Une seconde vie pour l’orangerie du château?

Une seconde vie pour l’orangerie du château?

C’est une victoire pour le collège Henry Berger de Fontaine-Française, remportée le 17 mai par les élèves de l’établissement, coachés par leur professeur de technologie Francine Perrin, les élèves ont obtenu le premier prix de la finale régionale des Génies de la Construction (anciennement Bâtissiel).

« Les Génies de la Construction » est le nouveau nom du concours « Batissiel Plus » dont la finale régionale, a eu lieu à Fraisans (39). C’est la troisième année consécutive que le collège Henry Berger de Fontaine-Française, gagne ce prix. Une caméra GO Pro est venue concrétiser ce prix.
Ce premier prix régional pour le collège Henry Berger de Fontaine-Française, vient couronner, le travail de six classes, mobilisant 150 élèves.
Il s’est agi de créer un projet en se demandant comment cultiver des fruits et légumes bio pour alimenter le collège tout en réhabilitant un édifice patrimonial tout proche.
L’orangerie du château de Fontaine-Française, est située à proximité du collège. L’édifice n’a jamais été achevé. En accord avec le propriétaire, les élèves ont imaginé de de réhabiliter l’orangerie au cœur d’un jardin potager au cours de ce projet. L’intégrité patrimoniale du lieu a été respectée. Ce bâtiment est inscrit aux monuments historiques. Ce projet s’est inscrit dans le thème du concours, intitulé : territoires durables et connectés.
Une maquette de l’orangerie et du jardin a été réalisée par les collégiens. La maquette est à la fois virtuelle, réalisée grâce à un logiciel de simulation et réelle.
« Les élèves ont imaginé un projet afin de cultiver sans produit chimique. Ce projet durable prévoit la préservation des ressources naturelles par la récupération de l’eau et l’utilisation de granulés de paille pour afficher le bâtiment. La domotique n’est pas en reste avec l’installation de systèmes automatisés comme l’arrosage automatique du jardin. Les caractéristiques architecturales et historiques du bâtiment ont été préservées pour peaufiner ce projet.  » : précise Francine Perrin, professeure de technologie et ingénieure du patrimoine qui a encadré les élèves du collège Henry Berger de Fontaine-Française.
La cabinet d’architecture est l’œuvre des cinquièmes. le bureau d’étude a été conçu par les quatrièmes. Le pilotage et la programmation a été le travail mené par les troisièmes.
Rendez-vous est donné à Paris pour la finale nationale le 4 juin.

Témoignages:
Ethan Panteghini, de Saint-Seine-sur-Vingeanne, élève de 5ème, âgé de 12 ans témoigne : » C’était bien comme projet. Cela permettrait de mieux nous nourrir à la cantine. »
Julia Jeandet, de Bourberain, élève de cinquième, âgée de 12 ans : « C’était une bonne idée. Je ne pensais pas que cela fonctionnerait. Je suis fière de mon collège. »
Auréline Branger, de Loeuilley (70), élève de cinquième, âgée de 12 ans : « C’était super d’étudier l’orangerie, maintenant je sais ce que c’est. Ce projet réalisé sur un terrain privé, nous a amené à réaliser une maquette intéressante. »

Publicités

Le maire de Bourberain donne sa démission.

Le maire de Bourberain donne sa démission.

Guy Houdement, maire de Bourberain souhaite démissionner de son mandat municipal. Toutefois il envisage de rester au conseil municipal après les élections municipales anticipées.

Guy Houdement, maire de Bourberain, a déposé sa démission la 2 mai, à la préfecture, qui a accusé réception. L’acceptation du préfet est attendue.
Le premier édile, a exposé les raisons de sa démission et sa réflexion sur les difficultés de la fonction de marie.
« Cette démission est liée à une dégradation de ma condition physique, m’amenant à devoir restreindre mon activité. Cette dégradation ayant un impact sur mon état moral. » a précisé, le premier édile.
Guy Houdement, va fêter ses 81 ans dans quelques semaines. C’est donc des raisons de santé qui l’ont poussé à démissionner.
Le maire confie également, les difficultés rencontrées, ces dernières sont liées à ses fonctions d’élu de la République. Ces difficultés sont multiples, selon lui. « La fonction de maire est très exigeante et nécessite une disponibilité quasi totale, et un état de santé irréprochable. Lorsque ces conditions ne sont plus réunis, il convient de se retirer, et de passer le flambeau. » : a confié l’élu.
Le poids de la charge, a pesé lourd dans la décision de Guy Houdement. « Toutes les questions, liées à la gestion de la commune, depuis l’élaboration du budget, jusqu’à l’exécution des projets décidés par le conseil municipal, sont une lourde charge. » : a déclaré le maire démissionnaire.
Les semaines très chargées du premier édile ont pesé,. « Les représentations de la commune au sein des instances communautaires, ajoutées aux fonctions d’officier d’état-civil, dans la commune et d’officier de police judiciaire, font partie des charges du maire. » : a encore ajouter Guy Houdement.
Cependant, conscient de faire partie d’une équipe municipale le premier édile démissionnaire, Guy Houdement a déclaré :  » Je souhaite remercier ceux qui m’ont fait confiance, lors de mon mandat. »
Si le conseil municipal avait été complet, il aurait été réuni pour réélire un nouveau maire. Le préfet a deux mois pour répondre. Des élections municipales anticipées pourraient alors avoir lieu. Il y a deux conseillers municipaux à remplacer. Guy Houdement envisage de rester conseiller municipal jusqu’en mars 2020, date des prochaines élections municipales.

Les élèves passent au vert.

Les élèves passent au vert.

En partenariat avec la Prévention routière et l’Éducation Nationale, la Gendarmerie Nationale a mis en place des exercices à vélo au sein du pôle scolaire François Launoy de Fontaine-Française.

Les élèves des classes de CM2 de l’école élémentaire du pôle scolaire François Launoy de Fontaine-Française, dont la directrice est Nathalie Leblanc, ont passé, jeudi, les épreuves pour obtenir leur Attestation de première éducation routière (Aper). Les épreuves se sont déroulées avec la participation de la Gendarmerie Nationale en partenariat avec l’association Prévention routière et l’Éducation Nationale. Une partie théorique a été suivie d’une partie pratique pour laquelle les élèves ont utilisé leur vélo sur la piste routière installée en face du pôle scolaire. Les élèves étaient sous la responsabilité du major de réserve Jean-Luc Declas, assisté de de Brian Balon, brigadier de gendarmerie du peloton motorisé de Chevigny-Saint-Sauveur. Ces tests ont pour objet de vérifier les capacités des élèves.
2 élèves de CM2 sont sélectionnés pour la finale départementale à Dijon.
Témoignages des élèves:
Éloïse Lafaille, élève de CM2, âgée de 10 ans, et habitante de Bourberain. : « C’est bien. Cela nous apprend la sécurité routière. Nous connaitrons bien désormais les panneaux de signalisation et nous apprécions les cours de prévention routière. »
Justine Bernier, élève de CM2, âgée de 10 ans, et habitante de Bourberain. :  » J’ai bien aimé. On a fait du vélo. Cela nous a appris à faire attention aux dangers de la route. »
Victoria Reichenbach, élève de CM2, âgée de 10 ans, et habitante de Fontaine-Française. : » C’était intéressant. Maintenant on fera bien attention en circulant sur le bord de la route en vélo. »

La Sainte Barbe dignement fêtée.

La Sainte Barbe dignement fêtée.

Les sapeurs-pompiers du centre d’incendie et de secours (CIS) de Fontaine-Française, ont été mis à l’honneur, à l’occasion de la Sainte Barbe.

Les sapeurs-pompiers du centre d’incendie et de secours (CIS) de Fontaine-Française ont fêté sainte Barbe, ce samedi. Après le passage en revue du corps de volontaires est venue l’heure des discours.
Ce fut l’occasion de faire le point et de récompenser des sapeurs-pompiers méritants. « 261 interventions ont eu lieu en 2018 jusqu’au jour de la sainte Barbe. Cela représente une augmentation de 10% par rapport à l’année précédente. 40 % d’interventions ont été réalisées hors secteur. 323 sorties d’engins ont été effectuées. 163 interventions pour secours aux victimes ont été réalisées. » : a précisé le lieutenant Aurélien Viardot, chef du centre d’incendie et de secours de Fontaine-Française.
L’effectif est en hausse avec 32 sapeurs-pompiers volontaires, trois nouveaux sapeurs-pompiers ont rejoint le CIS cette année. Virgil Tarby, 17 ans, habitant de Bourberain, et venant de la section des Jeunes Sapeurs-Pompiers (JSP) de Mirebeau-sur-Bèze, Gaétan Maréchal, 24 ans, habitant de Fontaine-Française, ancien JSP de Fontaine-Française, Enzo Di Liberto, 16 ans et habitant de Bourberain, ont rejoint tous trois les sapeurs-pompiers de Fontaine-Française.
Alicia Rouillard, 34 ans, monitrice d’équitation et habitante de Licey-sur-Vingeanne, Bastien Bonnotte, étudiant, âgé de 17 ans, habitant Montigny-sur-Vingeanne, commune associée de Montigny-Mornay-Villeneuve, et Franck Renard, habitant de Fontaine-Française, âgé de 37 ans et pâtissier au sein d’une grande surface, ont pour ambition de rejoindre les sapeurs -pompiers de Fontaine-Française. Leur recrutement est en cours.
L’ensemble des sapeurs-pompiers du CIS de Fontaine-Française ont été félicités pour leur dévouement.
Un engin d’intervention, tri fonction, incendie, hors chemin et secours routier a été demandé par Aurélien Viardot, chef du centre d’incendie et de secours de Fontaine-Française, pour la prochaine Commission Administrative et Technique des Services d’Incendie et de Secours (CATSIS).
Les élus présents ont dit tout leur soutien aux sapeurs-pompiers du CIS de Fontaine-Française.

Hubert Poullot, maire de Saint-Philibert, conseiller départemental de Nuits-Saint-Georges, et président du Service départemental d’incendie et de secours de Côte-d’Or, Didier Lenoir, président de la communauté de communes Mirebellois et Fontenois, Nicolas Urbano, maire de Fontaine-Française, Christian Charlot, maire de Saint-Seine-sur-Vingeanne, étaient présents à la Sainte Barbe du CIS de Fontaine-Française.

Le taïso : un entretien physique en douceur.

Le taïso : un entretien physique en douceur.

Une activité physique méconnue se déroule à Fontaine-Française, il s’agit du taïso.

Des cours de ont lieu à la salle Multi-sports de Fontaine-Française. Le taïso veut dire préparation du corps en japonais et c’est un sport d’origine japonaise. Le renforcement musculaire est pratiqué ce qui permet une amélioration de l’équilibre grâce aux assouplissement et aux étirements. C’est une forme de relaxation.
Témoignages
Annick Schwartz, 52 ans,habitante de Bourberain, coach de taïso :  » Cette activité physique, est née pour garder la forme, dans la bonne humeur, c’est ouvert à tous, quel que soit l’âge. Je pratique le taïso depuis 11 ans. Je suis coach depuis 7 ans. Le taïso, ce sont des exercices pratiqués au rythme de chacun. Cela amène du bien-être. Nous travaillons avec des ballons, des élastiques et des haltères. C’est la base des échauffements du judo, cela améliore le quotidien et c’est bénéfique pour les rhumatisme. »
Catherine Lécuret, 57 ans, habitante de Lux. : « Je viens depuis le début du taïso à Fontaine-Française, il y a 11 ans. Cela se passe dans une ambiance conviviale. C’est bon pour la forme et le moral. Il y a une bonne équipe. On s’entend bien. Je viens avec plaisir au taïso. C’est ma bouffée d’oxygène.
Marie-Noëlle Fontaine, 69 ans, habitante de Fontaine-Française :  » Je viens pour entretenir ma forme. C’est agréable. On est avec des personnes sympas. On travaille dans une bonne ambiance au taïso. »
Le taïso a lieu à la salle Multi-sports, à Fontaine-Française les lundis de 19 h 45 à 20 h 45 les jeudis de 19 à 20 heures. .

Pour tous renseignements : Isabelle Molé : 06.71.98.19.36.

Silence on lit.

Silence on lit.
Le retour au livre à l’honneur au collège Henry Berger de Fontaine-Française. Dans un moment propice, il s’agit de favoriser la lecture continue dans le calme.
L’évènement : « Silence on lit!  » : a eu lieu lundi à 13 h 45, au collège Henry Berger de Fontaine-Française, pour une durée de un quart d’heure, pour la première fois. Cet évènement voulu par la direction de l’établissement, a pour objectif de favoriser la lecture. « Il s’agit de ramener les élèves au papier, les élèves ne lisent pas de magazines ou de journaux, pour cet évènement, Nous convions les élèves à lire un livre ou une bande-dessinée pour une lecture continue. Tous les personnels sont concernés. Cela favorise la concentration pendant les cours. » : explique Eric Vadot, principal du collège Henry Berger de Fontaine-Française.
Certaines élèves apprécient de lire au calme. « Je lis des livres divers, des romans, sans image, avant je lisais des bande-dessinées. Je lis au collège ou dans ma chambre. J’aime bien « Silence on lit! « , c’est reposant. On est concentré. On ne regarde pas l’heure. » : confie Lisa Minot, 5èmeA, de Chaume, commune de Chaume-et-Courchamp.
Pour d’autres il s’agit d’une expérience motivante. « Je lis dans ma chambre, en étude, ou au CDI du collège. Après « Silence on lit! « , je lirai plus. Cela m’a appris à prendre le temps de lire. » : précise Emma Saunier 5èmeA de Pouilly-sur-Vingeanne.
Les élèves sont prêts à recommencer. « Je lis des bande-dessinées. Habituellement, je lis au calme dans mon lit. Pour « Silence on lit! « , d’Annie Jay, j’ai pris le livre que nous lisons en classe. Je suis prêt à recommencer cette expérience pour « Silence on lit! « . » : note Elian Lambard, 5èmeA de Bourberain.

De nouvelles réalisations à Bourberain.

De nouvelles réalisations à Bourberain.

La commune de Bourberain a décidé d’effectuer de multiples travaux afin de répondre aux attentes de ses administrés.

Un ‘’Mini-stade’’ a été réalisé sur le terrain de loisirs de Bourberain, ce qui va permettre aux enfants de notre village de s’ébattre dans de bonnes conditions. Le mini-stade a couté 77 153 TTC, il est auto-financé par la commune.
Cette réalisation s’inscrit dans une volonté de développer la vie sociale du village.
Dans le même esprit, la deuxième réalisation est la rénovation de la salle des fêtes, qui fut créée en 1982
Cette rénovation comporte une mise aux normes ‘’handicapés’’ qui n’est pas la moins lourde financièrement
« Cette salle des fêtes , dernier lien social sans laquelle le village pourrait devenir une ‘’cité-dortoir’’, permet aux familles et aux associations de trouver un lieu d’accueil pour leurs manifestations.  » : confie Guy Houdement, maire de Bourberain. Le cout total des travaux se monte à 131 000 € TTC. L’État subventionne à hauteur de 32 740 €, le département apporte une subvention de 21 350€ , la réserve parlementaire contribue au financement à hauteur de 4 000 €. La commune emprunte 50 000 € sur 10 ans et s’autofinance pour la somme de 22 910 €.
Quant au troisième grand projet, il consiste à rénover la chaussée de la rue de Chazeuil avec prise en compte de l’écoulement des eaux pluviales, les travaux étant prévus du 21 août au début octobre. Le cout total des travaux est de 126 650 € TTC. Le département contribue à ces financements au titre de la voirie à hauteur de 30 000 €. La commune emprunte 60 000 € sur 10 ans. La commune s’auto-finance à hauteur de 36 650 €.
La rue de Chazeuil est l’artère principale qui dessert la zone d’activité agricole de Bourberain.