25 janvier 2020.

Série sur les saints méconnus, imaginaires ou facétieux.

Saint Mandé.

Dans l’actuel département du Val-de-Marne, près du bois de Vincennes, les enfants malades devaient être à Saint Mandé pour guérir.

Des gazetiers dijonnais.

Des gazetiers dijonnais.

Il y avait au XVIIIème siècle à Dijon, une profession délicieuse, celle de gazetier. « Le Mercure dijonnois » était une gazette tenue par les deux frères Micault, Jean-Baptiste né en 1711 et son frère Claude né en 1720. C’est ce que nous apprend le précieux livre : « Les célébrations de Bourgogne. »

La gazette des frère Micault était réputée pour être salée et bavarde. C’est le rôle de la gazette. Du premier janvier 1748, au 30 juillet 1789, la gazette fourmille d’informations. Le journal commence avec la promotion d’Henri-Charles de Saulx, comte de Tavannes à la lieutenance-générale des armées du roi, l’arrivée d’un rhinocéros à Dijon, le mariage de mademoiselle Fyot de Lamarche et du marquis de Paulmy, duels, exécutions capitales, rien n’est épargnés aux dijonnois. Les murmures de la ville de Dijon sont chuchotés de la gazette. à Notre-Dame de Dijon, et l’arrestation et l’emprisonnement de deux sergents de la Milice dijonnaise qui avaient par dérision jeté des haricots dans les rues de Dijon.  Panégyrique, dithyrambes, et portraits au vitriol de notables lors des nécrologies sont la coutume.  On apprend que de Brosses était : « peu regretté du barreau de Dijon», parce que plus homme de lettres que magistrat.  Charles de Brosses, comte de Tournay, baron de Montfalcon, seigneur de Pregny et Chambésy, de Vezin et de Prevessin, dit « le président de Brosses », est un magistrat, historien, linguiste et écrivain français né à Dijon le 17 février 1709 et mort à Paris le 7 mai 1777. Je vous laisse découvrir la suite sur ce livre : Les célébrations de Bourgogne de l’Académie des Sciences Arts et Belles-Lettres de Dijon, personnages et évènements remarquables de Bourgogne au fil des siècles.

Des projets au programme à Fontenelle.

Des projets au programme.

Dimanche, à la salle des fêtes, Isabelle Quirot, maire de Fontenelle, a présenté ses vœux aux habitants de la commune. La réfection de la salle du conseil et du secrétariat est en projet, ainsi que la réfection de la porte de l’église. Ses travaux feront l’objet de demandes de subventions. « Ces projets seront réalisés ou non, en 2020. » : a précisé Isabelle Quirot.
Le poste source rapporte 14 700 euros annuellement à la commune. Un poste-source est un poste de transformation électrique appartenant à ENEDIS permettant l’interconnexion entre le réseau de transport d’électricité et le réseau de distribution de l’énergie.
Le Projet Ringo de RTE va voir le jour, à côté du poste source d’ENEDIS. La vente de parcelle pour ce projet a rapporter 15 000 euros à la commune de Fontenelle. Il existe trois sites en France, pour initier ce projet. Le projet Ringo est un projet novateur de stockage d’électricité. Le site de Fontenelle sera pionnier en ce domaine.
« Je serai candidate à ma succession les 15 et 22 mars prochains. » : a confié Isabelle Quirot.

Les célébrations de Bourgogne.

Les célébrations de Bourgogne.

Le livre : Les célébrations de Bourgogne de l’Académie des Sciences Arts et Belles-Lettres de Dijon est paru. Personnages et évènements remarquables de Bourgogne Au fil des siècles sont à l’honneur pour cette édition.

Fontaine-Française est à l’honneur. 1820, est l’année du décès de madame de Saint Julien, propriétaire du château de Fontaine-Française, amie de Voltaire. Anne-Madeleine-Louise Charlotte de la Tour du Pin épouse de monsieur de Julien, receveur général du clergé est l’une des personnes que connait le mieux Voltaire et qui l’accompagne tout au long de sa vie. Voltaire l’appelait son « Papillon philosophe. Voltaire recevait également madame de Genlis, accueillie par madame de saint Julien. C’était la sœur du marquis de Gouvernet qui protégea Voltaire. Madame de Saint Julien a reçu également à Fontaine-Française madame de Staël. On appela les château de Fontaine-Française, « Le château de dames. »

Madame de Saint Julien est décédée le 9 mai 1820 à Paris, loin du « Château des dames. »

Voilà ce que j’avais déjà écrit sur madame de Saint Julien :

« Anne-Marie Madeleine de la Tour du Pin a épousé de Marie-François Bollioud de Saint Jullien, conseiller du roi, receveur du clergé de France, gouverneur et lieutenant du roi. Son époux fortuné a fait construire le château, madame de Saint Jullien était une femme cultivée, intéressé par la littérature, amie de Voltaire, celui-ci appelait madame de Saint Jullien son papillon philosophe. Elle a invité madame de Staël qui a commencé son roman Corinne au château de Fontaine Française et le Chevalier de Boufflers a écrit son « Libre arbitre » au bord de l’étang Pagosse. »

Précision selon Xavier de Caumont La Force, descendant de madame de Saint Julien, nous pouvons écrire Saint Julien ou Saint Jullien, les deux orthographes sont valables.