Italie. 195 km traversent la Franche-Comté. Des flèches de bronze situées sur les édifices communaux viendront matérialiser la signalisation de cet illustre chemin.

Elle est actuellement ouverte aux marcheurs et aux touristes, elle permet de faire connaître le patrimoine culturel, religieux et paysager. Leffond, Montarlot et Champlitte sont ainsi mis en valeur. Comme pour la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, spiritualité, culture, et loisirs vont apporter un nouvel essor à l’économie locale avec le développement des hébergements.
Le réseau de chemin de la Via Francigena est un des plus importants d’Europe. Cette voie est reconnue comme Grand Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe en 1994.
Une convention a été signée jeudi entre la commune de Champlitte, représentée par le maire Gilles Teuscher et l’Association Européenne des Chemins de la Voie Francigena (AEVF), représentée par Massimo Tedeschi, président de cette association. Champlitte fait désormais partie des 117 communes traversées par la Via Francigena qui ont signé cet accord de promotion de la Voie Francigena. Champlitte est désormais la commune référente en France pour la Via Francigena.
Cette convention a pour but de promouvoir et valoriser la Via Francigena en définissant les modalités, d’organisation de gestion et la mise à disposition d’un personnel et d’un espace de bureau pour la mise en valeur du réseau français de la Via Francigena. Cette convention sera réalisée en collaboration avec les communes, les associations, et les professionnels de la culture et du tourisme.
Dans le but de promouvoir et de développer le parcours français, la commune de Champlitte s’est engagée à mettre à disposition de l’AEVF les moyens et les compétences nécessaires pour mener à bien la mission de management de l’AEVF, soit un personnel compétent
Cette mise à disposition est valable les années 2016-2017, afin d’assurer une continuité du travail dans le cadre des projets de l’AEVF. Le travail est effectué sous la responsabilité du président Massimo Tedeschi et du directeur de cette association Luc Bruschi, en collaboration avec l’équipe de l’aEVF et en accord avec les décisions de son assemblée générale et bien sûr de le commune de Champlitte.
Les actions à réaliser dans le cadre de cette mission sont nombreuses : il s’agira d’ouvrir le secrétariat afin de développer le réseau français des communes et des territoires le long de la Via Francigena. Le site web en langue française sera animer par secrétaire par la signalisation des évènements en France liés à la Via Francigena. La mise à jour des hébergements et services en France pour les randonneurs et les effectuée dans ce cadre par la secrétaire. La mise à jour des listes et bases de données des communes et offices de tourisme sera également au programme. Toutes ces données pourront à terme faire l’objet d’un livre, rédigé en langue française destiné aux randonneurs et aux pèlerins. Ce secrétariat jouera le rôle d’antenne pour donner les informations en France sur la Via Francigena. La collecte d’articles paru en français sur la Via Francigena est prévue également. Un bilan annuel du travail effectué se fera lors de l’assemblée générale de l’AEVF.

Orain passe au « vert »

bergèreOrain passe au « vert »

Un an après son inauguration, la centrale photovoltaïque continue dans l’écologie. Les recherches pour trouver un troupeau de mouton afin d’entretenir le parc ont porté leurs fruits.

Lorsque le promeneur s’égare sur la route d’Orain à Leffond, il peut entendre le tintement des clochettes au lieu-dit « Montentoie » sur le territoire occupé par la centrale photovoltaïque.
Stéphanie Berthiot, bergère habitante de Saint Andoche (Haute Saône), a installé 90 brebis sur le site d’environ 20 hectares.
Après une mise à la retraite anticipée suite à une fibromyalgie, Stéphanie a voulu se prouver qu’elle pouvait encore travailler. Depuis toute petite elle aime la nature et c’est tout naturellement qu’elle s’est tournée vers l’élevage de moutons. Celui-ci est en effet compatible avec sa maladie. Lorsque la société « Third step » a recherché un troupeau elle a répondu favorablement. Depuis elle est enchantée, pour elle ce n’est que du bonheur. Le site est clôturé et surveillé par caméra. « J’ai placé des abreuvoirs au pied des panneaux pour récupérer l’eau de pluie. C’est un hôtel 5 étoiles. La pâture leur convient, les moutons ont l’abri et l’herbe. »
Les moutons peuvent pâturer entre les panneaux photovoltaïques, se mettre à l’abri sous ceux-ci. En fonction des conditions météorologiques : pluie, vent, soleil.
La jeune bergère est installée depuis un an avec 160 brebis Suffolk, Charolais et Texel (race à viande). Elle vend les agneaux et la laine en coopérative à Franche Comté élevage. Elle souhaite plus tard agrandir son troupeau avec des brebis Lacaunes (race laitière), et faire des fromages.
Pour Michel Borderelle, maire d’Orain, cette situation n’apporte que des avantages. Il confie : « C’est un terrain entretenu écologiquement, aucun pesticide, plus d’engrais et en plus il produit de l’électricité grâce aux panneaux solaires. La friche est sauvée, elle ne retournera jamais à la culture intensive. Au 1er aout la centrale photovoltaïque a produit 10 200 000 kwatt. »
Les moutons répondent à la voix de la bergère, et reconnaissent le klaxon de sa voiture. Stéphanie ne regrette pas la distance avec sa maison. Les moutons sont faciles à gérer, le terrain leur apporte nourriture, abris, sécurité. Elle ajoute : « Sur ce terrain caillouteux, je n’ai pas besoin de couper les sabots des brebis, ils s’usent naturellement. »

On peut parler d’éco pâturage rural, cela évite de tondre le terrain, une seule tonte avant l’installation des brebis après l’agnelage. Le terrain retourne, ainsi, à sa destination du 19ème et du début du 20ème siècle de lande à moutons. La société « Third step » réfléchit à la mise en place de ruches par un petit apiculteur.

Le nouveau coq a été béni

coq de liceyLe nouveau coq a été béni

Vendredi 5 aout a eu lieu la bénédiction du nouveau coq de Licey par le père Hablizig en présence de Dominique Matiron maire de la commune, et d’une grande partie des habitants du village.

En 2016, la municipalité a décidé d’engager des travaux de rénovation de l’église et de faire appel à la fondation du patrimoine pour financer une partie des travaux. Lors de cette rénovation le coq est apparu en mauvais état, son remplacement a décidé par la municipalité pour une somme de 1 400 € TTC. C’est avec beaucoup d’émotion que la population est venue assister à la bénédiction et à la pose de ce nouveau coq. Avant la cérémonie celui-ci est passé de main en main, chacun voulait porter le nouveau coq en cuivre. Le précédent coq datait de 1929, réalisé par un artisan de Fontaine Française. Il avait déjà été rénové en 1957. Certains anciens du village s’en souviennent encore.
Dominique Matiron, maire de la commune a retracé l’historique de la présence du coq sur les clochers des villages français, et a déclaré : « Dans une société rurale, comme la pendule sur les clochers, le coq a aussi une fonction utilitaire, on regarde le coq pour savoir d’où vient le vent, ce qui est la base des prévisions météorologiques. L’orientation du coq le matin du dimanche des rameaux donne une indication supposée des vents pour l’année à venir. » Un habitant a vérifié la véracité de cet adage pour 2016.
Lors de la bénédiction le père Hablizig a rappelé la symbolique religieuse du coq du clocher. Le coq était un symbole pré-chrétien, il est devenu le symbole d’oiseau de lumière à l’ère chrétienne, l’emblème du Christ, dans l’art chrétien il est le symbole de la résurrection du Christ. Il annonce l’arrivée du jour après la nuit, annonçant ainsi la vigilance chrétienne.
Sébastien Monot, habitant de Licey sur Vingeanne : « Le coq est un symbole pour notre village, la bénédiction est un moment exceptionnel partagé avec la population. »
Christian Nicolardot : « la pose du nouveau coq est un événement pour la commune, le précédent coq était ancien, on regarde le coq souvent, cela fait partie de nos habitudes. Il représente le fait que notre village continue de vivre, le coq fait partie de notre patrimoine. »
Raymond Gallotte : « on a rénové notre église le coq est le symbole de la vie du village et prouve que la communauté villageoise est toujours présente. »

La chapelle de Licey, consacrée par Jocevan éveque de Langres en 1111, avait été détruite par l’armée de Gallas en 1636. La chapelle fut plusieurs fois reconstruite mais en 1860 devenue trop petite, elle fut rasée et remplacée par l’actuelle église reconstruite entre 1860 et 1864. L’emplacement étant limité, l’église a une orientation nord-sur inhabituelle, et non en direction de Jerusalem.

Succès pour le concours de pétanque

Vainqueurs 2016L’association Montarlot Renouveau a organisé sa traditionnelle journée festive du mois d’aout avec repas midi et soir, entrecoupé par un concours de pétanque « à la mêlée ». Un tableau principal et un tableau « consolante » permettent de bien digérer les agapes . Cette modalité de concours prolonge aussi la convivialité du repas en créant les équipes par tirages au sort . Le doyen du village a participé à ce concours avec les honneurs en gagnant une partie. Mais lui , comme les autres , ont du plier face aux talents des vainqueurs Christophe, Hervé et Monique qui ont remporté la finale, récompensée par une belle coupe et les applaudissements des convives. Une belle journée qui ne pourrait se faire sans les bénévoles , visibles ou invisibles, qui travaillent pour le seul objectif de faire plaisir aux autres. Une belle leçon de solidarité

Rémy Bricka a enchanté Champlitte

DSCN0229Vendredi a eu lieu, à Champlitte, le marché nocturne, organisé par l’Office du Tourisme de la région de Champlitte, une trentaine d’exposants étaient présents. Un stand de soutien aux représentant des parents d’élèves du collège Leroy Gourhan pour obtenir un moratoire sur la fermeture du collège de Champlitte a su attirer les passants.
Les Running Stones de Pierrecourt sont montés sur scène.
Le clou de la soirée était la scène nocturne avec la présence d’une personnalité hors du commun : Rémy Bricka, homme-orchestre depuis 1970. Tous les enfants de la télé des années 70 s’en souviennent. Rencontre.
Vous jouez de combien d’instruments ?
Je joue de 15 d’instruments : de la guitare, c’est mon instrument principal, tout s’est construit autour de la guitare, cela accompagne la voix, c’est un instrument mélodique, de la guimbarde, de l’harmonica, de la flute de pan, de la flute à bec, de l’harmonica, du kazou, j’ai une basse automatique, un système électronique adapté à ma manière de faire avec un micro midi et un expandeur.
Comment s’est déroulée votre carrière ?
J’ai été disque d’or en 1977, avec la vie en couleur, cela m’a ouvert des portes, notamment à la télévision. Avant le disque d’or, je suis passé deux fois au Petit Conservatoire du Mireille, et deux fois à Midi Première avec Danièle Gilbert. Après le disque d’or je suis passé chez Guy Lux, Jacques Martin, Croque Vacances avec Claude Pierrard, puis à Récré A2 avec Dorothée. Je suis pour l’apprentissage jusqu’au dernier souffle de vie. On est de passage sur terre, on est là pour s’améliorer. Actuellement je suis souvent à Europa Park, un parc d’attraction en Allemagne. Je suis en tête de la parade et je me produis dans le parc au gré de mes envies. Dans ans ce plus grand parc saisonnier du monde, il y a même une place Rémy Bricka.
Que pensez-vous de cette scène nocturne au sein du marché à Champlitte ?
Je suis bien au milieu des artisans, un artisan est un artiste. On revient aux vraies valeurs, proches de la nature. Moi, je veux apporter du bonheur aux gens. Mes chansons sont positives,. Je chante l’amour, la nature, la joie de vivre, les couleurs de la vie. En 1988, sur des skis flotteurs, propulsés par deux rames, j’ai passé deux mois sur l’Atlantique sans eau, ni vivre sur les traces d’Alain Bombard. En 2000, j’ai tenté la traversée du Pacifique, j’ai été secouru au sud d’Hawaï par mon épouse Marie-Rose et une équipe de Thalassa de France 3 au bout de six mois de traversé à la moitié du parcours. Ce qui compte c’est les pas qu’on franchi pas forcément le but. Cela m’a appris à être humble. Nous ne sommes que des fourmis sur cette terre.
Quelle est votre actualité ?
Récemment, je suis passé à la télévision, dans le journal de 13 heures de Jean- Pierre Pernaut et à la rentrée 2015 dans les années Bonheur de Patrick Sébastien. J’ai sorti un nouveau disque : « Au pays magique des fêtes et des anniversaires » et j’ai eu deux pages dans Rock et folk qui m’ont été consacrées par Philippe Manœuvre. Je serai à l’affiche du Summer Festival de Bruxelles prochainement.
Site : http://www.remybricka.com/