La Fête du livre à Fontaine Française (quartier libre)

La Fête du livre à Fontaine Française (quartier libre)

La fête du livre Fontaine française 2010.
La fête du livre a lieu à l’initiative de la municipalité de Fontaine Française, et est réalisée avec le soutien du conseil général de la Cote d’Or et de l’association L’As des Ass. La Société Historique et Historique de la Région de Fontaine Française est organisatrice de cet événement.
De nombreux exposants fidèles seront présents à ce rendez-vous culturel: L’acrostiche l’Alchimie du livre, les éditions Gueniot, Les éditions du bout de la rue, Le bouquineur, les éditions Mutine, Le Barde Bourguignon, le libraire éditeur Annette Masset, la librairie Les vraies richesses. Les auteurs, Pierre Arnoux et Patrick Vaucoulons viendront présenter leurs ouvrages. De nombreuses associations tiendront un stand : l’Association des Passionnés de l’Écriture du Livre et de L’Écriture, crée dans la continuité de l’Association des auteurs de Bourgogne, l’association Oncle Lucien éditions, Les poètes de l’amitié poètes sans frontières, association attachée à la promotion de la poésie en Bourgogne travers la revue Florilège, l’association Colibri de Mirebeau, la société Historique Tille Ignon; l’association « Histoire du canton de Selongey », le syndicat d’initiative et la bibliothèque de Fontaine Française… .

Encadré :
La Société Historique et Historique de la Région de Fontaine Française existe de puis 1953. Son but est d’intéresser à l’histoire de la région de Fontaine-Française, de favoriser le tourisme et de collaborer à la sauvegarde du patrimoine. La SHTRFF en partenariat avec la municipalité participe à l’organisation de la fête du livre se chargeant de contacter éditeur, professionnel de la vente du livre ancien, librairie. La SHTRFF présentera ses activités et la revue « Terroir », et proposera plusieurs livres : « Contes, fables et légendes », en patois bourguignon, traduit en français, illustré avec humour par Bernard Marion, et  » Croix de nos village » illustré également par Bernard Marion, ouvrage faisant découvrir les croix et les calvaires bordant les chemins de la région de Fontaine Française, et deux nouveautés : « Henry IV à Fontaine Française » à travers la littérature locale, publié à l’occasion du 400ème anniversaire de sa mort, et un livre hommage consacré au peintre Bernard Marion.
Encadré :
L’affiche de la fête du livre :
Cette affiche a été réalisée et composée par les Ateliers d’Oncle Lucien, présents sur la fête du livre. La calligraphie utilisée est en onciale, il s’agit d’une écriture arrondie en lettres capitales utilisée dans les livres du 4éme au 7éme siècle, notamment l’évangéliaire de Kells. La bordure de cette affiche est ornée d’une frise celtique aux couleurs de la Bourgogne constituées de nœuds de Salomon. L’image a été traitée afin de donné une impression de relief au château, et au livre, illustré par des chimères, figurant au centre de l’affiche.
Liens : http://onclelucien.free.fr/les_intervenants_035.htm
Contact : Contact : Lucien Humbert
5, chemin des beaux lièvres
39380 OUNANS
Tel : 03 84 37 62 02 – 06 89 72 65 64

Renseignements pratiques :
Dimanche 4 juillet 2010, de 10 à 20 heures dans le cadre somptueux du parc du château de Fontaine-française, professionnels du livre et des métiers du livre et de l’écriture seront présents. 53 emplacements sont réservés à ce jour. Libraires, bouquinistes, écrivains, auteurs régionaux, relieurs, enlumineurs, calligraphes, ainsi que les associations culturelles locales donneront rendez-vous, ce jour là, à tous les passionnés du livre et de la lecture. L’entrée est libre et gratuite.
Des animations sont également prévues pour les enfants: l’Association des Parents d’élèves de Fontaine Française, organisera un rallye, sous forme de jeu de piste autour du thème du livre, à travers les stands présents dans les allées du château. Les enfants devront répondre à des questions concernant les métiers du livre, les stands présents, et l’histoire locale. A chaque bonne réponse obtenue au cours de ce quizz, une pièce pourra être posée sur un puzzle. L’association des parents d’élève a souhaité présentera une activité de jeu de piste.
La visite guidée du château payante, est proposée.
La commission famille assurera la partie buvette-restauration, un repas pour 11 € sera proposé. Parking exposants dans la cour du château à proximité des stands.
De nombreuses places de parking sont disponibles pour les visiteurs à proximité du château.
Renseignements : Tel. 03 80 75 97 44

Mise place d’une filière boue

La station d’épuration de Fontaine Française fait l’objet d’importants travaux de mise aux normes. Il s’agit de la mise en place d’un traitement des boues sur une station d’épuration préexistante avec  un prétraitement et mise place d’une filière boue.  Concrètement,  6 compartiments sont mis en place en 2 travées, sur un sol compacté. Ces bacs sont conçus en ayant à la base un radier (un lit en béton ferraillé sans fondation), puis un géotextile, au dessus se situent sables et graviers et  enfin se trouvent les roseaux phragmites australis communis vivant  les pieds dans l’eau. Ces roseaux filtrent les nitrates, grâce à leur système racinaire. Ce système de lagunage s’adapte au système existant composé de bassins de décantations et d’une pompe de relevage. Les eaux usées sont filtrées, les boues se déposent au pied des roseaux, le jus issus de ce filtrage repasse par un bassin de clarification puis est filtré une seconde fois par les phragmites.  Une ventilation des bacs est prévue et un dégazage près des installations est prévu. Ce processus est issu d’un long travail d’élaboration, qui fut validé en plan d’exécution mis en place depuis le début des travaux.  Le chantier a connu des débuts difficiles en raison de conditions météorologiques, les travaux devraient se finir fin juin 2010.

Le montant total de ces travaux est de 505 000 euros. Le financement se réparti ainsi : 40% sont à la charge de la commune, 30% des subventions proviennent du Conseil Général de la Cote d’or et 30% sont issus de l’agence de l’eau. La maitrise d’ouvrage incombe à la municipalité de Fontaine Française. La maitrise d’œuvre est confiée au cabinet Merlin (bureau d’étude technique). La technicité de cet ouvrage est assurée par la SAUR en partenariat avec le groupe Peduzzi. La sécurité et la protection de la santé est validée par la société Prosseco.

Les phragmites australis communis (appelés aussi roseau commun ou sagne) sont des végétaux utilisés pour purifier les eaux usées comme c’est le cas à Fontaine Française. Ils sont originaires du sud de l’Europe. Ils font déjà partie de la flore locale dans l’étang du fourneau notamment. Sur le plan écologique, la roselière à phragmite, qui est peu fréquente en Côte-d’Or, regorge de vie et d’intérêt. (source :http://www.bouger-nature-en-bourgogne.com)

D’hier et d’aujourd’hui

Texte original:

Légende : « Train mixte en provenance de Champlitte et partant vers Dijon devant le château de Fontaine Française. Il s’agit de la Locomotive 031 T n°4 Schneider » : comme c’est indiqué dans le livre de Richard Edouard Gascon  « En tramway de Dijon à Fontaine Française et à Champlitte ». La gare se situait près de là, de l’autre coté de la route. (Carte postale : archives personnelles).

Les rails ont disparu, les pavés les ont remplacés. Le château a gardé toute sa splendeur. Il est ouvert à la visite à la belle saison ainsi que les jardins. Le tramway ne passe plus à Fontaine Française, cependant il va arriver à Dijon à l’horizon 2013. La gare de Fontaine Française accueille désormais le centre routier du conseil général. Photo Rémy Monget

Voir  pour les illustrations : Le Bien Public édition Région Dijonnaise du jeudi 11 mars 2010.

TBI opérationnel au pole scolaire



Le Tableau Interactif est arrivé au pôle scolaire de Fontaine Française, il y a 2 mois. Les enseignants ont eu une journée de formation et d’initiation à la maitrise du logiciel, dispensée par un représentant de la société installatrice en janvier dernier. Deux autres journées de formation sont effectuées par des formateurs de l’éducation nationale. Un planning a été mis en place depuis le 22 février. Chaque enseignant dispose d’une plage d’utilisation de la salle informatique et l’utilise afin d’effectuer une séquence de travail selon ses besoins. Certains l’utilisent pour des diaporamas en usage collectif, d’autres l’utilisent par groupe de 2 élèves pour des exercices interactifs précis au tableau. La photocopieuse pourra éventuellement imprimer le travail des enfants. Le TBI est relié à un ordinateur performant.
Témoignages :
Nicolas Urbano maire de Fontaine Française conseiller général :
« Le TBI est un investissement d’avenir important, un outil nécessaire pour les enseignants et une chance pour les enfants fréquentant le pôle scolaire cantonal. Au collège Henry Berger des TBI ont également été installés. Dans le cas du collège il y a eu un partenariat avec le conseil général. »
Louis Gentilhomme vice président de la communauté de commune du Val de Vingeanne :
« Ce TBI a été installé à la demande de la communauté de commune du Val de Vingeanne dans le cadre d’ « Écoles numériques rurales ». Le cout total du TBI est de 17 609 €, une subvention de l’État de 9 000 € a été obtenue par la voie parlementaire, et 8 000 € sont restés à la charge de la communauté de commune. Il s’agit d’un investissement important. »

Chaufferie centralisée au bois déchiqueté présentation d’une étude de faisabilité.

Chaufferie centralisée : présentation d’une étude de faisabilité.
Jeudi 4 mars à Fontaine- Française, à la maison du Val de Vingeanne a eu lieu une réunion d’information. Il s’agissait de la présentation aux élus de la Communauté de Communes du Val de Vingeanne, présidée par Michel Borderelle, d’une étude de faisabilité, ayant pour objet de décrire le fonctionnement et la finalité économique de l’installation d’une chaufferie centralisée automatique fonctionnant au bois déchiqueté. Cette étude de faisabilité technico-économique fut présentée par Samuel Labolle du bureau d’étude Energico et par Dominique Darphin technicien de l’ONF travaillant en partenariat avec le conseil général de la Cote d’Or. Michel Patois directeur du patrimoine chez ORVITIS, l’office de l’habitat du département en charge du logement social était présent. Cet organisme gère 60 logements sociaux à Fontaine Française et pourrait être intéressé par le projet.
Cette étude a pris en compte les besoins en chauffage collectif d’un ensemble de bâtiments publics présents au sein du chef lieu de canton dans le périmètre dans l’axe de la rue des Murots. Trois projets furent présentés. Le projet de base comprend l’étude du chauffage de la maison Commard dédiée à l’accueil périscolaire et du groupe scolaire (élémentaire et maternelle). Un second projet inclut le collège Henry Berger et le futur gymnase. Un troisième prévoit en plus le chauffage des bâtiments de l’OPH21 et de la Maison d’Accueil des Personnes Âgées. La possibilité de créer un réseau de chaleur géré par une régie dans les deux derniers cas de figures a été évoquée. L’ONF dans le cadre d’une mission « eau-énergie» en partenariat avec le conseil général a étudié le potentiel d’approvisionnement local en bois déchiqueté. Dominique Darphin a présenté la pertinence de cette solution et ces avantages : l’indépendance énergétique locale, le bois est issus des forêts environnantes, l’évacuation des bois non utilisés restants en forêt. Le technicien de l’ONF a poursuivi en soulignant conjointement avec Samuel Labolle l’impact sur l’environnement et le bilan carbone intéressant de cette solution utilisant du bois déchiqueté. Les performances énergétiques de cette chaudière, les questions liées à la maintenance et la complémentarité avec le système de chauffage existant au sein du pôle scolaire par exemple, ont été détaillés. Les retombées économiques de la création d’une filière bois cantonale, l’impact positif sur l’environnement furent des sujets de fond abordés avec une attention toute particulière. Ces thèmes ont suscité l’intérêt. Les questions des élus furent nombreuses et précises.

Réfection du pont du canal à Licey

Les travaux de réparation du pont du canal à Licey sur Vingeanne constituent un événement marquant dans la vie du village, la route RD 27b est coupée durant la durée des travaux. Le pont  du canal de Licey, sur la route d’Attricourt, fut détruit en 1944 par les allemands. Après la seconde guerre mondiale entre 1944 et 1949, il a été remplacé par un pont en bois. Le pont actuel fut construit en1949. Une réfection était nécessaire, l’appareil d’appui était abimé afin de le remplacer, le tablier a été soulevé grâce à des vérins. Le nouveau dispositif est mis en place afin que ce pont soit en bon état de fonctionnement. À l’occasion de ces travaux l’étanchéité, la chaussée et la peinture des barrières de sécurité seront refaites. Les intempéries ont retardé le chantier, confient le maire et le chef de chantier. Ce chantier a débuté en janvier. La fin est prévue pour la mi-mars si la météo n’est pas défavorable. La réparation du pont du canal de Licey est entièrement financée par le conseil général à la hauteur de 205 000 €.

 

Devenir producteur d’électricité?

 Électricité produite par panneaux photovoltaïques

Témoignage

 Martial Gribelin de Saint Maurice sur Vingeanne désirait Installer des panneaux photovoltaïques. Ces panneaux permettent de produire de l’électricité et de vendre de l’énergie à ERDF. Les panneaux photovoltaïques sont différents de ceux servant à la production d’eau chaude par panneaux solaires. Martial avait monté un dossier, les prêts étaient octroyés, et la subvention du conseil régional  de 3000 euros  était accordée. Il avait obtenu le feu vert de la mairie, et l’accord de l’équipement. Cependant l’architecte des Bâtiments de France a émis un avis défavorable en raison de la teinte et de l’aspect lisse des panneaux différent des toits traditionnels. Martial Gribelin habite l’ancienne cure, proche de l’église romane du village classée  Suite à ce refus des Bâtiments de France, la DDE a émis un avis défavorable également, la municipalité a donc refusé également son accord.

Martial Gribelin ne comprend pas, son investissement total de 25 000 euros aurait été amorti en 8 ans.et la revente de l’énergie produite compensait le montant des emprunts. Martial confie : « L’État incite les particuliers à produire de l’électricité à partir d’énergies renouvelables dans le cadre du développement durable d’un coté, et de l’autre les services des bâtiments de France dépendant eux aussi de l’État entravent cette action. C’est contradictoire. Pourtant notre pays a pour objectif de produire 12 pour cent d’énergies renouvelables afin de répondre aux directives européennes concernant l’environnement. » Martial n’abandonne et essaie  toujours de  faire débloquer le dossier.

Un panneau solaire photovoltaïque est un dispositif destiné à récupérer une partie de l’énergie du rayonnement solaire pour la convertir en une forme d’énergie (électrique ou thermique) utilisable par l’homme.(source wikipédia)