De nombreux projets pour l’Association des Amis du peintre Bernard Marion (AAPBM)

De nombreux projets pour l’Association des Amis du peintre Bernard Marion (AAPBM)
Le Professeur Dominique Belpomme a présidé samedi 18 février I ‘assemblée générale de I ‘Association des Amis du peintre Bernard Marion (AAPBM) en se félicitant de la vitalité des membres, parmi lesquels le maire de Haut du Them -Château Lambert et Michel Albin, président de la CC4R, qui refusent de se laisser aller au défaitisme et s’attachent à maintenir une offre culturelle en milieu rural.
Après le rappel des manifestations organisées en 2015, un échange fructueux entre les participants a conclu à la nécessité d’une collaboration entre les différentes associations qui se mobilisent pour animer notre territoire, voire au-delà puisqu’une exposition à Haut du Them – Chateau Lambert (le village de Bernard Marion) et une autre à Ray sur Saône (dans le cadre des manifestations destinées à la découverte du château) sont envisagées. De même, des aquarelles représentant les paysages traversés par la Via Francigena devraient également illustrer I ‘importante manifestation prévue dans ce cadre le 20 mai prochain.
Enfin, les amateurs de peinture seront heureux d’apprendre qu’un nouveau stage (aquarelle et peinture moderne) sera organisé du 14 au 16 juillet et que Ie traditionnel concours « Prix Bernard Marion » se tiendra à la salle des fêtes de Champlitte 2 mois plus tard, à I ‘occasion des Journées Européennes du Patrimoine. A noter que Marcel Riff, promu vice-président, a confié la trésorerie à Danielle Bonnotte et que les adhésions, tout comme les suggestions sont les bienvenues.
Contacts : Professeur Dominique Belpomme – 01 45 78 53 53 -contact.belpomme@gmail.com
Secrétaire : Marie-Thérèse Balloch – 03 84 67 65 78 – marietheba@orange.fr

Quand le parc national s’invite dans les débats

Ce vendredi, la communauté de communes Tille et Venelle s’est réunie à la salle des fêtes de Sacquenay. Lors de cette séance, les délégués communautaires ont décidé la création d’une commission intercommunale de l’accessibilité. Celle-ci aura un rôle essentiellement consultatif. Une de ses premières missions sera de dresser un bilan de l’état de l’accessibilité des bâtiments publics et privés accueillant du public, de la voirie et de tous les espaces publics du territoire. Sur cette base, elle pourra formuler des propositions d’amélioration de l’accessibilité.

Les conseillers ont également désigné un délégué au Groupement d’Intérêt Public (Gip) Territoires Numériques Bourgogne Franche-Comté et un suppléant au GIP du futur parc national des forêts de Champagne et Bourgogne. Albert Varé, président de la communauté de commune a quant à lui choisi de siéger en tant que délégué titulaire au GIP du parc national. Plusieurs conseillers communautaires ont soulevé la question de l’adhésion (ou non) de la nouvelle communauté de commune au GIP du futur parc. Albert Varé a précisé que « cette question ne se posait pas puisque la communauté des Sources de la Tille avait adhéré au GIP et que la nouvelle communauté reprend, de droit, tous les engagements, contrats et adhésions des deux anciennes communautés ». Ce sujet a donné lieu à de vifs échanges entre plusieurs conseillers, élus du territoire de l’ancienne communauté des Sources de la Tille, et le président. « Le parc a besoin de beaucoup mieux communiquer et mieux expliquer en quoi il consiste. Il ne l’a pas suffisamment fait. Cela génère beaucoup d’idées reçues et d’incompréhensions » confiait Albert Varé à l’issue du conseil. C’est pourquoi, il a proposé d’inviter le directeur du GIP à venir présenter le projet de parc national lors du prochain conseil communautaire ; proposition largement approuvée tant le sujet paraît sensible.

Lors de cette réunion, il a également été question de l’harmonisation de la fiscalité et des compétences entre les deux anciennes communautés. Un groupe de travail a été constitué et étudie plusieurs scénarios qui visent à permettre à la nouvelle communauté de prendre en charge progressivement ses nouvelles compétences sur l’ensemble du territoire (périscolaire, eau, assainissement, etc.) tout en limitant au maximum les effets pour les contribuables. Ainsi, la communauté étudie les possibilités de compenser la future hausse des impôts communautaires par des réductions de charges au profit des communes, qui pourraient ainsi baisser leurs impôts. Albert Varé a également présenté la situation financière de la nouvelle communauté. Celle-ci dispose d’une trésorerie saine, dont une partie est déjà affectée à de futurs projets comme le réseau d’eau potable du secteur de l’ancienne communauté des Sources de la Tille.

Enfin, le conseil communautaire a modifié la grille tarifaire de la maison médicale afin d’y intégrer une possibilité de location à la demi-journée. Ainsi, la maison pourrait prochainement accueillir de nouveaux professionnels qui interviendrait à temps partiel à Selongey.

Écrire la mythologie

Longtemps la mythologie s’est transmise par tradition orale, certains l’ont écrite, il s’agit donc là de sources littéraires. Longtemps on s’est contenté de transmettre la mythologie grecque et romaine. D’autres mythologies existent, elles sont ancrées dans l’histoire rurale locale.
La mythologie grecques est certes riche. Quelle source d’inspiration Homère, Frantz Kafka, Guillaume Apollinaire et Marguerite Yourcenar ont en commun? Le mythe d’Ulysse et les sirènes. Savez-vous que Francis Bacon, Nicolas Poussin et Arthur Rimbaud ont partagé la me^me fascination pour le mythe de Pan?
Depuis l’Antiquité jusqu’au milieu du XX ème siècle, la mythologie gréco-romaine n’a cessé d’inspirer écrivains et artistes.
La mythologie rurale locale, n’est pas en reste. La Vouivre a inspiré notamment Marcel Aymé et Henri Vincenot. Il s’agit de la popularisé, et de présenté une mythologie bourguignonne.

Une convention a été signée entre la commune de Framont et Présence Verte

Vendredi 24 février le conseil municipal de Framont et la direction départementale de Présence Verte ont ratifié leur accord à la salle communale.
Aider au maintien à domicile des personnes âgées ou dépendantes, c’est l’objectif de Présence Verte, toutefois, c’est également celui de la commune de Framont. La commune de Framont partie du constat que Vieillir chez soi est un souhait unanimement partagé.
Pour cela un système d’alerte individuel est indispensable, il est rassurant pour ceux qui l’utilisent, mais aussi pour leurs familles.
La sécurité, c’est parfois simple comme un coup de fil.
Aussi quand Présence Verte, le principal acteur de ce service en Haute Saône, a proposé de formaliser ses relations avec la commune par une convention la municipalité en a accepté le principe.
Les engagements de la commune sont d’apporter l’information à tous ceux qui le souhaitent et également de prendre en charge les frais d’installation soit trente et un euros.
L’abonnement est ensuite bien sûr à charge de l’abonné qui peut bénéficier d’aides diverses selon sa situation.
François Chevanne maire de Framont a signé cette convention en présence de Guy Ciron président de l’association Présence Verte Bourgogne Franche Comté et d’Amélie Hennequin conseillère présence verte pour la région Bourgogne Franche Comté.
Amélie Hennequin a présenté des objets permettant d’assurer la sécurité des ainés

Le tympan de la cathédrale Saint Lazare d’Autun (suite)

Le tympan de la cathédrale Saint Lazare d’Autun est historié, il présente une figure centrale et imposante sur toute sa hauteur. Cette figure masculine siège sur un trône formé par une architecture en arcade, elle est auréolée d’un nimbe crucifère. Cette figure est frontale, aux bras ouverts et positionnés au niveau du bassin, et est inscrite dans une mandorle. Le pourtour de la mandorle porte l’inscription latine : « Omnia dispono solus meritos [que] corono quos scelus exercet me judice poena coercet ». En haut du tympan, encadrant le nimbe cruciforme se trouve deux visages émergeant d’un cercle. Quatre êtres ailés entour la mandorle, les deux de la partie supérieure sont renversés. La partie gauche du tympan est séparée en plusieurs registres. Sur la partie haute, au plus proche de la figure centrale est figuré une femme nimbée siégeant sur un trône reposant sur une arcature miniaturisée, à son coté un homme ailé porte une trompette. A sa droite est représentée une architecture sur plusieurs niveaux pourvus d’arcades, animées par différente figure humaine. Sous la figure trônant se trouve un groupe de neuf hommes auréolés, dont huit sont tournés vers la figure centrale ; le neuvième, plus grand que les autres, est tourné vers la gauche tenant dans sa main droite une grande clé et dans sa main gauche les mains d’une figure humaine nue et miniaturisée. A gauche de ce groupe, se trouve un groupe de trois personnages, un homme ailé portant un être nu plus petit afin qu’il ait accès à l’architecture en amont ; il est enlacé par un autre de ces êtres. Un autre groupe formé également par trois personnages jouxte ce groupe, le personnage central du trio est un ange jouant de la trompette il est agrippé par un homme nu, un autre lui faisant face est cramponné à une aile de son homologue. La partie droite du tympan est subdivisée en plusieurs parties. Dans la partie haute trône deux hommes nimbés dont l’un tenant un livre. Ils reposent sur une arcature faisant écho à celle de gauche. A leurs côtés un personnage ailé tient une trompette. Sous eux les personnages sont divisés en deux, par une balance soutenue par une main émergeant de l’architecture. La balance penche vers la gauche son plateau accueillant deux figures nues miniaturisées. Le plateau est tenu par un grand personnage ailé, abritant deux petits hommes nus dans les plis de son vêtement. Dans son dos une figure auréolée tenant un livre est tournée vers la mandorle. En opposition, le plateau droit de la balance, où se trouve un démon, est en hauteur. Un autre démon décharné est présent.
Dans ses jambes, appuis sur la balance de sa main droite et de sa main gauche tient un personnage nu par les cheveux. Derrière lui un troisième démon grimaçant le surplombe, celui-ci porte sur ses épaules une autre créature démoniaque semblant précipiter un homme dans orifice. D’autres démons émergeant de cet orifice torture les autres personnages, à leur gauche un ange joue de la trompette.
Le tympan repose sur un linteau également historié. Entre le tympan et le linteau se trouve trois phrases inscrites de gauche à droite, « Quisque resurget ita quem non trahit impia vita et lucebit ei sine fine lucerna dei », « Gislebertus hoc fecit » et « Terreat hic terror quos tereus alligat error nam fore sic verum notat hic horror specierum ». La frise du linteau est séparée en son centre par un ange tenant une épée. Les figures de gauche comme de droite émergent de sépultures. Le cortège de gauche est constitué de figures nues ou habillées tournées vers la figure se trouvant dans la mandorle, et au centre de ce groupe se trouve un ange.
Trois voussures encadrent l’ensemble. La voussure interne est non-historiée et repose sur deux chapiteaux, celui de gauche représente six vieillards de l’Apocalypse et celui de droite la purification de la Vierge et la Présentation au Temple. La voussure centrale est ornée d’une guirlande végétale et repose sur un chapiteau représentant le renvoi d’Agar et Ismaël par Abraham d’une part, et la conversion de saint Eustache de l’autre. La voussure externe présente une série de trente médaillons et demi figurant les signes du zodiaque et les mois de l’année.
Le décor de ce tympan et du linteau relate principalement la séparation des nations évoquées par Matthieu au sujet du Jugement dernier, qui reçoit ici une mise en scène magistrale. Le monde est alors séparé selon un rythme binaire que l’on retrouve à plusieurs fois sur le tympan : l’opposition droite/gauche, bien/mal, Paradis/Enfer, justes/damnés, etc.