50 nuances de Gray

50 nuances de Gray

Gray, est la ville la plus proche, de la vallée de la Vingeanne. Gray est une ville méconnue. La Saône et les quais sont magnifiques l’été. Pourtant, au niveau national, malgré les efforts des élus, on en parle peu. Lorsqu’on en parle au niveau national c’est pour un fait divers hors norme, ou pour ses orages. Son musée, son festival Rolling Saône, sont renommés. Ce qui est vrai pour Gray, l’est aussi pour la Haute-Saône. La Vingeanne située en Côte d’Or a le même problème, un déficit de notoriété. Les gens connaissent Dijon, Langres, cependant au niveau national, on situe mal Gray, la Vingeanne, Fontaine-Française ou sa voisine Champlitte. Is-sur-Tille est connue des amateurs de mots croisés. Culmont-Chalindrey est connue des voyageurs de la SNCF. Mais combien d’usagers de l’autoroute font un crochet par Gray ou la vallée de la Vingeanne, toute proche. Alors, lors des congés, sur l’autoroute des vacances, amis voyageurs vous pouvez aller voir du côté de la Vingeanne, de la Saône ou du Salon, vous serez dépaysés et bien accueillis.

Publicités

Le lavoir de Nantilly.

Le lavoir de Nantilly.
Sur la route de Dijon à Gray par Fontaine-Française, se situe le charmant lavoir de Nantilly. Toujours pressé d’arriver à destination, l’automobiliste passe devant ce monument représentatif du petit patrimoine rural sans s’arrêter.
Ce lavoir date de 1841, il fut récemment rénové.
Il s’agit d’un lavoir à arcades, d’une belle architecture et joliment fleuri.
Ce lavoir clos permettait aux lavandières d’être à l’abri.
L’utilisation des lavoirs a progressivement été abandonnée au XXe siècle.
Les laveries automatiques ont vu le jour, mais ce qui a révolutionné les habitudes des ménagères ce sont les machines à laver.
Agrémentant le bas des arcades, des peintures représentatives du savoir-faire local.
Mais, la Bourgogne est toute proche, il est donc normal d’y voir le pesage du vin.
Ces peintures sont l’œuvre d’un artiste originaire de Gray, Frédéric Spinzi.

De belles petites foulées à Champlitte.

De belles petites foulées à Champlitte.
344 élèves de la grande section au CM2 de la circonscription de Gray ont arpenté Les Lavières à Champlitte pour le cross annuel.
En jeu des médailles offertes par l’USEP.
Mardi dernier, près de 350 participants des écoles de Champlitte, Dampierre-sur-Salon, Chargey-lès-Gray, et Autrey-lès-Gray, se sont élancés sur différentes distances. Le cross est inscrit au programme d’endurance en partenariat avec l’USEP et la Fédération française de Cardiologie. L’implication des parents a été très appréciée par les organisateurs. L’association « Les Amis de l’école », a offert les gouters aux enfants. Un concours artistique a été réalisé en parallèle pour la seconde année consécutive et a été remporté cette année par la famille Kessler, avec, à la clé, un bon d’achat de 50€ dans un magasin graylois. Les créations sont encore visibles pendant un mois au sein de la Médiathèque du village. Le prochain évènement de l’école, sera le festival de guitare organisé par les Amis e l’école, cet évènement aura lieu le 25 mai prochain, avec la tenue de la buvette et la restauration, afin de récolter des fonds pour les projets scolaires.

Une nouvelle secrétaire.

Une nouvelle secrétaire.

Florence Atlani, remplace Sophie Michelin partie à Arc-lès-Gray (70), comme secrétaire de mairie à Montigny-Mornay-Villeneuve. Florence Atlani habite Gray-la-Ville (70). Cette dernière travaille du lundi au vendredi. Le secrétariat est ouvert au public, tous les jours de 9 à 12 heures du lundi au vendredi.
Florence Atlani, travaillait auparavant dans la finance dans les Alpes Maritimes. Elle a choisi de retrouver sa famille établie à Gray (70).

De retour sur les planches.

De retour sur les planches.
Au menu l’improvisation.
Ils sont une petite douzaine à retrouver le chemin de la scène. En manque de créativité artistique et avec la volonté de redécouvrir le théâtre, Pascal Henriot et ses amis ont recrée une troupe de théatre sous l’égide de Catherine Mandret, animatrice d’origine chanitoise et sa Compagnie Théâtre Actif.
Depuis le 16 mars, un premier atelier a vu le jour au centre de loisirs de la commune de Champlitte, avec des participants de tous horizons ou presque de Fontaine-Française à Gray. L’objectif est de pratiquer l’improvisation. La troupe accepte tous les niveaux des arrivants de 10 à 77 ans, d’autant plus qu’ils seront en bonne compagnie avec Catherine Mandret, plusieurs fois récompensée en tant que comédienne.

Dans la lumière d’Alfred Giess.

Dans la lumière d’Alfred Giess.
Le peintre de grand talent, qui fut profondément amoureux de Champlitte est à l’honneur ce dimanche à Saint Amarin (68), dans son Alsace de naissance.
Pendant les dernières journées du patrimoine, Catherine Lemaire, sa petite-fille avait commenté la fresque peinte en l’église Saint-Christophe de Champlitte par son grand-père.
La bourse aux tableaux et l’exposition se déroule au complexe culturel Le Cap de Saint-Amarin. Entrée 3 €. Gratuit pour les moins de 16 ans.
Alfred Giess, né le 21 avril 1901 à Morschwiller-le-Bas (Haut-Rhin) et mort le 26 septembre 1973 à Gray, est un peintre français.
Il est le fils de Lucien Giess menuisier ébéniste et il a quatre sœurs. Jeune, il devient apprenti dans un atelier d’impression sur étoffe près de Mulhouse. La première guerre mondiale l’interrompt dans son apprentissage mais il peut suivre les cours du soir à l’école de dessin de la société industrielle de Mulhouse. En 1921, il part pour son service militaire en Syrie, entre Alep et Damas, au sein du 3ème Génie, puis il est affecté à Versailles et obtient l’autorisation de suivre les cours du soir de l’École nationale supérieure des arts décoratifs. Il entre aux Beaux-Arts à Paris dans l’atelier de Jean-Pierre Laurens en 1924.
Il épouse Marie Huguet, de Champlitte en 1927 et a trois enfants. Grand Prix de Rome en 1929, il peut partir alors qu’il est marié puis se rendre à la Casa Velasquez entre 1934-35. Il devient Président du jury du Salon des artistes français en 1937 et réalise pour l’Exposition universelle de 1937, une fresque sur le thème des loisirs à la montagne. Il est mobilisé sur la ligne Maginot en 1939 puis à Suippes pour peindre des bâches. Il est ami de Robert Fernier qu’il fréquente en Franche-Comté, où il s’est réfugié pour la fin de la guerre.
Il est élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1955. Il est conservateur du Musée national Jean-Jacques Henner à partir de 1957 et il est nommé vice-président de la fondation Taylor en 1969.

En 1961, Marie est victime d’un grave accident vasculaire. Elle s’éteint en août 1968, à Champlitte. En 1970, Alfred se remarie avec Fernande Gallois, dévouée au couple durant la maladie de Marie. Il meurt à Gray le 26 septembre 1973, à l’âge de 72 ans.

Un auxiliaire venu de très loin.

Un auxiliaire venu de très loin.
On pourra sans doute le croiser dans les ruelles de Champlitte. José Maria, 25 ans étudiant mexicain, en quatrième année de français est arrivé depuis samedi sur le commune de Champlitte. Il restera à Champlitte, jusqu’en juillet. Le musée départemental Albert et Félicie Demard, véritable acteur local accueille depuis 2015, des étudiants mexicains, dans le but de nourrir les liens qu’entretiennent la Haute-Saône et le Mexique.
José Maria interviendra comme assistant de langue au collège Gaston Ramon de Dampierre-sur-Salon et au collège Delaunay de Gray et en tant que médiateur culturel au château de Champlitte pour les projets sur le Mexique. Il va participer également à des actions ouvertes au public, parmi lesquelles La Nuit des musées avec le vernissage de la résidence d’artistes avec Caroline Desnoëttes le 18 mai, ou la nuit des mystères le 29 juin, avec une chasse aux trésors au sein du bourg chanitois, en attendant le jour des morts, El Dia des Los Mortos. L’étudiant mexicain va assister des classes d’espagnol jusqu’à la fin de l’année et préparer des animations pour mettre à l’honneur le Mexique, thématique clé de cette année 2019. Ace propos, une nouvelle salle sera créée au château de Champlitte, qui présentera les collections mexicaines et l’histoire du jumelage. Nombreux sont les partenaires engagés dans ce beau jumelage, au premier rangs desquels, se trouvent le département de la Haute-Saône, la commune de Champlitte, l’association Haute-Saone Mexique, les collèges, l’école élémentaire de Champlitte, Le Gang des Chiffonnières, et l’association Intercommunale pour l’enfance, le programme est à suivre.