Les saints intercesseurs à Orain, dans la deuxième moitié du XIXème siècle et au début du siècle dernier à Orain.

Les saints intercesseurs à Orain, dans la deuxième moitié du XIXème siècle et au début du siècle dernier à Orain.
Saint Antoine de Padoue, était souvent invoqué, surtout quand on perdait quelque-chose, dans les familles autrefois. Par dévotion, la mère d’Anne-Antoinette Pascard, avait offert une statue de Saint Antoine de Padoue à l’église saint Bénigne d’Orain.
Le curé Augustin-Jacques Burtey, desservant Orain, devait sa vocation au saint curé d’Ars. Le 12 juin 1925, six jours après la canonisation de Jean-Marie Vianney, une des fenêtres de l’église d’Orain était consacrée au curé d’Ars. Le vitrail mesure un mètre de diamètre. Le saint curé est représenté la tête auréolée, avec ses abondants cheveux longs et blancs, son visage aminci et amaigri par le jeûne. Les mains égrènent le chapelet. Il porte son surplis, son étole et son bréviaire.
Orain a fait preuve de piété envers Jean-Marie Vianney, et de reconnaissance envers Augustin-Jacques Burtey, curé d’Orain. Jean-Marie Vianney, dit le Curé d’Ars ou le saint Curé d’Ars, est né le 8 mai 1786 à Dardilly (près de Lyon), et mort le 4 août 1859 à Ars-sur-Formans (Ain). Il a inspiré de nombreux prêtres dont l’abbé Augustin-Jacques Burtey. C’est à ce dernier que l’église d’Orain, doit de nombreuses ornementations. Ce prêtre a beaucoup œuvré pour la restauration du culte à Notre-Dame-d’Illy. Augustin-Jacques Burtey, avait été surnommé : « Le recruteur des séminaires ». Je ne sais pas si le curé Badet, le curé Pascard, et le curé Charle, lui devaient leurs vocations. Les deux premiers étaient d’Orain et le troisième de Sacquenay. Le curé Charle était de Sacquenay, il avait été nommé à Agey (21) et avait su réconcilier les habitants du village au début du XXème siècle. N’oublions pas le curé Sauvageot et le chanoine Monvoisin de Saint-Maurice-sur-Vingeanne.
Le vitrail du curé d’Ars est issu du travail de Defrance et Thénot et a couté 300 francs. Defrance et Thenot est un atelier de, peintre-verrier.

Des noces de diamants dignement fêtées.

Des noces de diamants dignement fêtées.

Toute une famille s’est réunie pour fêter des noces de diamants à la salle des fêtes.
Samedi, à Véronnes, Louis et Jeanne Cornut ont fêté leurs 60 ans de mariage entourés de leur famille. Louis Cornut est né le 12 février 1930, et Jeanne Cornut est née le 18 février 1936. Le couple s’est marié le 2 aout 1958. 6 filles et un garçon sont nés de cette union. Louis était agriculteur à Saulieu, et Jeanne était infirmière à Saulieu également. Ensuite le couple a pris une ferme à Moulins (89). Après de nombreuses années, ils ont arrêté cette activité agricole. Ils ont fait construire une maison à Neuilly-les-Dijon. Louis travaillait à la Coter, puis à la Lyonmate à Lyon (69). Jeanne s’occupait des enfants. Arrivés à la retraite, ils sont partis habiter à Frontignan, où ils résident toujours.
Ce samedi, ils ont fêté leurs 60 ans de mariage, entourés de leurs 6 filles et de leur garçon, ainsi que leurs conjoints, leurs 23 petits-enfants, et de leurs 14 arrière-petits-enfants.
Une pensée est venue de la part de la famille pour Philippe, le compagnon d’une des filles, décédé il y 15 mois.

L’Attribudu quoi fait son cirque.

L’Attribudu quoi fait son cirque.

L’École des 3 Arts propose un atelier dédié aux arts du cirque dans les locaux de la communauté de communes du Mirebellois et Fontenois. à Fontaine-Française, avec une école professionnelle de cirque : L’Attribudu quoi, qui vient d’être fondée à Dole (39). Cette activité est ouverte à tous. Une vingtaine d’inscription ont déjà eu lieu. Le professeur de cirque, Valentin Chevrot, 22 ans, est initiateur aux arts du cirque. Les cours sont axés principalement sur la jonglerie, cependant l’équilibre sur objet, les portés, l’expression, le mime et le clown ne sont pas oubliés.

Des cours de danse et de guitare seront proposés également à Fontaine-Française par L’École des 3 Arts. Les cours ont lieu tous les mardis dans les locaux de la communauté de communes du Mirebellois et Fontenois à Fontaine-Française, Les jeunes enfants de 4 à 7 ans sont accueillis de 17 h 30 à 18 h 30. les 8-11 ans sont accueillis de 18 h 30 à19 h 30, les adolescents et les adultes : de 19 h 30 à 20 h30. Contact : Stéphanie Martenot : 03.80.36.21.11 ou Patrice Drouart, directeur de l’école des 3 arts : :03.80.36.50.49

Une épicerie originale.

Une épicerie originale.

Une épicerie itinérante, zéro déchet, est présente tous les samedis, sur le marché, place Henri IV à Fontaine-Française.

V’la le vrac est une épicerie itinérante, bio, et elle propose certains produits locaux. Anne-Sophie Mouchard, âgée de 41 ans est habitante de La Villeneuve-sur-Vingeanne, commune associée de Montigny-Mornay-Villeneuve. Pour la commerçante, c’est une reconversion, elle était cadre auparavant chez Orange. Un financement participatif lui a permis de lancer son activité.
Les clients sont intéressés par ses produits. « Il s’agit de produits de qualité, des conseils de proximité sont dispensés. Le vrac est intéressant pour produire moins de déchets. » : confie Stéphanie Louvet de Fontaine-Française.
Le conditionnement est plébiscité. « Nous pouvons acheter seulement la quantité dont nous avons besoin. Nous pouvons acheter les produits sélectionnés par Anne-Sophie Mouchard. Nous avons le conditionnement que nous désirons, c’est pratique. Sa présence tous les samedis à Fontaine-Française est sympathique. »: explique Tiffany Pech, de Saint-Seine-sur-Vingeanne.
Certains clients veulent changer d’alimentation. « Le bio est voulu pour changer d’alimentation, et avoir moins de pesticides dans alimentation,. Nous privilégions une alimentation constituée des produits locaux. Je m’habitue au vrac pour avoir moins de déchets. Dans les supermarchés, les produits alimentaires sont la plupart du temps, sous vide, c’est regrettable. » : note Brigitte Barbe, habitante de Mornay, commune associée de Montigny-Mornay-Villeneuve.
.

Le mardi de 12 à 14 heures, V’la le Vrac est présent sur le parking d’une entreprise privée à Dijon, le mardi soir de 18 à 19 heures, elle est à l’AMAP de Champlitte (70). Le mercredi de 9 à 12 heures, elle est à la ferme du château à Chevigny-Saint-Sauveur, de 12h30 à 17 h30, elle est place du champs de foire à Arc-sur-Tille, de 18 à 19 h30, elle est place de l’église à Beire-le-Châtel. Le jeudi, de 8 à 12 heures, elle est au marché à Chalindrey (52) Le vendredi de 17 à 19 heures, elle est à la ferme du château à Chevigny-Saint-Sauveur. Le samedi de 8 à 12 heures, elle est place Henri IV à Fontaine-Française. Le dimanche de 8 à 12 heures, elle est au marché de Ruffey-les Echirey.

Une fermeture de classe à la maternelle.

Une fermeture de classe à la maternelle.

Les parents d’élèves sont révoltés par la fermeture de classe à la maternelle de Bèze. Seule une classe est ouverte avec trois niveaux, petite section, moyenne section et grande section.

Les parents d’élèves de l’école de Bèze ont été informés mercredi de la confirmation de la fermeture d’une classe à l’école maternelle Le Petit Prince. Les parents d’élèves protestent contre cette décision. 29 élèves sont inscrits pour la rentrée de septembre. Il y avait deux classes de maternelle jusqu’à la fin de l’année scolaire 2017-2018. A la rentrée, seule une classe est ouverte avec trois niveaux, petite section, moyenne section et grande section. La classe est encadrée par une enseignante et un agent territorial spécialisé des écoles maternelles (Atsem).
Les parents d’élèves sont désenchantés à la sortie de l’école, Ils s’attendaient à cette décision de la Direction académiques des services de l’Éducation nationale (Dasen). Les parents disent leur amertume. « Je ne trouve pas ça normal. 29 élèves par classe en maternelle, c’est trop. » : lâche Delphine Lioret. Les parents trouvent que les conditions de scolarité sont déplorables à Bèze. « C’est inadmissible. Les élèves ne peuvent pas bien travailler dans ces conditions. Les petits ne pourront pas avoir une posture scolaire et les grands ne seront pas préparés au Cours Préparatoire (CP) dans de bonnes conditions. » : renchérit Aurélie Fiatte. Les parents d’élèves se posent des questions sur l’avenir de leurs enfants à Bèze. « J’ai mon grand qui est actuellement en CP, et j’ai une petite qui va prochainement rentrer à la maternelle. C’est dommage de fermer une classe en maternelle. Mon fils était dans une classe de grande section l’an dernier à Bèze. Il a été bien préparé au CP. Maintenant cela sera difficile avec trois niveaux. Les sorties seront moins nombreuses. La sécurité sera remise en cause par le nombre élevé d’élèves en classe. Si il y a un accident, qui sera responsable?  » : confie Angélique Mouta, mère d’élèves scolarisés à Bèze.
Les parents d’élèves unanimes dénoncent une dégradation des conditions de travail en milieu scolaire au sein du monde rural. Certains affirment que les élèves de l’école maternelle Le Petit Prince de Bèze ne pourront plus accéder à la bibliothèque en raison de locaux inadaptés au nombre d’élèves.

Travaux en cours.

Travaux en cours.

A partir du lundi 20 aout, la route de Sacquenay à Chazeuil est barrée à la circulation, il est impossible de relier Chazeuil à Sacquenay par la route habituelle. Une déviation est mise en place. Le conseil départemental refait la couche de roulement de la rue dans Chazeuil. Les travaux pourraient durer jusqu’au 15 septembre. La société qui réalise ces travaux est l’entreprise Bongarzone de Poinson-lès-Fayl (52).

Un rallye est organisé pour découvrir l’artisanat local.

Un rallye est organisé pour découvrir l’artisanat local.

Le rallye de Fabrik&Sens se prépare. Le collectif artisanal Fabrik & sens organise son rallye artisanal qui fera parcourir 7 communes et visiter 8 ateliers d’artisanes au cœur du territoire rural.

Un rallye artisanal orignal est mis en place afin de permettre de découvrir ou redécouvrir des ateliers partenaires du collectif d’artisanes intitulé Fabrik&sens.
Une balade libre à travers le sud de la Haute-Marne, la vallée de la Vingeanne et la Haute-Saône, sur la journée avec un minimum de 5 ateliers visités pour participer au jeu proposé (gain : un panier d’objets artisanaux). Le lancement du rallye se fait à Attricourt (70) ou à Courcelles Val d’Esnoms (52) par groupes inscrits auprès des ateliers de ces villages. « Il y a une autre manière de participer au rallye, à son rythme, sans contrainte. » : précise Bérengère Robin qui crée ses propres bijoux et les commercialise. Elle a fondé sa propre entreprise, 5 Doigts et Fantaisies à Fontenelle et participe à ce rallye de découverte artisanale.

8 ateliers sur 7 villages seront ouverts afin de découvrir l’artisanat local au cœur du monde rural. « Les participants seront accueillis autour d’un café et de petits gâteaux » : ajoute Bérengère Robin.

Cécile Peres d’EnJeux et créations d’Attricourt, L’Atelier Califourchon : Angélique Carboni de Sacquenay, Mary Framboisine d’Attricourt également,spécialisée en décoration d’intérieur, et tapissière, Les boutons cavertine de Catherine Lacroute de Noiron sur Bèze, l’atelier Brocante et Patine de Fontaine-Française, Martine Joly une céramiste de Vars (70), et Pernette Bétrancourt de Courcelle Val d’Esnom,spécialisée en céramique historique, participent également à cet évènement qui crée du lien social sur le territoire.

Les personnes souhaitant faire la balade librement s’inscrivent pour récupérer le plan par mail et profiter des ateliers aux horaires voulues entre 10 et 18 heure. Les amateurs peuvent appeler pour tous renseignements: 07.81.00.28.01. ou 06.28.34.00.90.