175 élèves au monument aux morts.

175 élèves au monument aux morts.

Le devoir de mémoire s’apprend dès le plus jeune âge. L’histoire et le souvenir des soldats morts pour la France ont été enseignés au monument aux morts du village.

Vendredi, une sortie pédagogique, a eu lieu au monument aux morts de Fontaine-Française, à l’initiative de Sandrine Rondi, professeure des écoles et conseillère municipale de Fontaine-Française. Cent soixante-quinze élèves, répartis en sept classes de cours préparatoire au cours moyen deuxième année, issues de l’école élémentaire du pôle scolaire François Launoy de Fontaine-Française, encadrés par leurs enseignants ont mis en pratique leurs connaissances sur l’histoire du premier conflit mondial. Nathalie Leblanc, directrice du pôle scolaire de Fontaine-Française, Jean-Pierre Carmoi, Délégué Départemental de l’Éducation Nationale (DDEN), Philippe Carriot, vice-président du Groupement Est des Anciens Combattants de la Côte d’Or et Vincent Fournier, conseiller municipal, ont assisté à ce moment mêlant histoire et souvenir des soldats morts pour la France. Les élèves ont appris ce que signifie un monument aux morts par la voix de Philippe Carriot. Jean-Pierre Carmoi avait amené un drapeau français, des élèves sont devenus les porte-drapeaux d’un jour. Une minute de silence a été respectée. Les élèves ont chanté la Marseillaise, dirigée par l’enseignante Carine Huguenin, chef de chœur. Les élèves de cours moyen ont approfondi ensuite leurs connaissances historiques autour du monument aux morts et devront effectués des recherches dans leurs villages respectifs sur les soldats du secteur morts pour la France.
Les enfants ont témoignés de la signification de onze novembre pour eux
Témoignages:
Rose Tassin de Pouilly-sur-Vingeanne, âgée de 9 ans, élève de CM1 : »Pour moi le onze novembre, c’est la fin de la Première guerre mondiale. »
Nola Lieutet de Fontaine-Française, âgée 10 ans, élève de CM2 :  » Pour moi le onze novembre, c’est la fin de la terreur. C’est la victoire de la France. »
Augustin Vandenskrick de Fontaine-Française âgé de 9 ans, élève de CM1 : « Le onze novembre, on se rend au monument aux morts. Cette année c’est la célébration de la fin de la Première Guerre Mondiale. Les soldats se sont battus pour la France »

Publicités

Une boite à livres originale.

Une boite à livres originale.

Ce n’est pas un abri pour les oiseaux qui a pris dernièrement, la place de l’ancienne cabine téléphonique, au cœur du village, en face du moulin, c’est une boite à livres. Cette initiative est née au sein de l’association Les Amis de Pouilly, présidée par Cyrille William. Cette boite à livres a été installée à Pouilly-sur-Vingeanne, par les bénévoles de cette association. « On peut prendre des livres, les remettre ou en remettre d’autres, de plus c’est gratuit. » : confie Pierre Duriska, bénévole de l’association.

Des travaux en perspective à Pouilly-sur-Vingeanne.

Des travaux en perspective.

Lors de sa venue, lors de l’arrivée de la fibre, au cœur du bourg, François Sauvadet, président du conseil départemental, avait annoncé des travaux sur la commune de Pouilly-sur-Vingeanne. Le pont, situé sur le canal Entre Champagne et Bourgogne sur la route départementale 27 G à Pouilly-sur-Vingeanne doit faire l’objet de travaux qui seront effectués par le conseil départemental.

La corrosion a fait son œuvre

L’équipement a fait l’objet d’une inspection détaillée, en novembre 2016, dans le cadre des processus de surveillance des ouvrages d’art départementaux. À cette occasion, les services ont noté une aggravation des phénomènes de corrosion sur la charpente métallique depuis la précédente inspection, en 2010.

« Ce pont présente certaines anomalies ayant nécessité préventivement la mise en œuvre d’une limitation de tonnage », explique le Département. Ainsi, dès le début de l’année 2017, une restriction de circulation aux engins de plus de 19 tonnes a été mise en place. Puis, dans le courant de l’année 2018, une expertise plus détaillée a été effectuée sur la structure porteuse du pont.
De futures analyses pour intervenir

« Elle a permis de mettre en évidence un état de conservation de cette charpente acceptable compte tenu de son âge et de la corrosion constatée », poursuit le Département. En parallèle, un bureau d’études spécialisé a été missionné par la collectivité avec, comme objectif, de calculer la capacité portante réelle de l’ouvrage. Les résultats sont attendus dans le courant du mois de novembre. Ils devraient permettre d’affiner la restriction de limitation de tonnage actuellement en place. Sur la base des résultats des diverses investigations, des études de réparation seront conduites par les services départementaux dans le courant de l’année 2019 afin de réaliser des travaux de réparation dans un calendrier qui sera précisé au cours du second semestre 2019.
.

Silence on lit.

Silence on lit.
Le retour au livre à l’honneur au collège Henry Berger de Fontaine-Française. Dans un moment propice, il s’agit de favoriser la lecture continue dans le calme.
L’évènement : « Silence on lit!  » : a eu lieu lundi à 13 h 45, au collège Henry Berger de Fontaine-Française, pour une durée de un quart d’heure, pour la première fois. Cet évènement voulu par la direction de l’établissement, a pour objectif de favoriser la lecture. « Il s’agit de ramener les élèves au papier, les élèves ne lisent pas de magazines ou de journaux, pour cet évènement, Nous convions les élèves à lire un livre ou une bande-dessinée pour une lecture continue. Tous les personnels sont concernés. Cela favorise la concentration pendant les cours. » : explique Eric Vadot, principal du collège Henry Berger de Fontaine-Française.
Certaines élèves apprécient de lire au calme. « Je lis des livres divers, des romans, sans image, avant je lisais des bande-dessinées. Je lis au collège ou dans ma chambre. J’aime bien « Silence on lit! « , c’est reposant. On est concentré. On ne regarde pas l’heure. » : confie Lisa Minot, 5èmeA, de Chaume, commune de Chaume-et-Courchamp.
Pour d’autres il s’agit d’une expérience motivante. « Je lis dans ma chambre, en étude, ou au CDI du collège. Après « Silence on lit! « , je lirai plus. Cela m’a appris à prendre le temps de lire. » : précise Emma Saunier 5èmeA de Pouilly-sur-Vingeanne.
Les élèves sont prêts à recommencer. « Je lis des bande-dessinées. Habituellement, je lis au calme dans mon lit. Pour « Silence on lit! « , d’Annie Jay, j’ai pris le livre que nous lisons en classe. Je suis prêt à recommencer cette expérience pour « Silence on lit! « . » : note Elian Lambard, 5èmeA de Bourberain.

La fibre au cœur des villages.

La fibre au cœur des villages.

François Sauvadet, ancien ministre, président du conseil départemental de la Côte-d’Or, a inauguré vendredi, à Pouilly-sur-Vingeanne, les centraux à haut et très haut débit de Licey-sur-Vingeanne et Pouilly-sur-Vingeanne. La fibre est au cœur du village, c’est annoncé officiellement par les autorités. 55 lignes téléphoniques sont concernées pour Pouilly-sur-Vingeanne et 46 pour Licey-sur-Vingeanne. Ces deux communes sont concernées, soit une population de 222 habitants. Le cout moyen d’un central est de 180 000 €. Le cout total du chantier de la grappe de Fontaine-Française concernant les deux communes est de 2 970 000 € TTC. Le cout moyen d’un central comme celui de Pouilly-sur-Vingeanne est de 180 000 €. Ces travaux ont été réalisés dans le cadre du Schéma Départemental d’Aménagement Numérique du Territoire (SDANT). Les habitants de Pouilly-sur-Vingeanne ont pu chercher leur maison sur Google Earth en immersion virtuelle avec un casque de réalité virtuelle. Saint-Maurice-sur-Vingeanne devrait avoir la fibre au cœur du bourg avant la fin 2018, selon les services du conseil départemental.

La Vingeanne, terres des fées.

La Vingeanne, terres des fées.
Au pied d’une falaise, en aval de Percey-le-Petit, existe un moulin ruiné a depuis qui a été durant de très nombreuses années converti en laiterie. Cette usine moderne qui fabriquait de l’emmental, a abandonné de nos jours cette activité. La Vingeanne, après ce passage, poursuit son cours et lèche ensuite un étroit chemin en escarpement entre la falaise et la rive. Les roches à pic, qu’elle reflète, renferment une grotte que l’on nomme « La maison aux fées », vierges et saintes des premiers temps de la chrétienté, dont la légende a été racontée par le chanoine Rondot dans le bulletin paroissial de Prauthoy. Selon le chanoine Rondot, deux disciples de sainte Marthe, Myriam et Sara, avaient trouvé refuge dans cet antre pour échapper aux païens. Selon derniers, ces recluses ne pouvaient être que des fées. L’histoire de la Vingeanne, est commencée par une légende, avec le jeu de mots : Là vint Jeanne, elle est terminée par une autre en Haute-Marne, selon Jean Robinet. Après un court écart en Haute-Saône, la rivière aux multiples facettes, plus profonde et large, arrose la Côte d’Or, où elle se jette dans la Saône.
Pouilly reçoit dans son bras de Vingeanne trois ruisseaux dont le ruisseau de Coursaule qui, en outre, sépare le territoire de Pouilly-sur-Vingeanne, de celui de Saint-Seine-sur-Vingeanne. Dans les temps anciens, disait-on, la source du ruisseau était chaude et on la voyait dans la Roche des Fées, au fond d’une anfractuosité. Il suffisait d’aller se placer là pour être bientôt en complète transpiration et se trouver guéri de maux divers. Au village même, une source alimentait un lavoir où les femmes préféraient se rendre en hiver parce que l’eau y était moins froide.

Pouilly est un pays de sources dont la Fontaine-aux-Dames. La légende raconte qu’un jour, des châtelaines des environs voyageaient en calèche et à cause de la nuit ou de la nervosité des chevaux ou de quelques bandits de grands chemins, leur course finit dans la fontaine. On ne retrouva jamais la trace de ces dames. On dit aussi que la fontaine est profonde autant que le clocher de Pouilly est élevé.

Il y a une quinzaine d’années à Saint-Maurice-sur-Vingeanne, des jeunes du village, ont été à la recherche de « La Dame Blanche », sur le cimetière, la nuit, cette histoire de fées hante encore les esprits.

La fibre est annoncée pour courant septembre.

La fibre est annoncée pour courant septembre.

Jeudi, le bus du numérique du conseil départemental est passé à Saint-Maurice-sur-Vingeanne. La fibre au cœur du bourg a été présentée aux habitants. Le central qui appartient à Orange va être opticalisé, pour recevoir la fibre au cœur du bourg. Les travaux sur la fibre sur le territoire de la commune sont commencés et presque terminés. Cette fibre sera répartie à Saint-Maurice-sur- Vingeanne, Orain et Pöuilly sur Vingeanne.
Il y a un retard pour l’installation de la fibre, les délais se sont allongés pour la fourniture de la fibre. Elle devrait être installée dans les fourreaux posés dernièrement courant septembre et branchée sur le central, pour la montée en débit. Les habitants de la commune sont désireux d’avoir la fibre et de ne plus connaitre des difficultés pour se connecter à internet.