Un univers mystérieux.

Un univers mystérieux.
Un enfant intéressé par le merveilleux, s’était constitué un univers imaginaire, pour échapper à son quotidien.
Il avait entendu parler des Changelins, de saint Guinefort le chien sauveur, des farfadets, des elfes, ce qu’il avait plus interpellé c’est un personnage de comics, le Cap’tain Bourgogne.
Entre mythologie et fantastique, il y avait bien le Père-Noël. Le Cap’tain Bourgogne peut bien sauver le Père-Noël.
Un vampire s’était bien mis en symbiose avec un ogre. Plus l’ogre dévorait, plus le vampire pompait son sang. Pour vivre, le vampire encourageait l’ogre à manger. Plus l’ogre croquait, plus le vampire prospérait.
Dans cet univers peuplé de créatures fantastiques, il y avait la Goulue, Gargantua, le Ragnan, et des fées.
Entre univers pré chrétien, animaux christianisés, et Marvel. Un univers gothique fascinant se mettait en place.
Dans chaque adulte, il y a un enfant resté coincé, entre imaginaire et réalité. L’enfant intégrait dans son univers des bribes de conte pour nourrir ses rêves et s’évader. Les fantômes et les croquemitaines l’effrayaient autrefois, les anges et les esprits étaient ses compagnons.
L’inspiration était une petite musique dictée par un ange qui susurrait des florilèges de contes fantastiques à ses oreilles.
Par la magie de Noël, le Cap’tain Bourgogne qui détestait les histoires tristes, brossait un happy-end à une série de contes doux amers.

L’amoureux des mots

L’amoureux des mots 18
Le soir venu les parents de Jonas aimaient à raconter des légendes aux enfants. La légende la Goulue était leur préférée. Il y avait autrefois, dans la vallée de la Vingeanne, aux confins de la Bourgogne, de la Champagne et de la Franche-Comté, une légende que les grands-mères racontaient à leurs petits enfants afin de les prévenir des dangers de la rivière, et de l’eau en général. Il s’agit de la légende de la Goulue, cette Goulue était sensée habiter la rivière Vingeanne, et les puits alentours. C’était un personnage féminin, à plusieurs bras qui saisissait les enfants désobéissants. Cette créature à mi-chemin entre l’hydre et la Vouivre nous terrorisait, cette légende remplissait bien son rôle. on retrouve cette vouivre dans les lieux dits En Vesvres sur le territoire de Saint Maurice sur Vingeanne. Il y avait également celle du Le Peût Homme, qui est encore appelé Le Peût ou Le Ragnan ou encore Le Tire Bras, il enlevait les enfants et les mettait dans un grand sac en toile. Peuh, peut s’écrire aussi Peuh, peût ou peuht ou encore Peûht pour Peûht Homme Bien entendu, c’est le diable, il hante notamment Le Creux du Diable, en Foret de Velours près de Bourberain . En patois, « peût » veut dire également laid. A Aujeures en Haute-Marne, existe la légende de la Peûte Bête. Une statue de cette bête mythique est présente sur la place du village sous la forme d’une fontaine. La Fontaine de la « Peute Bête » à Aujeurres, est une curieuse fontaine datant du XVIIIe siècle. Elle est située au cœur du village d’Aujeurres, elle ressemble à un animal aux allures de dragon. Elle se rattache à une fantastique légende haut-marnaise. Jean Robinet a repris et adapter cette légende. Le grand père contait autrefois l’histoire de Gargantua qui est passé par la vallée de la Vingeanne. Lorsqu’il marchait dans la terre mouillée il a laissé tomber de la terre de ses bottes, de la sont nées les collines de Percey le grand (Mont cierge), Montsaugeon et même Saulx le duc qui est plus éloignée. Ces collines sont autant de buttes témoins qui ont été expliquées par le passage de Gargantua. Le mythe de Gargantua préexistait avant Rabelais. L’histoire de la Mère Gangan qui est une vielle femme terrifiante, mangeuse d’enfants, hantant les lieux interdits aux enfants était également présentée aux enfants. On la retrouve dans la chanson:
A cavale mon âne
Pour aller à Biâne
Acheter du pain blanc
Pour la Mère Gangan Qui n’a plus de dents.
Il existe des variantes de mot Gangan c’est Gargan ou Gâyan