Mesure du débit de la Vingeanne

Mardi 2 mars, deux techniciens du service ressources et patrimoine culturels, groupe eaux et milieux aquatiques de la DREAL (Direction régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement de Bourgogne) sont venus afin de mesurer le débit de la Vingeanne. Un catamaran guidé par un fil tendu, doté d’un Doppler mesure les indications voulues, qui sont ensuite traitées par un logiciel. Les micro-mesures sont enregistrées afin de déterminer les débits et de fournir des courbes déterminant la situation hydrologique. Ces données viennent compléter les mesures journalières exécutées par la station de Saint Maurice, visibles sur internet et actualisées toutes les heures.
Lien : http://www.rdbrmc.com/hydroreel2/

Le Bowling de Saint Maurice a été cambriolé

Le Bowling de Saint Maurice a été cambriolé dans la nuit du 24 au 25 février 2010. C’est la troisième fois en un an et la douzième fois en 5 ans. La porte a été fracturée. Le bâtiment a été  fouillé. Les voleurs n’ont pas trouvé d’argent. Le club n’en renferme pas. Parfois des futs de boissons et des bouteilles ont été dérobées. Peu de choses furent volées cette fois ci. Des dégradations  ont été commises. Les réparations seront couteuses . De nombreux vols se déroulent dans le secteur, il est recommandé d’être prudent et vigilant. La gendarmerie a procédé aux constatations, et mène l’enquête.

Devenir producteur d’électricité?

 Électricité produite par panneaux photovoltaïques

Témoignage

 Martial Gribelin de Saint Maurice sur Vingeanne désirait Installer des panneaux photovoltaïques. Ces panneaux permettent de produire de l’électricité et de vendre de l’énergie à ERDF. Les panneaux photovoltaïques sont différents de ceux servant à la production d’eau chaude par panneaux solaires. Martial avait monté un dossier, les prêts étaient octroyés, et la subvention du conseil régional  de 3000 euros  était accordée. Il avait obtenu le feu vert de la mairie, et l’accord de l’équipement. Cependant l’architecte des Bâtiments de France a émis un avis défavorable en raison de la teinte et de l’aspect lisse des panneaux différent des toits traditionnels. Martial Gribelin habite l’ancienne cure, proche de l’église romane du village classée  Suite à ce refus des Bâtiments de France, la DDE a émis un avis défavorable également, la municipalité a donc refusé également son accord.

Martial Gribelin ne comprend pas, son investissement total de 25 000 euros aurait été amorti en 8 ans.et la revente de l’énergie produite compensait le montant des emprunts. Martial confie : « L’État incite les particuliers à produire de l’électricité à partir d’énergies renouvelables dans le cadre du développement durable d’un coté, et de l’autre les services des bâtiments de France dépendant eux aussi de l’État entravent cette action. C’est contradictoire. Pourtant notre pays a pour objectif de produire 12 pour cent d’énergies renouvelables afin de répondre aux directives européennes concernant l’environnement. » Martial n’abandonne et essaie  toujours de  faire débloquer le dossier.

Un panneau solaire photovoltaïque est un dispositif destiné à récupérer une partie de l’énergie du rayonnement solaire pour la convertir en une forme d’énergie (électrique ou thermique) utilisable par l’homme.(source wikipédia)

Natural Signs une ouverture entre nature et culture

Samedi 20 février, à Saint Maurice sur Vingeanne, eut lieu l’inauguration chez un particulier, de l’œuvre « Natural Signs ». Jérôme Vaspard, l’artiste, auteur de cette œuvre d’art contemporain était présent. Bruno Girard et les membres d’Art BFC, (association ayant exposé Natural Signs auparavant), sont venus également assister à cet évènement. Environ 35 personnes, élus, famille, voisins, et amis originaires des environs, ont assisté à ce vernissage. Bruno Girard président d’Art  a insisté sur le coté remarquable de cet événement permettant d’accroitre le rayonnement de l’art contemporain dans notre canton, et s’est félicité du déploiement culturel de cette association dans canton. Jérôme Vaspard, diplômé des Beaux Arts de Besançon, professeur d’arts plastique, a présenté son œuvre comme une interrogation sur l’appropriation de la nature par l’homme, et a confié : «Cette installation est à voir comme une invitation à la promenade dans les espaces qu’elle délimite. C’est une ouverture et une limite à la fois, signifiant une frontière que seul le passage permet vraiment de saisir. » L’arrivée de cette œuvre est vécue comme une entre une ouverture entre nature et culture entre campagne et espace construit.

dscn6814.1267278600.JPG         dscn6807.1267278709.JPGdscn6806.1267278865.JPG

Le pigeonnier de Saint Maurice sur Vingeanne

« Situé dans le village, sur la départementale 27 J, en direction d’Orain, on peut apercevoir un pigeonnier carré à étages accolé à une habitation.
La maison du pigeonnier possède également un perron couvert desservant l’entrée de l’habitation au premier étage. Cette demeure serait l’ancienne maison du receveur de la dîme de la commanderie de La Romagne.
Sur les montants d’une porte à la base de la tour se trouve gravée la date de 1670.
Cette date pourrait correspondre à la construction du pigeonnier, à cette époque la commanderie appartenait aux chevaliers de Malte qui ont succédé aux Templiers au XIVe siècle.
On peut noter que les murs ont une épaisseur de deux mètres à la base. Le pigeonnier possède deux fenêtres d’envol, dont une avec plage d’envol. À l’intérieur du pigeonnier il y a près de 250 boulins (trou dans lequel niche le pigeon). Actuellement, ce pigeonnier situé dans une propriété privée, n’est plus en activité et ne peut donc pas se visiter. On distingue pigeonnier et colombier grâce à leur forme. Un pigeonnier est une tour carrée, alors que le colombier est une tour ronde. »

Source: »En Bourgogne, découvrir les pigeonniers de la Cote d’Or » Roger Vandevenne Edition de l’Escargot Savant 2007
Jusqu’à la Révolution française c’était un privilège que de posséder un pigeonnier et un signe extérieur de noblesse.
Cette maison a appartenu notamment aux familles Japiot et Sauvageot de Saint Maurice sur Vingeanne.

Tourne petit moulin

Jean-Luc Bouley a racheté le moulin de Saint Maurice, il y a quelques années. L’ancien moulin ayant été démoli il y a longtemps, il s’agit en réalité de l’ancienne saboterie qui fut autrefois un battoir, pourvue autrefois d’une roue en bois. La roue s’était abîmé, et fut démonté, le déversoir du bief était en ruine. Jean-Luc, il y a deux ans, s’est attelé à restaurer le déversoir et la roue afin de produire sa propre électricité. Ce bricoleur de génie, véritable « Géo Trouvetou », a construit sa roue lui-même, en métal et installé un générateur. Cette électricité lui permet, entre autre, de recharger les batteries de sa voiture électrique. Il faut plus que du courage pour s’atteler à une telle tâche. Cela fait penser à la dédicace du livre écrit par Joëlle Mounier, Anne-Marie et Jean-Pierre Carmoi, « les moulins de la Vingeanne » : « Aux techniciens qui les ont construits, aux forçats qui y ont travaillé, aux fous qui les restaurent. » Cette maxime admirative et respectueuse s’applique à merveille à Jean-Luc Bouley qui est passionné par la restauration de son moulin.

Le canal gelé

Jeudi 11 février, le canal entre Champagne et Bourgogne était gelé. Patrick, employé à la VNF devait casser la glace épaisse d’environ 2 cm à l’aide d’un Yeck, devant la péniche Un yeck est un bâton de marine, une gaffe; ce mot est d’origine flamande certainement. Si la glace avait été un peu plus épaisse le bateau brise glace serait passé. Derrière le passage de la péniche la glace se reformait.