Une pêche électrique dans la Vingeanne

ONEMAUne pêche électrique dans la Vingeanne

Une pêche réseau a été organisée dans la Vingeanne. Cette pêche sert à définir en partie l’état écologique du cours d’eau.

Lundi 5 septembre au matin, à la prairie de Saint Maurice sur Vingeanne, entre deux méandres de la Vingeanne, une pêche électrique a eu lieu. Cette pêche électrique a été effectuée par des techniciens de l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA) dans le cadre des objectifs de la loi sur l’eau. Cette pêche spéciale appelée « pêche réseau » se déroule tous les deux ans dans ce cours d’eau. Cette pêche réseau fait partie du réseau de connaissance et de suivi, intégrant les différents réseaux de la DCE (directive cadre sur l’eau). Ils servent à définir en partie l’état écologique des cours d’eau (l’état écologique comprend aussi une partie « invertébrés aquatiques » et « macrophytes »). Le personnel de l’ONEMA a procédé à 75 points de pêche sur 300 mètres de rivière afin de prélever un échantillonnage des poissons peuplant la Vingeanne sur une portion donnée. C’est une pêche réalisée au moyen d’une électrode, l’appareil de pêche s’appelle « héron », (moteur, alimenté par un groupe électrogène, électrode, etc). Le poisson tétanisé, est capturé, puis relâché, il n’est pas tué. Il s’agit avant tout de procéder à un comptage et à un classement par espèce, des prises de mesure et des pesées sont effectuées en vue de réaliser une étude approfondie des poissons en respectant des normes de sécurité et en préservant la faune piscicole. En cas de danger pour les agents de l’ONEMA, un de leurs collègues peut arrêter le courant à tous moment. Un premier pré bilan de cette démarche peut être donné, les techniciens ont dénombré une douzaine d’espèces différentes : loche, vairon, chabot, chevaine, blageon et épinoche font partie des espèces très exigeantes écologiquement parlant et manifestent la relative bonne santé d’une rivière dont l’équilibre reste fragile et doit être préservé afin qu’il ne se dégrade pas. Des espèces sont représentées en excès (chevaines), et d’autres (truites, brochet) sont peu présentes. Le poisson tétanisé, est capturé, puis relâché, il n’est pas tué. Les poissons ont été relâchés vivants dans la Vingeanne après cette pêche, il y avait un beau chevaine parmi les prises. Les truitelles étaient absentes.

Publicité

Un commentaire sur “Une pêche électrique dans la Vingeanne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s