La famille dans le regard de Jean Epstein


Pour participer à la rencontre avec Jean Epstein du 4 avril à 20h30 à la salle des fêtes de Champlitte, le public peut s’inscrire sans attendre à : direction.aile@gmail.com ou par téléphone 03.84.32.77.59.
Nous avons interrogé Jean Epstein afin de mieux le connaitre et de présenter cette rencontre avec un psychosociologue de renom.
Pour commencer, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
A vrai dire il ‘est assez inhabituel quoi que les deux métiers que j’ai pu exercer sont liés au bien-être. J’ai tout d’abord été Kiné avant d’entamer des études de psychologie sociale, j’étais animé par deux convictions incontournables et complémentaires qui restent pour moi, aujourd’hui, tout aussi vives et d’actualité : Une société n’a de valeur qu’en fonction des moyens qu’elle choisit de donner à ses enfants pour se construire. Les mutations récentes, rapides et profondes subies par la nôtre doivent générer fondamentalement des réponses nouvelles en matière d’accueil des jeunes enfants et d’accompagnement de la fonction parentale.
C’est précisément autour de ces deux axes que j’ai, depuis trente ans, orienté ma trajectoire professionnelle en m’efforçant d’analyser simultanément l’évolution : Des besoins des enfants et des familles. Des priorités sous-tendant les politiques éducatives et sociales. Et des pratiques des professionnels dans le champ élargi de la petite enfance (conception des crèches et autres modes d’accueil, Protection maternelle et infantile (PMI), école maternelle, formations initiales et permanentes, etc.). Ce métier me passionne, j’ai grandi dans le giron de Françoise Dolto par le biais de son mari et je me base sur ce que je vois dans le monde entier comme le Québec où je passe chaque année le mois de mai là-bas. La semaine avant de venir sur Champlitte, je serai à dans un pays plus à l’Est afin de visiter les orphelinats.
En quoi consiste concrètement le métier de psychosociologue ?
J’agis dans le cadre de la recherche et de l’action. Je mène des études et j’applique sur le terrain les actions qui en découlent. Psychosociologue c’est la rencontre de deux mots : psychologie et sociologie. Dans ce métier il y a l’étude scientifique de la façon dont les pensées, les sentiments et les comportements des gens sont influencés par la présence réelle, imaginaire ou implicite des autres.
Pourquoi intervenir sur Champlitte ?
Il s’agit d’une demande de l’Association Intercommunale pour l’Enfance qui a à cœur le bien-être des enfants et des familles de son secteur. Elle a voulu mettre à disposition de tous une solution pouvant leur permettre de souffler un bon coup. Je personnalise chacune de mes interventions et me base sur des points précis transmis par leur directrice Aurélie Sartelet. Je vais structurer ma conférence en trois parties, une analyse de l’évolution de la société.
et des familles, les besoins de l’enfant et la construction des repères. Je vais apporter de nombreuses anecdotes et familles et professionnels pourront s’appuyer sur des points qui leur seront personnels afin d’avoir des réponses à leur problème.

Autun (suite)

Il est possible de remarquer très clairement cette séparation au niveau du linteau, où un ange armé vient marquer la division dans ce cortège des ressuscités. Ils sont pour la plupart déjà sortis de leurs tombes ressuscités au son des trompettes soufflées par les anges aux extrémités du tympan. Il réalise la séparation entre les « justes » et les « damnés » (une idée qui est à nuancer, comme il sera démontré à la suite de ce développement). Il est rare que tant d’importance soit donnée à la séparation des « bons » et « mauvais » sur un tympan, c’est pourquoi il est intéressant de commencer de là.
Tout d’abord, du côté du groupe des « justes », à la droite du Christ, est identifié par l’inscription en vers léonins : « Quisque resurget ita quem : non trahit impia vita et lucebit ei sine fine lucerna dei » (« ainsi ressuscitera quiconque ne mène pas une vie impie et luira pour lui sans fin la lumière du jour »), ce qui indique que tout ce qui se trouve de ce côté suggère la partie des élus. Il est possible de voir trois personnages portant des manteaux, certains avec des vêtements sacerdotaux et d’autres étant complètement nus. Ils se dirigent dans une relative sérénité (comme engagés dans une procession) vers l’axe de la composition (le Christ) afin de pouvoir accéder à la Jérusalem céleste, qu’ils regardent en levant les yeux. Certains contemplent le Christ, comme on peut le voir par les mains posées sur le menton ou levées au ciel.
Comme on peut le voir par les mains posées sur le menton ou levées au ciel, d’autres rendent grâce au Christ-Juge par des gestes de prière. Un groupe peut retenir notre attention : celui composé de l’Ange avec la représentation de trois âmes nues qui s’accrochent à lui en pointant la Jérusalem céleste, comme s’ils demandaient à y accéder (cela a été interprété comme trois enfants impatients d’aller au Paradis). De rares visages sont emplis de craintes, ce qui montre que la peur n’abandonne pas pour autant les élus. Cependant, cette crainte reste moins exprimée par rapport à ce qui est observable sur la gauche du Christ. Leurs regards s’élevant offrent un mouvement ascensionnel qui emmène le spectateur à regarder la partie gauche du tympan. Au niveau inférieur de celui-ci, on peut voir entre autre un groupe de huit personnages se dirigeant vers le Christ qui sont désignés comme des apôtres, mais certains spécialistes aujourd’hui les attribuent à des élus (comme dans les compositions byzantines du Jugement dernier). Ces personnages sont représentés de manière très longiligne et graphique, avec de beaux plissements de drapés (proche de la tradition byzantine). L’homme imposant aidant une âme, représentée plus petite, à atteindre le Paradis n’est autre que saint Pierre, qui est présenté sous la fonction de psychopompe. Il est reconnaissable par son attribut : les clefs du Paradis. L’extrême gauche est quant à elle occupée par l’ascension au Paradis des élus (représentés nus comme le veut la tradition occidentale), qui sont aidés par des anges les transportant. Ces derniers sont représentés ailés, auréolés, pieds nus, vêtus de longues robes, comme le veut la tradition iconographique, et possède un corps filiforme qui participe à l’élévation du regard pour le fidèle. Cette élévation emmène à la représentation de la Cité céleste, le Paradis, pourvue d’arcades à trois niveaux, où l’on peut voir des bienheureux qui ont déjà accès au Paradis éternel. Pour accéder à cette vie éternelle, il faut réussir à traverser les ouvertures étroites qui correspondent au chemin resserré conduisant à la vie éternelle. La Vierge en adoration trônant à la droite du Christ fait écho à la porte ouverte du Paradis, elle revêt alors la fonction de « porte » du Ciel dans l’ascension spirituelle du fidèle.
Pour ce qui est du côté des « damnés » du linteau, c’est-à-dire à la gauche du Christ, ils sont identifiés par l’inscription en vers léonins: « Terreat hic terror ; quos terreus alligat error : nam fore sic verum notat hic horror specterum » (« Que cette terreur terrifie ceux qui lie l’erreur terrestre, car l’horreur de ces images signifient que tel sera leur sort »), qui prévient le fidèle de ce qui arrive aux pécheurs. Il est représenté dix-huit personnages, dont la plus grande majorité est nue, et dont les fortes expressions contrastent avec la sérénité du groupe qui leur fait face.

Une nouvelle responsable à la bibliothèque municipale de Fontaine-Française

Une nouvelle responsable à bibliothèque municipale

Une nouvelle responsable de la bibliothèque bénévole a pris ses fonctions et présente les nouveautés à la bibliothèque municipale..

Martine Blot, 61 ans, retraitée, habitante de Fontaine-Française depuis 2012, est la nouvelle responsable bénévole de la bibliothèque municipale de Fontaine-Française. Elle travaillait auparavant dans la restauration collective. La bibliothèque municipale de Fontaine-Française compte de nombreuses nouveautés. « La Médiathèque de Côte d’Or ayant lancé son portail numérique, le personnel de la bibliothèque municipale de Fontaine-Française en mesure de proposer un service interactif et intuitif. » : précise Martine Blot. Tous les adhérents de la bibliothèque peuvent y accéder depuis leur domicile. Ce service est entièrement gratuit. Il fonctionne avec des jetons virtuels. De nombreux thèmes sont accessibles : musique, livre, presse, magazine, cinéma, autoformation, ainsi qu’un espace sécurisé pour les enfants de moins de 10 ans.
D’autre part, depuis le mois de janvier, le personnel de bibliothèque a proposé, à l’essai, des CD audio en prêt. « Au vu du succès remporté par cette nouveauté, nous pensons continuer très prochainement cette prestation. » : confie la responsable de la bibliothèque. « De plus, des livres nouveaux sont achetés tous les ans. Nous tenons compte des envies des lectrices et des lecteurs » : ajoute Martine Blot

Les bénévoles de la bibliothèque sont à la disposition du public pour tout renseignement.
Les bénévoles sont au nombre de 7 dont 3 encore en activité professionnelle.
La bibliothèque est ouverte le mercredi de 9 h 30 à 11 h 30 et de 15 heures à 17 heures et le samedi de 10 heures à midi. La bibliothèque municipale sera fermée pour congés annuels du 1er au 15 août.

Une nouvelle deuxième adjointe à Orville

Une nouvelle deuxième adjointe à Orville

Une nouvelle deuxième adjointe a été élue au conseil municipal à Orville

Il y a quelques semaines, le deuxième adjoint au maire d’Orville, David Charolois, a démissionné lorsqu’il a déménagé hors du territoire. Le conseil municipal s’est donc réuni vendredi 17 mars pour procéder à son remplacement. C’est une adjointe qu’il a désignée, en la personne de Marie Pérard. Passionnée de sports canins, cette orvilloise de 37 ans est conseillère de vente confort et énergies renouvelables dans une grande surface de l’agglomération dijonnaise. Elle a emménagé avec son mari et leurs deux filles à Orville il y a six ans ; un retour aux sources pour cette enfant du pays. Marie Pérard s’occupera de l’action sociale et l’organisation des festivités de la commune.

Ce conseil a également été l’occasion pour les élus de réaffirmer leur attachement aux écoles du SIVOS des 4 villages. Une motion contre la fermeture d’une classe de maternelle à Chazeuil à la rentrée prochaine a été adoptée à l’unanimité. Le maire a rappelé les efforts déployés par les élus des 4 communes pour maintenir cette école de proximité. Les inscriptions pour la rentrée prochaine sont en train d’être finalisées et un rendez-vous a été sollicité auprès de l’Éducation Nationale.

Le SIVOS est le Syndicat Intercommunal à VOcation Scolaire du RPI (regroupement Pédagogique Intercommunal) des 4 villages : Chazeuil, Orville, Sacquenay, Véronnes.

Cérémonie du 19 mars à Fontaine-Française

Cérémonie du 19 mars

Dimanche, à Fontaine-Française a eu lieu la cérémonie du 19 mars. Jean François Pellechia a reçu le matin même à Dijon, la médaille militaire par un officier agrée en présence des personnalités civiles et militaires. Ce dernier a été mis à l’honneur à Fontaine-Française à son retour de Dijon. Le dépôt d’une gerbe a été effectué par les autorités au monument aux morts.

Cérémonie du 19 mars à Bèze

Cérémonie du 19 mars

Dimanche 19 mars à Bèze a eu lieu la cérémonie liée à la Journée Nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc pour les communes de Belleneuve, Savolles, Mirebeau sur Bèze, Tanay et Bèze. En cette journée, date de l’anniversaire du cessez le feu décrété lors des accords d’Evian, le 19 mars 1962, la croix du combattant a été remise à Joseph Laville. Un hommage a été rendu aux morts, lors de ce conflit. L’Harmonie du Mirebellois et les Sapeurs Pompiers du Centre de Secours de Mirebeau sur Bèze ont participé à cette cérémonie du 19 mars. Deux gerbes ont été déposées par les autorités au monument aux morts de Bèze. .