Le petit journal du patrimoine à l’honneur.

Le petit journal du patrimoine à l’honneur.

Le petit journal du patrimoine de la classe de 5ème A a obtenu le troisième prix pour la première fois dans l’histoire du collège de Fontaine-Française. Le moulin et le haut-fourneau de Fontaine-Française, éléments du patrimoine de Fontaine-Française ont fait l’objet de recherche.

Deux classes de cinquième, du collège Henry Berger de Fontaine-Française, encadrés par Francine Perrin, professeure de technologie et Anne Philippe, professeure documentaliste, ont participé au concours « Le petit journal du patrimoine », organisé par la Fondation du patrimoine. La thématique de cette année scolaire était « patrimoine de l’eau : usages et mémoires. »
Une classe a travaillé sur le moulin de Fontaine-Française, une autre sur le haut-fourneau de Fontaine-Française également.
« Un gros travail de recherche a été fourni par les élèves, puis une synthèse des informations trouvées a été réalisée. » : précise Anne Philippe. En technologie, un travail a été effectué sur le fonctionnement d’un moulin à eau à augets. Une modélisation de la roue avec un logiciel a permis de comprendre mieux le travail d’un moulin;
Une initiation à la presse écrite et aux techniques journalistiques, a permis d’élargir les compétences des élèves.
Deux sorties scolaires pour visiter les deux sites ont été organisées. Guy Bertin, ambassadeur du patrimoine, en partenariat avec l’Office du tourisme Mirebellois et Fontenois a fait visiter le haut fourneau. Serge Moret a présenté le moulin.
L’objectif de ce travail a été atteint, les élèves ont réalisé un journal d’information au sujet de chacun de ses deux éléments du patrimoine de Fontaine-Française.
Le petit journal de la classe de 5ème A a obtenu le troisième prix pour la première fois dans l’histoire du collège de Fontaine-Française. « Les élèves ont réalisé un beau travail de recherche sur des sujets ardus.  » : confie Anne Philippe.

Une septième place aux championnats de France.

Une septième place aux championnats de France.

Les élèves de l’UNSS du collège Henry Berger de Fontaine-Française, ont pris une très belle 7ème place aux championnats de France d’ultimate qui se sont déroulés à La Baule (44) du mercredi 15 mai au vendredi 17 mai. Après avoir terminé 1er de leur poule en battant notamment l’équipe du Mans qui finira 3ème de la compétition, les élèves ont perdu en 1/4 de finale 5-8 contre le collège de Beaucourt mais finissent la compétition sur une victoire en remportant le match de classement pour la 7ème place 7-4 contre le collège de Betz après un match de près de 45 minutes. Cette activité très physique et technique qui se joue à 5c5 avec un groupe mixte requiert une très bonne condition physique des élèves. Il s’agit de la 2ème participation en 3 ans pour le collège à ces championnat. Pour rappel l’équipe est également championne départementale et championne académique.

L’équipe d’ ultimate du collège Henry Berger de Fontaine-Française. est composée de Andréa Bouchard, Jade Lebault, Zoé Szankowski, Solène Godemet, Carla Rousseau, Tanguy Doras, Mauricio Beucler-Munoz, Samuel Billet, William Jacotot, Nathan Gauthier, Tom Paulin et était encadrée par un jeune coach Louison Lab, ainsi que d’un jeune arbitre officiel Léo Adenot. Ce dernier a obtenu sa certification d’arbitre national et a été sélectionné pour arbitrer la finale nationale.

Succès pour les jeux inter-villages.

Succès pour les jeux inter-villages.

Ce dimanche, à Chazeuil, a eu lieu la première édition des jeux inter-villages. Le foyer rural de Chazeuil, la commune d’Orville, l’association Les P’tites Graines de Sacquenay, et le foyer rural de Véronnes se sont unis pour mettre en place cette journée au cours de laquelle quatre équipes se sont mesurées à travers neuf épreuves drôles et loufoques.
Les bleus de Sacquenay, les rouges de Véronnes, les verts d’Orville, les jaunes de Chazeuil, ont concouru amicalement. Les supporters sont venus nombreux malgré la bruine du matin. Des jeux attractifs pour petits et grands ont été concoctés par les bénévoles pour la plus grande joie d’un public enthousiaste. Les jeux désopilants étaient encadrés par les bénévoles.
Les témoignages sont unanimes:
« Les gens s’amusent. Les épreuves engendrent de l’animation. Pour une première édition c’est bien. » : souligne Marie-Pierre Cour, maire par intérim de Chazeuil.
« Il y a une bonne ambiance. Tout le monde joue le jeu. Les équipes sont au complet »: confirme Didier Magnière, président du Foyer Rural de Chazeuil.
« 80 joueurs ont participé aux premiers jeux inter-villages, c’est une réussite » : note Quentin Gorrevod bénévole.

Le fleurissement dans la bonne humeur.

Le fleurissement dans la bonne humeur.

Samedi, les bénévoles de la commission fleurissement, de la commune de la commune de Montigny-Mornay-Villeneuve, se sont réunis afin de fleurir les massifs, vasques, et jardinières au sein des trois villages composant la commune.
Comme de coutume, entrain et de bonne humeur, étaient d’actualité chez les bénévoles.
Les bénévoles ont la volonté d’entretenir le fleurissement de la commune pour la plus grande joie des petits et des grands. Les bénévoles, très impliqués dans le fleurissement de la commune ont été remerciés pour leur disponibilité et leur savoir-faire au service de la commune, par la municipalité.

Jones est né à la ferme du Clos Thomas.

Jones est né à la ferme du Clos Thomas.

L’an dernier Indiana, poulain comtois est né à la ferme du Clos Thomas, cette année la ferme fête la naissance de Jones, poulain Welsh Cob. Jones vient se joindre à une ferme en plein développement.

Céline Gribelin, exploitante agricole, à Saint-Maurice-sur-Vingeanne, développe chaque année un nouveau projet à la ferme du Clos Thomas. Cette année Jones né vendredi 10 mai est venu au monde. Il a une semaine, il pèse 45 kilos et meure 80 centimètres au garrot. Jones et sa maman Ellie Mac se portent bien. Jones est un futur étalon plein papier Welsh Cob, il sera à la vente d’ici un an. « Les Welsh Cob, sont des chevaux puissants, résistants, et polyvalents, valables pour toutes disciplines. »: précise Céline Gribelin, ancienne cavalière.

L’exploitante agricole a su diversifier sa ferme. Elle a plusieurs cordes à son arc : l’élevage équin, ovin, (avec des moutons du Cameroun), et caprin, avec des chèvres naines qui viendront à l’avenir agrandir le cheptel.

L’élevage de trait comtois et Welsh Cob est une typicité de l’exploitation agricole La prestation promenade en calèche avec la jument comtoise, Toscane rayonne sur le territoire

Galmira, jeune poulinière comtoise est également venue compléter l’élevage. Indiana, jeune étalon comtois, doit se faire agréer comme reproducteur, il est né à la ferme l’an dernier, élevé avec sa mère Corrida à la ferme, il va participer au développement de l’élevage comtois. Eyquem du Guinel, quant à lui, étalon Welsh Cob, fait également partie de cet élevage familial, proche des êtres humains.

Un des projets de la ferme du Clos Thomas est l’ouverture de l’accueil à la ferme. « J’ai la volonté de vendre des œufs à la ferme et faire découvrir la ferme et son élevage. » : confie Céline Gribelin.

La prise en pension saisonnière de chevaux du premier décembre au premier avril est également envisagée à l’avenir.

Visite de l’association « Renaissance du vieux Besançon ».

Visite de l’association « Renaissance du vieux Besançon ».
Samedi 18 mai, a eu lieu une belle visite du village de Bèze et de l’abbaye avec l’association « Renaissance du vieux Besançon ». Belle journée avec une association de passionnés. Merci à notre guide d’un jour, Guy Bertin, qui a fait découvrir l’histoire de la commune de Fontaine-Française, au maire de la Commune de Bèze pour la visite du patrimoine de son village médiéval et aux propriétaires du château de Fontaine-Française et du château de Rosières. Un grand merci également à Jean-Pierre Bernardet, qui a proposé les livres écrits par les membres de la Société historique et touristique. Expérience à renouveler.

Vis ma vie de collégien

« Vis ma vie de collégien ».

Vis ma vie de collégien », est un tout nouveau dispositif porté par le Département, c’est une expérience inédite d’échanges entre collèges ruraux et urbains dans le département.

« Vis ma vie de collégien », prend la forme d’échanges scolaires au cours desquels les élèves s’immergent complètement dans l’univers de leurs camarades. Avec cette opération, le Département tient à favoriser les rencontres entre les jeunes côte-d’oriens vivant en ville et à la campagne et à créer du lien social entre les territoires de Côte-d’Or.
Mardi, au collège Henry Berger, l’établissement, a participé à l’opération Vis ma Vie de Collégien, proposée par le Conseil Départemental de la Côte d’Or. Cette opération est un échange entre deux classes de quatrième : la classe de 4ème B du collège Henry Berger, et une classe de 4ème 3 du collège Édouard Herriot de Chenôve. Parmi, les activités, un temps fort, la visite de la ferme de la Borde.
Annie Fournier, du Groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) de la Borde a présenté la ferme aux élèves. L’alimentation des vaches laitières a été présentée aux élèves par Vincent Fournier du GAEC de la Borde. Les vaches laitières ont été observées par les élèves. Un épis de blé a été montré aux élèves par Vincent Fournier, agriculteur à Fontaine-Française. Les impressionnantes balles de foin ont intéressé les élèves de quatrième. Annie Fournier a présenté le robot de traite.
Le lait de la ferme, est vendu à la laiterie Milleret à Charcenne (70) qui produit différents fromages. Les élèves ont pu déguster des fromages fabriqués avec le lait de production locale.
« L’exploitation agricole compte 70 vaches laitières, et produit 664 000 litres de lait par an. La ferme compte 300 hectares, dont 240 hectares consacrés aux céréales. Une vache laitière mange 2 kilos de foin tous les jours, 1 kilo de pulpe de betterave, 2 kilos de tourteau et 500 grammes de minéraux et bicarbonate et 100 grammes de sel. » : ont expliquer Annie et Vincent Fournier.
Ismaïl Faryssy, 14 ans, élève de 4ème 3 du collège Edouard Herriot confie : « C’était bien expliqué. C’est une grande ferme. Le robot de traite était impressionnant. »
Valentine Caisez, 13 ans, élève de 4ème 3 du collège Edouard Herriot confie : »C’est intéressant. Nous avons appris des choses. C’est la première que je visite une telle ferme. »