Premier marché de potiers à Fontaine-Française.

Premier marché de potiers à Fontaine-Française.

L’association Artisanadart, présidée par Chloé Marguerie organise le 11 et 12 juillet au sein des écuries du château à Fontaine-Française les 11 et 12 juillet un marché de potiers à Fontaine-Française. Inscrit au calendrier du Collectif National des Céramistes (CNC), le marché de potiers de Fontaine-Française, est une première.

Une pêche électrique dans la Vingeanne.

Une pêche électrique dans la Vingeanne.

Vendredi, sur le territoire de la commune de Saint-Maurice-sur-Vingeanne, a eu lieu une pêche électrique dans la Vingeanne qui a été réalisée par l’Office français de la biodiversité (OFB). Une truitelle, des vairons, gougeons, gardons, blageons, et des lamproies de Planer notamment, ont été pêchés. Le poisson tétanisé, est capturé, puis relâché, il n’est pas tué.

Un marché de producteurs locaux et artisans de bouche se prépare à Bèze.

Un marché de producteurs locaux et artisans de bouche se prépare

Une réunion préparatoire a eu lieu mardi à Bèze, car la communauté de communes Mirebellois et Fontenois a souhaité soutenir ses producteurs locaux et artisans de bouche, suite à la crise sanitaire, en organisant le mardi 14 Juillet en partenariat avec la chambre d’agriculture de Côte d’Or et le réseau « Bienvenue à la Ferme », son marché de producteurs locaux et artisans de bouche à Bèze de 8 heures à 13 heures.
« Prenez soin de vous, pensez à nous, consommez local. »: souligne Didier Lenoir, président de la Communauté de communes Mirebellois et Fontenois.
Dans le cadre bucolique et champêtre du parc de la cure de Bèze, les visiteurs pourront soutenir et découvrir les producteurs locaux et artisans de bouche du Mirebellois et Fontenois, ainsi que ses alentours : vins, bières, fromages, miels, biscuits aux farines atypiques, spécialités de canard… Que le visiteur soit« sucré » ou « salé », il sera comblé. Il y en aura pour tous les goûts.
L’entrée est gratuite. Un protocole sanitaire sera annoncé par un affichage sur la manifestation avec sens de circulation, et rappel des gestes barrières, pour la sécurité de tous.

Pour tout renseignement, contacter l’office de tourisme au 03.80.36.76.17.

Saint Olivier. Saint Nabor et Félix.

Chaud juillet sur frais juin, peu de blé mais bon vin.
Juillet, orage de nuit, peu de mal mais que de bruit !

Saints Nabor et Félix

Martyrs à Lodi, en Lombardie (✝ v. 304)

Saint Ambroise, l’évêque de Milan, en fut le panégyriste dans son commentaire sur l’évangile de saint Luc. Ils étaient chrétiens de Milan, quand ils furent arrêtés et, peu de jours après, décapités ne voulant pas renier le Christ auquel ils avaient donné leur vie.
Voir aussi la page de St Nabor.
À Milan, vers 304, les saints Nabor et Félix, soldats originaires de Maurétanie, ils furent, dit-on, mis à mort à Lodi et inhumés à Milan.

Saint Benoit.

Saint Benoît

Rosée du jour de saint Savin, est, dit-on, rosée de vin.
Pour saint Benoît le coucou chante aux bons endroits.
S’il pleut le jour de saint Benoit, il pleuvra trente-sept jours plus trois.
Si pour Notre Dame il n’a pas chanté, il est tué ou baillonné.

Benoît de Nursie, patriarche des moines d’Occident (✝ v. 547)

saint  BenoîtC’était un jeune noble de Nursie en Ombrie. A 15 ans, on l’envoie à Rome faire ses études, accompagné de sa nourrice. Rome est terrible aux âmes pures : tentations charnelles, tentations intellectuelles et politiques.
Benoît s’enfuit, car c’est « Dieu seul » qu’il cherche et il ne veut pas courir le risque de le perdre. Il aboutit à une caverne de Subiaco où un ermite accepte de lui servir de guide dans sa quête de Dieu. Benoît y médite de la meilleure façon de vivre pour trouver Dieu. Mais il est difficile de passer inaperçu quand on rayonne de sainteté.
Les moines d’un monastère voisin l’invitent à devenir leur Père abbé. Bien mal leur en a pris : il veut les sanctifier et les réformer. Ils en sont décontenancés et tentent de l’empoisonner.
Il retourne à sa caverne de Subiaco où des disciples mieux intentionnés viennent le rejoindre. Il les organise en prieuré et c’est ainsi que va naître la Règle bénédictine. La jalousie d’un prêtre les en chasse, lui et ses frères, et ils se réfugient au Mont-Cassin qui deviendra le premier monastère bénédictin.
Il y mourra la même année que sa sœur sainte Scholastique. Emportées au Moyen Age d’une manière assez frauduleuse, leurs reliques sont désormais sur les bords de la Loire, à Fleury sur Loire, devenu Saint Benoît sur Loire-45730.
Saint patron de l’Europe: « Messager de paix,  fondateur de la vie monastique en Occident…
Lui et ses fils avec la Croix, le livre et la charrue, apporteront le progrès chrétien aux populations s’étendant de la Méditerranée à la Scandinavie, de l’Irlande aux plaines de Pologne » (Paul VI 1964)
« L’Europe retrouve l’espérance lorsque l’homme est au centre de ses institutions. Saint Benoît, priez pour nous! » tweet du pape François le 11 juillet 2018, VaticanNews.
Père du monachisme, patron de l’Europe: La catéchèse le 9 avril 2008 a été consacrée à la figure de saint Benoît de Nursie, « le père du monachisme occidental, dont la vie et les œuvres imprimèrent un mouvement fondamental à la civilisation et à la culture occidentale. La source principale pour approcher la vie de Benoît est le second livre des Dialogues de saint Grégoire le grand, qui présente le moine comme un astre brillant indiquant comment sortir « de la nuit ténébreuse de l’histoire », d’une crise des valeurs et des institutions découlant de la fin de l’empire romain. Son œuvre et la règle bénédictine ont exercé une influence fondamentale pendant des siècles dans le développement de la civilisation et de la culture en occident, bien au-delà de son pays et de son temps. Après la fin de l’unité politique il favorisa la naissance d’une nouvelle Europe, spirituelle et culturelle, unie par la foi chrétienne commune aux peuples du continent ».
« Benoît naquit vers 480 dans une famille aisée qui l’envoya
à Rome pour ses études. Mais avant de les avoir terminées, il gagna une communauté monastique dans les Abruzzes. Trois ans plus tard il gagnait une grotte de Subiaco dans laquelle il vécut isolé trois ans… résistant aux habituelles tentations humaines comme l’auto-affirmation de soi et le nombrilisme, la sensualité, la colère et la vengeance. Sa conviction -a précisé le Saint-Père- était que seul après avoir dominé ces épreuves » il aurait été en mesure d’aider autrui. En 529, Benoît fonda l’ordre monastique qui porte son nom et se transporta à Montecassino, site élevé et visible de loin. « Selon saint Grégoire, ce choix symbolique voulait dire que si la vie monastique trouve sa raison d’être dans l’isolement, le monastère a également une fonction publique dans la vie de l’Église comme de la société ».
Toute l’existence de Benoît de Nursie, a dit le Pape, « est imprégnée de la  prière, qui fut le fondement de son œuvre, car sans elle il n’y a pas expérience de Dieu. Son intériorité n’était cependant pas détachée de la réalité et, dans l’inquiétude et la confusion de son temps, Benoît vivait sous le regard de Dieu, tourné vers lui, tout en étant attentif aux devoirs quotidiens envers les besoins concrets des gens ». Il mourut en 547 et sa règle donne des conseils qui, au-delà des moines, sont utiles pour qui chemine vers Dieu. »Par sa mesure, son humanité et son clair discernement entre l’essentiel et le secondaire en matière spirituelle, ce texte reste éclairant jusqu’à nos jours ».
En 1964 Paul VI fit de Benoît le saint patron de l’Europe, de ce continent qui, profondément blessé car « à peine sorti de deux guerres et de deux idéologies tragiques, était à la recherche d’une nouvelle identité. Pour forger une nouvelle unité stable les moyens politiques, économiques et juridiques sont importants. Mais il faut trouver un renouveau éthique et spirituel tiré des racines chrétiennes de l’Europe. Sans cette lymphe vitale, l’homme reste exposé au danger de succomber à la vieille tentation de se racheter tout seul…ce qui est que la vielle utopie du XXe siècle européen…qui a provoqué un recul sans précédent dans une histoire humaine déjà tourmentée ». (Source: VIS 080409 540)

L’église abbatiale de Fleury a pris le vocable de St-Benoît lorsque les reliques du Saint furent ramenées du Mont Cassin en 703. La première en France a avoir suivi la règle de St-Benoît. (diocèse d’Orléans)
Pourquoi l’Église a-t-elle choisi des saints patrons pour l’Europe? Qui sont-ils et qu’ont-ils fait pour l’Europe?
…Saint Benoît, proclamé patron de l’Europe par Paul VI en 1964, saint Cyrille et Méthode proclamés copatrons en 1980 par Jean-Paul II et trois saintes proclamées copatronnes de l’Europe en 1999 par Jean-Paul II : sainte Brigitte de Suède, sainte Catherine de Sienne et sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)…
A voir: Le retable de saint Benoît de Nurcie à l’abbaye d’En Calcat (diocèse d’Albi)
 Des internautes nous disent:
« décédé le 21 mars. Comme le 21 mars tombait souvent en carême, dès le VIIIe siècle, il est fêté le 11 juillet date de la célébration de la translation des reliques à Fleury/Saint-Benoît-sur-Loire »
– Voir aussi:
Médaille de saint Benoît (en anglais)
Vie de Saint Benoît telle que la rapporte son biographe, Saint Grégoire le Grand (abbaye Saint-Benoît-du-Lac)
Mémoire (en Europe: Fête) de saint Benoît, abbé. Né à Nursie en Ombrie, après des études à Rome, il commença par vivre en ermite à Subiaco, rassembla autour de lui de nombreux disciples, puis s’établit au Mont-Cassin, où il fonda un monastère célèbre et composa une Règle, qui se répandit dans toutes les régions, au point qu’il mérite d’être appelé patriarche des moines d’Occident. La tradition place sa mort le 21 mars 547, mais dès le VIIIe siècle, on a célébré sa mémoire en ce jour.

Quand tu entreprends une bonne action, demande lui par une très instante prière qu’il la parachève. Alors celui qui a daigné nous compter au nombre de ses fils n’aura pas un jour à s’attrister de nos mauvaises actions.Règle de saint Benoît – Prologue

Une première édition d’un marché de potiers à Fontaine-Française.

L’association Artisanadart, présidée par Chloé Marguerie organise le 11 et 12 juillet au sein des écuries du château à Fontaine-Française les 11 et 12 juillet un marché de potiers à Fontaine-Française.Inscrit au calendrier du Collectif National des Céramistes (CNC), le marché de potiers de Fontaine-Française, est une première, avec pour objectif de relever la pari de mobliser à une période où le secteur a été vivement impacté par la crise du COVID 19, des artisans potiers et des céramistes sur un territoire où ils sont relativement peu représentés, contrairement à la Puisaye et au Clunisois : ainsi les 11 et 12 juillet prochains, les écuries du château de Fontaine-Française accueilleront des céramistes régionaux pour la plupart. Ces derniers exposeront leur production, offrant ainsi une occasion de découvrir différentes techniques et objets, utilitaires ou décoratifs, au sein d’un patrimoine architectural d’exception. Cet évènement sera l’occasion, de pouvoir échanger avec des artisans qui sans cesse réinventent cet art ancestral témoin de « l’art de vivre à la française.
Dominique Marguerie, véritable cheville ouvrière de ce marché de potier est céramiste à Fontaine-Française. Cette dernière exposera certaines de ses créations. Le côté pratique de l’organisation de ce marché de potiers n’a plus de secrets pour cette céramiste enthousiaste pour organiser cet évènement culturel. « L’objectif de ce marché de potier est de faire connaitre la poterie. Les potiers peuvent enfin exposer après la période de confinement. Trois grandes salles des écuries du château seront un lieu d’exposition de choix pour trois ou quatre potiers, installés dans chaque salle. » : explique Dominique Marguerie.
De nombreux potiers et céramistes du secteur exposeront leurs créations : Cornélia et Patrick Chaudron de Renève, Brigitte Chasserang de Foncegrive, ancienne enseignante au lycée de Longchamp, Lauriane Ballay de Dijon, Philippe Rouhier d’Evelle et Bruno Muller de Curtil Saint-Seine. Il y aura également au marché de potier de Fontaine-Française des artisans de Saône-et Loire, Nièvre, Jura, et du Vaucluse.
Un potier exercera son art, dans la cour des écuries du château à Fontaine-Française pour la plus grande joie du public.
Le marché des potiers aura lieu au petit château et aux écuries du château à Fontaine-Française, rue Honorine de Monaco, samedi 11 juillet de 10 à 19 heures et dimanche 12 juillet de 9 à 18 heures. L’entrée est libre.
Samedi à partir de 20 heures, le diner des potiers sera animé par le quartet Bleu Jazz au restaurant La Tour (réservation, au 03.80.75.26.09.)
Pour tout renseignement : 06.81.50.37.65.

Une nouvelle équipe municipale à Foncegrive.

Vendredi à Foncegrive, Didier Mignotte 54 ans, marié, 4 enfants, 2 petits enfants, a été élu maire. Il est technicien au conseil départemental de la Côte d’Or et élu au conseil municipal de Foncegrive depuis 2008, 2ème adjoint de 2008 à2014, 1er adjoint 2014- 2020. Le premier adjoint est Rémy Poupon 1er adjoint, 53 ans carrossier peintre. La 2 ème adjointe est Maryline Soret, 59 ans, sans profession. Les membres du conseil municipal sont : Magali Martin, Stella Calard, Florian Martin, Tristan Mignotte, Benoit Maruis, Philippe Menu, Clarisse Huot (absente, pour raison médicale)

Saint Ulrich.

Pluie du dix juillet, mouille sept fois du moissonneur le bonnet.
Le jour de sainte Félicité se voit venir avec gaité, car c’est le plus beau jour de l’été.

Saint Ulric

Bénédictin à Zell, près de Fribourg-en-Brisgau (✝ 1093)

Benediktinerpriorat St. Ulrichou Ulrich.
Ce fut lui que saint Hugues, son ami, chargea de rédiger les Constitutions de la Réforme de Cluny. Avant de se faire bénédictin, il avait été page et secrétaire de l’impératrice Agnès, la mère d’Henri IV, l’empereur pénitent de Canossa. Ulric fonda deux monastères, l’un en Suisse à Rüggisberg dans le canton de Berne et l’autre à Zell dans la Forêt Noire. C’est là qu’il mourut ayant perdu la vue depuis de longues années.
En allemand:
Bildungshaus Kloster St. Ulrich
– Illustration: Benediktinerpriorat St. Ulrich, © Landesmedienzentrum Baden-Württemberg.

Les bureaux d’information de l’office de tourisme sont ouverts à Fontaine-Française et à Bèze.

Depuis, le premier juillet, le bureau d’information touristique de l’office de tourisme Mirebellois et Fontenois est ouvert.

Victorine Salin, habitante d’Arcelot est âgée de 20 ans, elle poursuit ses études à Burgundy School de Dijon, elle est employée saisonnière en juillet au Bureau d’Information Touristique BIT) de l’office de tourisme Mirebellois et Fontenois à Fontaine-Française. « J’ai toujours effectué beaucoup de visites touristiques avec mes parents. Je suis attirée par le domaine touristique de la région. Cela a beaucoup facilité mes connaissances dans le domaine du tourisme local. » : précise Victorine Salin. cette dernière parle anglais ce qui facilite les relations avec les touristes étrangers.
Le château de Fontaine-Française, est ouvert à la visite lui aussi depuis le premier juillet, c’est le principal attrait touristique de Fontaine-Française.
« Le port du masque est obligatoire dans le local de La Plume Rouge qui accueille le bureau d’information de l’office de tourisme Mirebellois et Fontenois au 2 rue Honorine de Monaco à Fontaine-Française. Du gel hydro alcoolique est à la disposition des visiteurs. Les touristes ne doivent pas être plus de deux au sein du local. » : note Victorine Salin.
En aout, ce sera Lucas Villaumé qui sera présent pour accueillir les touristes au BIT de l’office de tourisme Mirebellois et Fontenois.
Cassandre Bergerot étudiante de 21 ans, originaire de Saint-Seine-sur-Vingeanne, quant à elle est présente au BIT de Bèze. « Le BIT de Bèze n’est pas un poste statique et permet d’aller à la rencontre du public, ce que j’apprécie particulièrement. Il est intéressant d’échanger avec les visiteurs sur leurs besoins, et d’aller au-devant de leurs attentes. » : déclare Cassandre Bergerot.
Les études de Cassandre Bergerot permettent de mettre en pratique ses connaissances théoriques « J’ai fait une licence d’études européennes et internationales et je reviens d’un an passé à l’étranger. En septembre prochain, je vais entamer un master management du tourisme et de la culture à l’Institut d’Administration des Entreprises (IAE) de Dijon pour me spécialiser dans ce domaine. » : confie l’étudiante.
Un protocole spécifique a été mis en place à Bèze.  » Une limite du nombre de personnes accédant au triporteur a été fixée avec 2 maximum, pas de libre-service dans le bac du triporteur, un respect d’une distance d’1mètre entre les clients à proximité du triporteur, une mise à disposition du public de gel hydroalcoolique. Un processus de nettoyage du triporteur et mesures d’hygiène pour les agents, sont renforcés. » : explique la saisonnière
Horaires à Fontaine-Française : ouvert du mercredi au dimanche de 11 à 13 heures et de 15 à 18 heures.
Horaires à Bèze : en juillet et août, du mercredi au dimanche (jours fériés inclus), de 11 à 19 heures.
Les saisonnières sont masquées. Les touristes ne se servent pas en documents sur les présentoirs. Les agentes leur remettent la documentation en mains.
Les grottes de Bèze ont ouvert le 3 juillet.
Pour joindre le BIT de Bèze, ou de Fontaine-Française, composer le 03.80.36.76.17.