Sainte Antoinette et saint Romain.

Sainte Antoinette et saint Romain.
Ciel clair à la saint Romain, c’est beaucoup de bien et de bon vin.
Beau ciel à la saint Romain, il y aura des denrées et du bon vin.
Le dernier jour de février doit laisser le fossé comble.
Février est des mois de l’année, le moins long et le plus mauvais.
Si février ne frévote, mars vient qui le garrotte.
Quand février n’est pas rigoureux, mars écorche.
Quoique court, le mois de février est le plus méchant de tous.
Février trop doux, printemps en courroux.

Saint Modeste.

Saint Modeste.
À la saint Modeste, repique tes choux s’il t’en reste.
À la saint Mathias, jour et nuit ne diffèrent pas.
Quand saint Mathias trouve de la glace, il la casse.
Saint Mathias, le replâtreur, sans neige ne pourrait faire.
Saint Mathias casse la glace ; s’il n’y en a pas, il en fera.
À la saint Mathias, neige et glace.
Qui se signe à la saint Mathias, un an de santé il aura.
À la saint Mathias, la pie fait son nid.

Un menuisier reprend le flambeau familial.

Un menuisier reprend le flambeau familial.

Jean-Baptiste Ravier, menuisier, s’est installé à Fontaine-Française. il renoue avec une tradition familiale ancrée dans le menuiserie et l’ébénisterie.

Jean-Baptiste Ravier s’est installé à Fontaine-Française, il est menuisier à Fontaine-Française. Le jeune menuisier âgé de 33 ans s’est installé au sein de l’ancien atelier d’Hervé Georgin, 2 chemin de la Corvée.
Après des études à Saint-Joseph à Dijon, en CAP, BEP puis Brevet Professionnel en alternance, il a travaillé à Menuiserie Ébénisterie Nouvelle (MEN) à Saint Apollinaire.
L’artisan, habite Dijon, cependant, ses racines sont à Fontaine-Française. C’est le petit-fils de Jean Ravier menuisier à Fontaine-Française.  » Enfant, j’ai joué dans l’atelier de mon grand-père, situé aujourd’hui rue Henry Berger. L’orientation en menuiserie a été toute naturelle pour moi. C’était une évidence, je me suis tourné vers ce métier. » : confie Jean-Baptiste Ravier qui a repris le nom : menuiserie Jean Ravier en hommage à son grand-père, également ancien chef de corps des sapeurs-pompiers de Fontaine-Française. Ce dernier avait eu le bonheur en 1990 de fêter les 100 ans de cette entreprise qui a débuté au moulin de Fontaine-Française à la fin du XIX ème siècle. En effet la menuiserie avait été créée en 1890. « Trois générations se sont succédé dans la menuiserie à Fontaine-Française : mon trisaïeul François Ravier, l’arrière-grand-père Léon Ravier, et mon grand-père Jean Ravier, mon père ne s’est pas tourné vers la profession de menuisier, je reprends le flambeau. » : explique Jean-Baptiste Ravier.
Jean-Baptiste Ravier travaille dans la menuiserie du bâtiment, fenêtres, parquets, portes et escaliers n’ont plus de secrets pour lui. L’agencement des cuisines, salles de bains, dressing, et la réalisation de mobilier sont également son domaine.

Téléphone : 06.80.51.61.52