Débardage à l’ancienne à Champlitte.

Débardage à l’ancienne à Champlitte.
Le sentier d’interprétation « des pelouses sèches », réalisé par le Centre Régional des Espaces Naturels, sera inauguré et ouvert au public fin septembre. Ce vendredi les derniers arbres abattus, parce que morts ou dangereux, ont été débardés avec l’aide de Quinquin, le cheval de trait de race Auxois, conduit par Serge Paris, de l’association « Attelages et clos des Lavières ». Dans un espace naturel classé « Natura 2000 », ce travail ne pouvait être effectué que par des moyens écologiques et respectueux de la nature. L’occasion pour Serge Paris de démontrer l’efficacité de son cheval capable de dégager et transporter troncs et branches sans causer de dégâts.
La commune de Champlitte, et les bénévoles de l’association « Champlitte Patrimoine et Culture » auront à charge la mise en place du balisage et des panneaux explicatifs tout au long de ce nouveau sentier de balade sur un site exceptionnel.

Débardage dans le Salon.

Débardage dans le Salon.
La semaine dernière, Serge Paris et Quinquin, son cheval de trait de race Auxois, ont débardé des arbres, tombés dans le Salon, à Champlitte la Ville. Ce travail est le fruit d’une convention, signée entre l’association Attelage et Clos des Lavières, et la commune de Champlitte.

Démonstration de débardage à cheval à Champlitte.

L’association Attelages et Clos des Lavières organise mercredi 6 décembre, en partenariat avec la Commune de Champlitte et le Conservatoire d’espaces naturels de Franche-Comté, une journée de démonstration de débardage à cheval.
Cette animation se déroulera sur le site du Mont Gin à Champlitte, le matin à partir de 9h30 et l’après-midi dès 14h00. Rendez-vous au parking du stade.
Le Mont Gin est un site naturel remarquable qui fait l’objectif d’actions de conservation menées en partenariat par la Commune et le Conservatoire d’espaces naturels depuis 1999. Des travaux d’abattage de pins sont organisés en ce moment afin de favoriser le pâturage par les moutons. Une démonstration de débardage sera réalisée par Serge Paris et son cheval Quinquin dans le but de présenter une méthode de travail respectueuse du milieu naturel. En complément une présentation des travaux et des objectifs de conservation des pelouses sèches de Champlitte sera réalisée par Bertrand Cotte du Conservatoire d’espaces naturels.
L’animation est gratuite et ouverte à toute personne intéressée.

Champlitte : les bulles à la fête. Le GVC a fêté ses 40 ans

Champlitte : les bulles à la fête. Le GVC a fêté ses 40ans
Pour ses 40 ans, le Grand Vignoble chanitois a organisé la fête des Bulles et, à cette occasion, a mis les petits plats dans les grands.
Dimanche a eu lieu la fête des de bulles organisée le Grand Vignoble Chanitois qui fêtait ses 40 ans. A cette occasion Capucine et Zoé du théâtre actif de Langres ont joyeusement animé la fête avec leur orgue de Barbarie et leurs chansons d’avant-guerre. Un lâcher de ballons et un jeu humoristique avec des bulles de bande dessinée à remplir ont été organisés.
L’histoire du vin de Champlitte et la conduite de la société ont été retracées par Jean Pierre Guilmeau directeur de la société Les bulles ont été à l’honneur, ainsi que la dégustation de vieux millésimes.
Cette grande fête a été l’occasion également de présenter : « Opus 70″, appelé ainsi en clin d’œil au département de la Haute Saône. Ce vin est un pinot noir 2012, issu de vignes labourées par le cheval Quinquin de Serge Paris de l’association :  » Attelages et clos des Lavières »
Sébastien Aubert vigneron du GVC confie : « Il s’agit, un vin de goutte issu d’une macération pré fermentaire à chaud, la vendange est préchauffée à 48° pendant 24 heures, puis connait une macération pendant 14 jours en même temps que la fermentation alcoolique, au moment du pressurage le jus de goutte est récupéré. La fermentation malolactique se fait. Grâce à cette opération on ramène de la couleur, de la matière. On donne naturellement plus de la structure au vin. Ensuite il est élevé en fut chêne de Bourgogne de un ou deux ans pendant 10 à 12 mois. On choisit de le sortir du fut à la dégustation, il est ensuite filtré et mis en bouteilles. On peut le garder minimum 5 ans et maximum plus de 10 ans. C’est un vin de garde. »
Jean Pierre Guilmeau a conclu sa présentation en rendant hommage au succès de la Bulle des dieux, et la Bulle Griotte, qui sont des produits phares pour le GVC.

Champlitte : un cheval pour travailler dans les vignes

Champlitte : un cheval pour travailler dans les vignes
Récemment, les vignes du Grand Vignoble chanitois (GVC), ont été labourées par Serge Paris, président de l’association Attelages et Clos des Lavières et Quinquin , son cheval. « Il faut savoir faire machine arrière pour aller de l’avant. Voilà un adage qui résume bien notre nouvelle approche culturale de nos vignes », précise Jean-Pierre Guilmeau, ­directeur du GVC.

« Afin de poursuivre notre quête de qualité, nous avons sélectionné quelques parcelles, les meilleures, qui subissent un traitement particulier. En plus d’une taille rigoureuse, elles sont labourées un rang sur deux afin d’améliorer les propriétés physico-chimiques et biologiques des sols. Pour ce faire, nous avons noué un partenariat avec l’association Attelages et Clos des Lavières, en particulier avec Serge Paris, afin qu’il assure cette tâche avec les chevaux de l’association », ajoute le directeur.
Respecter la vigne

Pourquoi ressortir ces moyens que certains pourraient juger archaïques ? « Afin de mieux respecter la ­vigne, explique Jean-Pierre Guilmeau. En effet, le tracteur, très utile pour certains travaux, a tendance à tasser la terre et ainsi à empêcher l’eau de pluie de pénétrer correctement dans le sol, la vigne est ainsi moins bien irriguée ». Labourer un rang sur deux permet de garder, en été, un peu d’humidité, évitant une évaporation trop importante et de réaliser les traitements sur un sol porteur lors d’année pluvieuse. Ainsi, Serge Paris et ses valeureux aides font deux à trois passages par an dans les rangs et ce depuis déjà deux années. Les premiers résultats seront visibles avec le lancement du nouveau pinot noir 2012 Opus 70 qui sera commercialisé le 20 juillet lors de la fête des Bulles.

« En effet, le vin se fait d’abord et surtout dans la vigne, certains grands vignerons bourguignons osent même le pourcentage de 70 %, le reste c’est le travail en cave », ­conclut Jean-Pierre Guilmeau.

Le travail avec le cheval a attiré les amateurs de travaux à l’ancienne qui sont venus prendre quelques clichés.

Vers de nouveaux succès pour le GVC

Vers de nouveaux succès pour le GVC

Le Grand Vignoble Chanitois (GVC) a remporté récemment deux médailles de bronze, une pour le rosé pinot noir 2012, une pour le pinot gris 2013 au 20 ème concours des vins de pays de Franche-Comté, de Haute-Marne et des Coteaux de Coiffy, lors de l’évènement « A boire et à manger » à Nancray (25).
Pour fêter cela, le GVC organise le 20 juillet sa première Fête des bulles à Champlitte pour le quarantième anniversaire du GVC. « La Bulle des dieux parrainée par l’office du tourisme, et la Bulle Griotte parrainée par le groupe folklorique Les Compars de Chanitte, ainsi que la Bulle Comtoise rosé, sont des produits phares pour le GVC. » : précise Jean Pierre Guilmeau directeur de la société. Cette grande fête sera l’occasion également de présenter : « Opus 70″, appelé ainsi en clin d’œil au département de la Haute Saône. Ce vin est un pinot noir 2012, issu de vignes labourées par le cheval Quinquin de Serge Paris de l’association : » Attelages et clos des Lavières ». Sébastien Aubert vigneron du GVC confie : « Ce vin est issu d’une macération pré fermentaire à chaud, la vendange est préchauffée à plus de 40°, puis connait une macération pendant 12 jours, au moment du pressurage le jus de goutte est récupéré. Grâce à cette opération on ramène de la couleur, de la matière. On donne naturellement plus de la structure au vin. Ensuite il est élevé en fut chêne de Bourgogne. »
Un an après les portes ouvertes au GVC, Jean Pierre Guilmeau dresse un bilan de la société :  » Malgré une conjoncture difficile, le GVC tire son épingle du jeu grâce à deux atouts : les ventes des bulles qui sont en hausse, et un personnel, compétent, jeune et dynamique, l’équipe commerciale a été renforcée. D’ailleurs, l’équipe travaille sur de nouvelles bulles qui plaisent aux clients. Un autre axe de développement de la production de vin de qualité, d’ici 18 mois des vins blancs du même style qu’ » Opus 70″, seront produits par le GVC.
« Une culture raisonnée est pratiquée, les auxiliaires de la vigne sont utilisés au maximum, une faune protectrice est préservée au cœur des jachères fleuries, les insecticides sont bannis. Fongicides et herbicides sont réduits. Selon les dirigeants du GVC.  » L’idée est de se rapprocher du bio. » : confie l’équipe dirigeante du GVC. Ils ajoutent : « Nous pensons que le vin se fait dans la vigne. Notre objectif c’est la qualité. Nos vins se rapprochent de l’élaboration des vins du Jura pour le chardonnay et du Bourgogne pour le pinot noir.  »
Le Grand Vignoble Chanitois produit également du jus de raisins, élaboré sans conservateurs et sans colorants, particulièrement apprécié des connaisseurs.

Une classe patrimoine à Champlitte

DSCN0303DSCN0303Une semaine durant, la classe de CM2 de Navenne (Haute-Saône) et son enseignant Philippe Jeudy sont logés au gîte d’étape et, chaque jour, ont, une activité au musée des Arts et Traditions populaires de la commune.

Une classe patrimoine est venue, dernièrement à la découverte de Champlitte. Le thème du séjour de découverte du patrimoine chanitois est “Les métiers du XIXe siècle”.

L’office de tourisme de la région de Champlitte, la CC4R, la municipalité, les musées de Champlitte ont été partenaires de cette classe de découverte patrimoniale organisée par Les Amis des musées départementaux.
Le travail de Quinquin

Mercredi, les élèves se sont rendus avec le bus de la CC4R en forêt de Champlitte au lieu dit Les Foucherottes afin d’observer le débardage de grumes de bois par Serge Paris de l’association Attelages et Clos des Lavières, et son cheval de trait Quinquin de race Auxois qui est âgé de 10 ans.

Les élèves ont ainsi découvert le “tourne- bille” de ­Serge Paris et le vocabulaire spécifique au débardage, ainsi que le travail de Quinquin, cheval guidé à la parole.

Le but de cette sortie était de montrer comment un cheval est conduit et son obéissance. Quinquin et Serge Paris travaillent également dans la vigne à Champlitte afin de moins tasser la terre et débardent aussi les grumes tombées dans la rivière. Les élèves ont également été accueillis mardi par le vigneron Pascal Henriot qui leur a fait découvrir son métier.