L’ouverture de la pêche au brochet se prépare.

L’ouverture de la pêche au brochet se prépare.

La pêche au brochet fait l’objet d’une passion pour les amateurs avertis qui se préparent pour l’ouverture.

Jean-Paul Ferry, 73 ans cette année, habitant de Fontaine-Française, éleveur retraité est un mordu de la pêche au brochet.
La pêche au brochet est spécifique, c’est une passion pour Jean-Paul Ferry. « Je me suis mis à la pêche depuis l’âge de 7 ou 8 ans, et j’ai pêché jusqu’à l’âge de 35 ans. Je suis passionné de pêche au brochet depuis 9 ans. Je pêche 7 à 8 brochets par an, principalement en No kill, je remets à l’eau les brochets de 70 cm, la taille à partir de laquelle on peut prélever les brochets est de 60 centimètres. Je préfère garder pour moi les gros brochets car ce ne sont plus des reproducteurs, mais des prédateurs. Un brochet de 90 centimètres ne fait que manger et devient nuisible. » : confie le pécheur averti.
L’amateur de pêche au brochet peut parcourir plusieurs kilomètres le long des cours d’eau pour sa passion. « Je pêche dans la Vingeanne, le Salon, je vais pécher en barque au lac de Villegusien (52), et dans la Saône, cette année. J’y vais avec des copains pêcheurs, amateurs de pêche au carnassier. » : précise le pêcheur de brochet.
Un équipement approprié est nécessaire pour cette pêche sportive, le brochet se fait rare. » J’utilise des leurres clairs en eau claires et des leurres foncés en eau trouble, Chacun a l’impression d’avoir le bon matériel, maintenant c’est l’adresse du pêcheur qui fait la différence. Avant on pouvait pêcher 3 ou 4 brochets par jour. Maintenant, je suis content lorsque j’en touche un. Avec un lancer léger c’est un combat avec le brochet.  » : prévient l’amateur averti
L’Amicale des pécheurs de la Haute et Moyenne Vingeanne, dont Jean-Paul Ferry est un bénévole assidu, pour effectuer les travaux au bord de la Vingeanne, a une volonté de créer des postes de pêche, 150 places de pêche ont été créés sur Percey le Grand (70) en 2017, des postes vont être créés en 2018 à Saint-Seine-sur-Vingeanne, et à Fontaine-Française. De plus 400 brochets ont déversés dans la Vingeanne en 2017, 1000 brochets seront implantés en 2018, pour le plus grand bonheur des pêcheurs amateurs de brochets.

L’ouverture de la pêche au brochet sera le 1er mai 2018.

La Vingeanne en question

DSCN0021 Le niveau du cours d’eau est bas : http://www.bienpublic.com/edition-tille-vingeanne/2015/08/04/montigny-mornay-villeneuve-la-vingeanne-bientot-en-crise
A l’heure où s’interroge sur la sécheresse et le bas niveau de la Vingeanne, peu modifié par les dernières pluies Jean-Philippe Maitre est président de l’Amicale des pêcheurs de haute et moyenne Vingeanne (APHMV) Bruno Barloy garde-pêche particulier répondent à nos questions.
Quel est l’impact de la sécheresse sur le cours d’eau ?
Le niveau d’eau de la Vingeanne baisse. Ce cours d’eau est asséché en amont, en Haute-Marne. La préservation de débits minimum pour les débits réservés des biefs assèche le bras de décharge. A Saint Maurice sur Vingeanne, le lit naturel s’assèche car le bief voit son débit maintenu. Il n’y a plus assez de courant dans la rivière, les herbes poussent.
Quel est l’impact de manque d’eau sur les poissons ?
Il n’y a pas de mortalité actuellement. Les poissons se réfugient dans les gros trous d’eau de la Vingeanne. La truite fario est en difficulté, car la température de l’eau augmente et le taux d’oxygène diminue. Les pécheurs viennent taquiner le gougeon le matin, car cela mord une demi-heure à une heure.
Quel est l’impact sur la société de pêche ?
On vend moins de cartes, il y a moins de pêcheurs car le poisson ne mord pas.
Sur le canal entre Champagne et Bourgogne la situation est-elle meilleure ?
Il y a de l’herbe et des plaques de mousse dans le canal Entre Champagne et Bourgogne et de la fermentation de vase à cause de la chaleur. De plus il y a moins de navigation sur le canal, l’eau est moins brassée, les péniches laissaient un chenal propre, il y a moins de péniches sur le canal. Les pêcheurs viennent moins pêcher au canal.
Il y a de l’eau ponctionnée sur la Vingeanne et sur son réservoir, le lac de Villegusien pour alimenter le canal, cela influence le débit de la Vingeanne qui est faible actuellement. On peut s’interroger sur l’intérêt d’une telle ponction alors que la circulation sur le canal est fable.
Comment voyez-vous l’avenir de la Vingeanne ?
On risque de voir se reproduire cette situation à cause des changements climatiques. La situation est inquiétante mais pas catastrophique. Par chance, il y a un seul irriguant dans notre secteur, on ne peut trop se plaindre. Cependant il manque 50 centimètre d’eau dans la Vingeanne pour qu’elle soit à son niveau habituel en été.
INFO; Si les pêcheurs constatent de la mortalité de poissons, ils peuvent prévenir la société de pêche au 06.83.48.18.88 ou à la fédération de pêche au 03.80.57.11.15

L’amoureux des mots

L’amoureux des mots 23
Des légendes couraient : Celles concernant les morts intriguaient beaucoup Jonas. À Saint Maurice, si le premier de l’année était originaire de la rive droite de la Vingeanne, trois au moins suivaient rive gauche. Parmi les pratiques en usage il avait noté qu’on voilait les miroirs en attendant les obsèques dans les maisons dans lesquelles un mort était décédé.
La Vingeanne ou « Là vint Jeanne… La Vingeanne… », tout commence comme un conte, une légende, Jonas avait dévoré dès son plus jeune âge : « La Vingeanne pas à pas » de Jean Robinet.
« La Vingeanne a des crues périodiques. À Saint-Maurice-sur-Vingeanne, les rues du village, ont été coupées au moins 4 fois cet hiver. Le débit de la rivière a atteint 35 m³ par seconde fin décembre. La Vingeanne, qui redescend aussi vite qu’elle monte, peut monter à 2,62 m à 10 heures et redescendre 2,50 m le soir.
Il ne s’agit pas d’une crue décennale, à peine s’agit-il d’une crue biennale. Le mois le plus humide relevé ces dernières années a été le mois de mars 2001 avec un débit moyen de 20,1 m3 par seconde.
Les fossés de drainages s’emplissent rapidement, au bout de trois jours continus de précipitations. Les causes des crues rapides de la Vingeanne sont multiples, le changement des pratiques culturales, le drainage, l’accroissement des surfaces imperméables urbanisées et la disparition des zones humides participent à l’apparition de crues plus violentes et plus rapides.
L’absence de couverture végétale hivernale ne favorise pas l’absorption de l’eau par le sol et accentue la fulgurance des crues. Lorsque les terres sont gorgées d’eau, il n’y a pas d’infiltration dans le sol, le ruissellement augmente et les débordements deviennent d’actualité.
Actuellement, la Vingeanne fait l’objet d’études dans le cadre du contrat de bassin. L’année 2011, a permis en effet l’émergence de celui-ci avec l’élaboration d’un état des lieux de la rivière et de son bassin versant qui a été soumis à l’avis du Comité d’Agrément de l’Agence de l’Eau, puis validé.
Cette démarche concerne les 64 communes du bassin versant soit le territoire qui draine l’ensemble de ses eaux vers le linéaire principal et ses affluents. La Vingeanne prend sa source sur la commune d’Aprey (52), traverse la partie orientale de la Côte d’Or, après avoir été recueillie par le lac de Villegusien, borde quelques communes de Haute Saône, pour enfin se jeter dans la Saône à Talmay après un parcours de 92 km.
Afin de coordonner l’élaboration et la mise en œuvre du contrat, un comité de rivière a été institué en 2012. Les actions proposées consisteront prioritairement à restaurer la qualité des eaux et à améliorer le fonctionnement physique et écologique des cours d’eau. L’Établissement Public Territorial de Bassin Saône et Doubs, est la structure porteuse du bassin, elle assurera la maitrise d’ouvrage des études, la coordination et l’information des actions, en relation étroite avec les communautés de communes, les services de l’État, l’Agence de l’Eau, les conseils généraux et régionaux, les collectivités locales ainsi que les représentants des usagers et des associations. Un diagnostic de l’état écologique de la Vingeanne, un bilan du fonctionnement des systèmes d’assainissement, un diagnostic piscicole de la Vingeanne et de ses affluents en Haute-Marne et en Côte d’Or, une étude du fonctionnement hydro morphologique et hydraulique ont été lancés en 2012.
2013 verra l’agrément du dossier définitif du contrat de bassin par le comité du bassin Rhône Méditerranée. En 2014 débutera la mise en œuvre du programme d’actions sur 5 ans. » : nous dit Le Bien Public
Jonas a écrit un poème : « La Vingeanne au Village», pris de nombreuses photos, peint la Vingeanne plusieurs fois et même réalisé une petite sculpture symbolisant la rivière.
Jonas a écrit ce petit haïku très personnel dérogeant un peu au cadre habituel :
La Vingeanne au village
L’onde de la rivière dans laquelle se mire les narcisses
Reflète les étoiles dorées et d’autres Cassiopées.
Les amoureux s’embrassent près du pont lisse
Sous la voute du ciel d’une aura nimbée
L’eau pure coule sous les ponts
Et les amoureux roucoulent
En chantant une chanson

La Vingeanne

La Vingeanne a des crues périodiques. À Saint-Maurice-sur-Vingeanne, les rues du village, ont été coupées au moins 4 fois cet hiver. Le débit de la rivière a atteint 35 m³ par seconde fin décembre. La Vingeanne, qui redescend aussi vite qu’elle monte, peut monter à 2,62 m à 10 heures et redescendre 2,50 m le soir.
Des crues et des décrues rapides
Il ne s’agit pas d’une crue décennale, à peine s’agit-il d’une crue biennale. Le mois le plus humide relevé ces dernières années a été le mois de mars 2001 avec un débit moyen de 20,1 m3 par seconde.
Les fossés de drainages s’emplissent rapidement, au bout de trois jours continus de précipitations. Les causes des crues rapides de la Vingeanne sont multiples, le changement des pratiques culturales, le drainage, l’accroissement des surfaces imperméables urbanisées et la disparition des zones humides participent à l’apparition de crues plus violentes et plus rapides.
L’absence de couverture végétale hivernale ne favorise pas l’absorption de l’eau par le sol et accentue la fulgurance des crues. Lorsque les terres sont gorgées d’eau, il n’y a pas d’infiltration dans le sol, le ruissellement augmente et les débordements deviennent d’actualité.
Contrat de bassin
Actuellement, la Vingeanne fait l’objet d’études dans le cadre du contrat de bassin. L’année 2011, a permis en effet l’émergence de celui-ci avec l’élaboration d’un état des lieux de la rivière et de son bassin versant qui a été soumis à l’avis du Comité d’Agrément de l’Agence de l’Eau, puis validé.
Cette démarche concerne les 64 communes du bassin versant soit le territoire qui draine l’ensemble de ses eaux vers le linéaire principal et ses affluents. La Vingeanne prend sa source sur la commune d’Aprey (52), traverse la partie orientale de la Côte d’Or, après avoir été recueillie par le lac de Villegusien, borde quelques communes de Haute Saône, pour enfin se jeter dans la Saône à Talmay après un parcours de 92 km.
Afin de coordonner l’élaboration et la mise en œuvre du contrat, un comité de rivière a été institué en 2012. Les actions proposées consisteront prioritairement à restaurer la qualité des eaux et à améliorer le fonctionnement physique et écologique des cours d’eau. L’Établissement Public Territorial de Bassin Saône et Doubs, est la structure porteuse du bassin, elle assurera la maitrise d’ouvrage des études, la coordination et l’information des actions, en relation étroite avec les communautés de communes, les services de l’Etat, l’Agence de l’Eau, les conseils généraux et régionaux, les collectivités locales ainsi que les représentants des usagers et des associations. Un diagnostic de l’état écologique de la Vingeanne, un bilan du fonctionnement des systèmes d’assainissement, un diagnostic piscicole de la Vingeanne et de ses affluents en Haute-Marne et en Côte d’Or, une étude du fonctionnement hydromorphologique et hydraulique ont été lancés en 2012.
2013 verra l’agrément du dossier définitif du contrat de bassin par le comité du bassin Rhône Méditerranée. En 2014 débutera la mise en œuvre du programme d’actions sur 5 ans.