Champlitte : de nombreux projets autour du centenaire de la Grande Guerre

L’assemblée générale de l’association des Amis des musées départementaux de Haute-Saône, présidée par Patricia Maitret, s’est déroulée vendredi, au gîte d’étape de Champlitte, en présence de Françoise Ailhaud, conservateur du patrimoine, en charge des ­musées départementaux de Haute-Saône.

Les rapports moral et financier ont été votés à l’unanimité. À noter que l’association, forte de trente-neuf adhérents, bénéficie du rescrit fiscal. ­Celui-ci permet au donateur de bénéficier de 66 % de ­réduction d’impôt pour un don effectué au bénéfice de l’association.

Parmi le programme des activités de 2014, figure l’organisation de l’accueil de CM2 de Navenne, près de Vesoul, à Champlitte, dans le cadre des classes “patrimoine”. Cette classe participera, du 14 au 18 avril, à des ateliers pédagogiques adaptés, préparés par le personnel du musée départemental Albert-et-Félice- Demard. Pendant leur séjour, les élèves auront la possibilité d’observer Serge Paris travailler avec son cheval dans les vignes. Une visite guidée du bourg chanitois leur sera également proposée par l’office de tourisme.

Le 7 juin à 15 heures, sera inaugurée une exposition autour de la Grande Guerre, au musée Arts et Traditions populaires, intitulée : “1914, la fin d’un monde”. Pour ­accompagner cet événement, l’association organisera, en partenariat avec le musée ­Demard, un concert de ­musique d’avant 1914, interprété par le Brass Band ­Sagona, à 14 heures, et une ­exposition de 25 véhicules d’avant 1914, sera mise en ­place à cette occasion. L’association des Amis des musées départementaux ­propose deux sorties, en lien avec la commémoration du centenaire du début du ­conflit. L’une aura lieu en mai, au musée de la Grande ­Guerre du Pays de Meaux, et l’autre en septembre, à Verdun, et aura pour thème la découverte de Verdun et de son champ de bataille. Cette sortie comprendra la visite du fort de Douaumont, de l’ossuaire et de la citadelle souterraine.

Yvonne Gousserey, ­Christian Boudot et Geneviève Bernoux se sont représentés au conseil d’administration, ils étaient renouvelables. Chantal Voisin et Christine Cogniez ont été nouvellement élues.

Info Adhésion : 10 €

Le mariage à l’honneur à Champlitte

Samedi et dimanche dans le salon des papiers peints du musée départemental Albert et Félicie Demard, s’est déroulé un cycle de conférences sur le mariage.

Françoise Ailhaud, conservateur des musées départementaux de Haute Saône a animé une conférence sur : « La société, la femme et le mariage ».

La société a très tôt organisé les unions que ce soit la société religieuse ou la société civile. Le mariage en tant que garant de la transmission du patrimoine est révélateur du regard porté sur les femmes et sur leur rôle qui leur sont attribués. La problématique posée par Françoise Ailhaud a été de se demander si on peut espérer une révolution épistémologique par laquelle naitre homme ou femme cessera de tracer le destin des individus.

Amandine Duvillet, docteur en droit à l’Université de Bourgogne a présenté une conférence intitulée : « De quelques approches novatrices du couple : entre critique du mariage et promotion de l’union libre(1850-1920).
Dès la seconde partie du XIXème siècle, la vision traditionnelle de la famille basée sur le mariage n’est plus aussi prégnante, des fissures apparaissent. Une rupture avec l’ordre familial ancien s’engage avec le rétablissement du divorce. L’appréhension de l’union matrimoniale et de l’union hors mariage évolue sous l’effet de conceptions nouvelles qui elles-mêmes entrainent des réactions conservatrices. Plusieurs juristes s’inquiètent de ce qu’ils considèrent comme une « crise de mariage ».
Georges Rech, conservateur des archives départementales a présenté une conférence : « Les bâtards en Franche Comté sous l’Ancien Régime »

La situation des enfants nés d’unions illégitimes, a longtemps mis les bâtards à la marge de la société. Leur existence sinon leurs droits était bien reconnue et prise en compte par le droit et l’administration religieuse et civile. Les archives départementales contiennent des documents étonnants sur les bâtards et les rapports avec la société, ils ont accompagné l’exposé de Georges Rêche.

Jean –Christophe Demard a animé un exposé sur Le Mexique et la Haute-Saône, terres d’alliances.

En trois vagues d’émigration, à partir des années1830, des habitants de Champlitte partirent s’installer dans la région de San Raafael et Jicaltepec, alors habitée par des populations d’origine hispanique et essentiellement par des populations indiennes. Près de deux siècles après le premier grand départ, des stratégies d’alliances ont été mises en place.

Anne Tricaud, conservateur du patrimoine a présenté une conférence sur l’art et la manière de bien s’établir en franche Comté : robe de mariée et trousseau.

Aujourd’hui, le mariage c’est la fête d’un jour et la robe blanche de la mariée. Dans la société traditionnelle le mariage s’accompagnait de rites et de temps successifs. La description de ces pratiques permet de porter un regard sur ce qui devient l’union de deux êtres plutôt que l’alliance de deux familles.

Noëlle Benhammou, docteur ès lettres, professeure de Lettres, chercheuse associée à l’ITEM CNRS a présenté une conférence intitulée : « Noces villageoises dans les récits d’Erckmann-Chatrian de de Maupassant : entre idéalisation et satire ». Les noces de villages comportent des rituels (cortèges vers la mairie, puis l’église : repas champêtre, charivari) que les écrivains réalistes du XIXème siècle ont décrit avec précision. Erckmann-Chatrian et Maupassant présentent tous deux les étapes du mariage dans des régions qu’ils connaissent bien : (l’Est de la France et la Normandie). Leurs récits font alterner détails sociologiques et évènements tragi-comiques. Le réalisme est alors écartelé entre idéalisation et satire.

Le talent à l’honneur à Champlitte

Dimanche, le professeur Dominique Belpomme président de l’Association des Amis du Peintre Bernard Marion a présenté la première édition du prix Bernard Marion de peinture à la salle des fêtes de Champlitte.
45 peintres ont participé à ce concours et ont présenté trois tableaux chacun, dont un choisi pour le concours. Les peintres étaient soit originaires de Franche Comté, soit de Côte d’Or ou de Haute Marne, départements limitrophes. Environ 500 personnes ont visité cette exposition. Le public a participé en essayant de trouver le choix du jury qui a choisi de primer 3 tableaux. Les enfants ont tenu à participer à ce jeu aux côtés de leurs parents. Les candidats du concours ont présenté des œuvres composées de pastels, huiles et gouaches. Les visiteurs ont pu donner le nom des trois premiers dans le bon ordre. Deux prix étaient prévus au départ, cependant devant la qualité des œuvres présentées, un troisième prix doté de 250 € a été institué, le deuxième prix était doté de 500 €, et le premier était d’une valeur de 1000 €. 3 accessits ont été décernés pour encourager les artistes locaux.
L’Association des Amis du Peintre Bernard Marion a été créé du vivant du peintre Bernard Marion, il y a 4 ans, sur les conseils de Marcel Riff. Dominique Belpomme professeur de cancérologie, directeur de l’Institut Européen sur le cancer et l’environnement dont le siège est à Bruxelles et peintre amateur sensibilisé par les œuvres de Bernard Marion préside cette association pour mettre en place des expositions puis initier le prix Bernard Marion. Dominique Belpomme précise :  » Le concours aura lieu en 2014 à Fontaine Française et en 2015 au Haut du Them. Le but est d’éduquer le public et les enfants en particulier. La culture artistique est le meilleur rempart contre la violence, le beau conduit au bien comme disait le philosophe Alain. Nous avons pour projet de mettre en place des cours de peinture et de dessin. Nous envisageons la création à terme d’un musée contemporain dans la lignée du musée des Arts et Traditions populaire crée par Albert et Félicie Demard. L’association va continuer à promouvoir les talents locaux par le biais du concours Bernard Marion et se met au service des artistes locaux en osmose avec le musée des Arts et Traditions populaire et les politiques. » Gilles Teuscher, maire de Champlitte, conseiller général a rappelé qu’une partie des œuvres de Bernard Marion a été léguée à la commune de Champlitte. Ce week-end une sélection de 30 aquarelles de Bernard Marion a été présentée.
Le jury composé de Patrice Carpentier, Frédérick Gagné, Françoise Ailhaud, Pierre Rameau et Jérémy Swann a décerné le premier prix du concours à Samuel Boillot de Chaux la Lotière pour son œuvre : »Le reflet », le second prix à Bernard Bohrer de Cravanche (90) et le troisième prix à Bernard Deschamps de Chargey les Gray, le premier accessit a été remis à Valérie Maurand de Trésilley, le deuxième accessit a été décerné à Michel Alzingre d’Orbigny au Val (52) et le troisième accessit à Daniel Carette de Quetigny
lien:http://www.association-bernard-marion.org/

Des épousailles au mariage

L’inauguration de l’exposition: « Épousailles… », a eu lieu au musée des Arts et Traditions populaires le samedi 8 juin avec, une présentation de toilettes de mariage, sur une création musicale de Jean-Baptiste Médard, avec la participation des Compars de Chanitte, de Cap’Gray, de boutiques et de créateurs. Cette exposition a été programmée par l’Association des « Amis des Musées Départementaux », présidée par Patricia Maitret. Les compars de Chanitte ont ouvert ce défilé. Les mariés de l’année y ont trouvé toute leur place.
Françoise Ailhaud, conservateur du patrimoine, en charge des musées départementaux de la Haute-Saône, qui a notamment la responsabilité du musée des Arts et Techniques et du musée des Arts et Traditions populaires Albert et Félicie Demard de Champlitte a accueilli les élus et le public à l’inauguration de l’exposition.
Pour saisir les tenants et les aboutissants du mariage, qui est toujours la source de débats passionnés, le musée des Arts et Traditions populaires s’est saisi de ce sujet d’actualité pour mettre en lumière et réévaluer le passé.
« Cette exposition est composée de 6 parties, elle se découvre en un parcours initiatique dans les 3 salons du rez-de-chaussée. Le principe de l’illustration est les objets issus des collections ethnologiques et les œuvres graphiques afin de toucher l’esprit et la sensibilité du public. » : précise Françoise Ailhaud.
La visite débute par la fabrique d’un imaginaire amoureux en retraçant le roman d’amour du couple avec son ressenti. A noter que le premier salon, où commence le parcours de l’exposition a été pendant des décennies, la « salle des mariages » de la commune. La deuxième partie retrace l’épopée du mariage de raison et du contrôle social. Les exclus du mariage ne sont pas oubliés. Le genre est également mis en scène, l’aspect éducatif du petit garçon et de la petite fille est mis en avant par l’étude de l’éducation formelle par l’école ou l’église et l’éducation informelle par la famille. Suivent les accordailles ou fiançailles, arrivent enfin les épousailles, ou mariage. Le terme épousailles a été choisi sciemment pour son côté ancien, il replace le thème de l’exposition dans la durée, dans le champ temporel des collections des musées départementaux. Les œuvres présentées témoignent de la volonté de conserver les vestiges, les reliques des épousailles. La fabrique des souvenirs achève le parcours initiatique.
Yves Krattinger, président du conseil général de la Haute Saône a souligné que : « L’exposition était l’occasion de présenter au public de belles collections des musées départementaux, œuvres conservées et mises en valeur. Certaines de ses œuvres ont été restaurées pour apparaitre dans toute leur beauté. »
L’exposition ne se contente pas seulement de reconstitutions, elle amène les visiteurs à s’interroger sur un fait de société : le mariage. Le visiteur peut se poser la question de la place du mariage dans la société d’autrefois et dans celle d’aujourd’hui. Ce débat sera approfondi lors de journées d’étude en octobre prochain au musée des Arts et Traditions populaires.
l’exposition : « Épousailles… », est une exposition temporaire à découvrir à Champlitte jusqu’au 30 novembre, au musée départemental Albert et Félicie Demard. Entrée gratuite. Renseignements : 03.84.67.82.00