Le Festi’Van attend les visiteurs les 18 et 19 mai à Fayl-Billot

Le Festi’Van attend les visiteurs les 18 et 19 mai à Fayl-Billot.

L’ensemble des bénévoles du Festi’Van s’attèle aux derniers préparatifs de la manifestation qui aura lieu les 18 et 18 mai. Le programme de la manifestation annuelle autour de la vannerie, des métiers d’art, des produits du terroirs et de l’agriculture est déjà bien ficelé et s’annonce chargé en animations. De plus, le lycée horticole, fêtera ce même week-end et sur le site du Festi’Van, ses 50 ans.
Pendant les deux jours, près de 80 exposants sont attendus et les bénévoles sont sur leur 31 pour faire de ce rendez-vous une manifestation de qualité. Ils espèrent être récompensés de leurs efforts par une météo clémente et une forte fréquentation.
L’espace du lycée horticole de Fayl-Billot sera ouvert dès le samedi 18 mai à 10 heures avec, pour ses 50 ans, visite des locaux, accueil des anciens élèves et ancien personnel, plantation d’un arbre à 11 heures suivie d’un apéritif et d’un repas pour les inscrits. A découvrir notamment, des démonstrations horticoles, concours paysagistes, visites des serres, compositions florales et tressage d’osier. La partie Festi’Van ouvrira à 14 heures dans une décoration de circonstance. Pendant les deux jours des 18 et 19 mai : exposants, démonstrations, animations et spectacles, ateliers de création, course aux œufs, restauration et buvette. Mais aussi, à voir samedi 18 uniquement : présence du bus de l’autonomie, cinématir, concert du groupe Backlive à partir de 21 h 30, feu d’artifice, match de foot féminin. Dimanche 19, les visiteurs pourront profiter de l’espace agricole, présent uniquement le dimanche, avec concours départemental Montbéliard, présentations d’animaux divers, repas campagnard à midi avec les Fa Sonneurs.

Littérature 21.

Littérature 21.

Jean Robinet et Jean-Christophe Demard, auteurs locaux, se reconnaissent un illustre prédécesseur, il s’agit de Joseph Cressot.

Pour avoir publié de nombreuses chroniques dans le journal Le Républicain lorrain, Jean Robinet est très populaire en Lorraine. Plusieurs de ses œuvres sont illustrées par Jean Morette. Sa sensibilité à l’écoute du monde paysan évoque Joseph Cressot, d’autant plus que les deux écrivains proviennent de la même région, une région que Jean Christophe Demard a appelé : « le Haut-Gué », sur les confins haut-saônois et haut-marnais. La ressemblance ne s’arrête pas là. En effet, Joseph Cressot parti de Chatoillenot a fait une bonne partie de sa carrière en Moselle et c’est là qu’il est devenu chroniqueur dans un journal lorrain comme plus tard Jean Robinet, dans le Républicain Lorrain. « Le pain au lièvre » a ainsi d’abord été publié en petites livraisons, dans un journal de Metz.

Joseph Cressot naît le 10 janvier 1882 à Châtoillenot, département de la Haute-Marne en France dans une famille de petits vignerons. Après avoir été élève de l’École Normale de Chaumont, il devient instituteur, puis inspecteur de l’Instruction publique à Bar-sur-Seine en 1909, et à Saverne à partir de 1919. Il publie régulièrement des leçons modèles d’histoire et de morale dans « La Collaboration pédagogique », la revue publiée à Strasbourg par les éditions Istra. En 1930, il est nommé directeur de l’École Normale de garçons de Montigny-lès-Metz, en Moselle et en 1941, inspecteur général des Écoles Normales.

Il meurt le 15 février 1954 à Saint-Cloud, département de la Seine et sera enterré dans le petit village d’Avril en Meurthe-et-Moselle.

C’est pendant son séjour en Moselle qu’il fait paraître en 1937 dans le journal Le Républicain lorrain Le Paysan et son village sous forme de feuilleton. Il y raconte son enfance dans un village des environs de Langres aux confins de la Champagne-Ardenne.

En 1943, ces mêmes souvenirs sont repris en un livre Le Pain au lièvre, qui connaîtra un franc succès et plusieurs rééditions.
Joseph Cressot, empreint de son expérience professionnelle a écrit finalement un livre conformé aux nécessités de la rédaction des écoles primaires. Son écriture sobre est en phase avec son sujet, celui de la pauvreté, dans les campagnes, à la fin du XIXe siècle et rencontre dans l’esprit des lecteurs de la fin du XXe siècle, un écho de la nostalgie d’un monde bucolique, sans moteur. Il rappelle celui d’Alain-Fournier, la dimension romanesque en moins. Mais ce qu’il raconte dans son texte le plus connu, « le pain aux lièvres », c’est surtout la servitude de l’agriculteur, à la merci de la météo, à l’époque comme aujourd’hui, mais aussi ses servitudes matérielles à une époque où la mécanisation de l’agriculture n’est pas encore commencée chez les petits agriculteurs. C’est finalement à la question « Pourquoi je me suis engouffré dans la fonction publique » que répond l’auteur en version subliminale de son texte. Il est ainsi devenu une source pour l’historien, pour la compréhension de la dynamique sociale du XXe siècle. Il montre comment une France paysanne a engendré une France de fonctionnaires.

Joseph Cressot est bien plus que cela, son « Pain au lièvre », évoque le bon pain, emmené, par les travailleurs ruraux en forêt ou à la vigne, lorsqu’ils coupaient leur bois. Ce pain ensuite ramené aux enfants, était supposé avoir une saveur particulière, celle du gout de la nature et des lièvres sauvages.

Premier loto des Cyclos-Randonneurs de Fayl-Billot

Premier loto des Cyclos-Randonneurs de Fayl-Billot.
Premier loto des Cyclos-Randonneurs de Fayl-Billot Pour assurer le bon fonctionnement général de l’association, les Cyclos-randonneurs ont décidé d’organiser leur premier loto qui aura lieu samedi 29 septembre à partir de 20 h dans la salle de restauration du lycée horticole. Les portes seront ouvertes dès 18 h et pour attirer les joueurs les organisateurs ont misé sur 4000 euros de lots pour récompenser les plus chanceux mais aussi sur une publicité assidue en matière d’affiches et de pancartage. Également les joueurs pourront apporter leurs propres cartes à jouer avec leurs numéros fétiches. Sur place, buffet et buvette seront proposés.

Succès pour le Festival médiéval de Montsaugeon.

Succès pour le Festival médiéval de Montsaugeon.

Le festival médiéval de Montsaugeon, a été organisé par la Maison départementale du tourisme de la Haute-Marne avec de nombreuses animations: tournoi à pied et à cheval, danses, marché historique, montreur d’ours, etc. Ce festival médiéval a encore eu lieu encore ce dimanche de 9 h 30 à 21 heures à Montsaugeon (52).

Festival médiéval de Montsaugeon.

Festival médiéval de Montsaugeon.
Organisé par la Maison départementale du tourisme de la Haute-Marne avec de nombreuses animations: tournoi à pied et à cheval, musique, marionnettes, danses, marché historique, montreur d’ours, etc. Ce festival médiéval a lieu du 18/08/2018 au 19/08/2018 de 09h30 à 21h00 à La Tour des Villains, rue des Villains à Montsaugeon (52).
Cette manifestation accueille un tournoi international, à pied et à cheval, point fort de l’événement, avec 10 cavaliers professionnels et 40 combattants armurés. Au total, ce ne sont pas moins de 300 intervenants et spécialistes du spectacle historique, qui viennent faire démonstration de leur art dans ce village remarquable, chargé d’histoire ! Musique, danses, marionnettes, Highlands Games (avec notamment lancer de troncs), armes de siège et démonstrations de tir, marché historique et bien d’autres animations sont au rendez-vous. Sans oublier le second point fort du festival, Frédéric Chesneau, le montreur d’ours. Les deux mots d’ordre du programme d’animation : émerveillement et pédagogie. De quoi apprendre à tout âge, tout en s’amusant.
Plein tarif : 3.00 €
Enfants (Pour les – de 10 ans) : gratuit

Maison départementale du tourisme de la Haute-Marne

03.25.30.39.00

Rallye artisanal à travers la Côte d’Or, la Haute-Saône et Haute-Marne

Un rallye artisanal orignal permettant de (re-)découvrir des ateliers partenaires du collectif dynamique Fabrik&sens.
Une balade libre sur la journée avec un minimum de 5 ateliers visités pour participer au jeu proposé (gain : un panier d’objets artisanaux). Le lancement du rallye se fait à Attricourt (70) ou à Courcelles Val d’Esnoms (52) par groupes inscrits auprès des ateliers de ces villages.
Les personnes souhaitant faire la balade librement s’inscrivent pour récupérer le plan par mail et profiter des ateliers aux horaires voulues (entre 10h et 18h). Appelez pour tous renseignements: 07.81.00.28.01. ou 06.28.34.00.90.

Du nouveau à La Tour des Villains à Montsaugeon

Ivan Gil et Frederic Richaud (« Bérézina ») à la Tour des Villains à Montsaugeon
Le samedi 17 mars, Les visiteurs pourront rencontrer Ivan Gil et Frederic Richaud, les auteurs de « Bérézina » à la Tour des Vilains à Montsaugeon. 16h : inauguration de l’exposition, suivie d’un café BD et de dédicaces des auteurs.
19h : sur réservation, apéro-dînatoire avec les auteurs,

Réservations : latourdesvillains@gmail.com ou +33 (0)7.71.70.38.85

La Côte au loup livre ses secrets.

La Côte au loup livre ses secrets.

Le lieu-dit la Côte au loup tire son nom d’une histoire vraie. Pourquoi la Côte au loup ?

Le lieu-dit tire son nom d’une histoire vraie, révélée par les archives municipales.
Dans la presse écrite, comme dans les actualités télévisuelles, il est souvent question du plan loup destiné à rassurer les éleveurs. Le loup a toujours fait peur et a marqué la mémoire collective.
Au sein de l’ancien canton de Fontaine-Française et au sein de l’ancien canton de Selongey, de nombreux lieux-dits ont un nom évoquant le loup : ‘le loup pendu, la Queue du loup, le Creux du loup, le Cul du loup, la Côte au loup, la Grotte aux loups etc…
Voici l’histoire vraie du lieu-dit La Côte au loup de Sacquenay qui endeuilla ce village en 1793, d’après les archives de la commune et les recherches effectuée par Suzanne Martin née Sampré.
Saisi par l’animal
« Aubin Charles ayant conduit le bétail de Nicolas Méchet, chez lequel il demeurait au lieu-dit Pâquit de Vèvres où étant avec les filles de François Moris et Jean-Baptiste Cornetet, les trois âgés de 10 à 14 ans, un loup poursuivi par les gens de Cusey et passant par les vignes du Soc, où il s’était réfugié par le dit Pâquit, les deux filles s’écrièrent : voici le loup sauvons-nous. Elles se sauvèrent. Mais le dit Aubin Charles, effrayé et moins agile sans doute que sa compagnie, fut saisi par le loup, qui après l’avoir terrassé lui mordit le cou et le visage, de manière qu’il lui suça tout son sang.
Jean Seracq, vigneron de ce lieu, et Pierre Baudinet accoururent au cri des jeunes gens poursuivis et parvinrent à dégager le jeune homme des griffes du carnassier, le jeune homme respirait encore. Dans cet état, il fut emmené chez ses parents et malgré tous les soins, il succomba à ses blessures, ainsi que nous venons de le reconnaitre avec lesdits Seracq et Baudinet, en présence de l’officier public et les dits père et mère. »
Au début du XIXème siècle, les drames se renouvelèrent souvent dans les environs de Champlitte et de Choilley. A notre connaissance, aucune autre mort due au loup n’a été signalée à Sacquenay à cette époque. Mais le souvenir de cette tragédie a longtemps marqué les habitants qui ont baptisé la Côte par où se sont échappées les deux filles, la Côte au loup.

Noche poética española à la Tour des Villains

Samedi 17 février 2018, à 20h30, à la Tour des Villains à Montsaugeon (52) : concert chant et guitare

« Noche poética española »

Une soirée musicale qui vous réchauffera les oreilles en plein cœur de l’hiver sous le soleil hispanique. Venez, le temps d’une nuit, apprécier le son mélancolique de la guitare de Claire Besson et la rondeur de la voix chaleureuse de Clémentine Decouture sur des airs populaires de Manuel De Falla au cœur du tempérament espagnol.

Vous pourrez rythmer sur des airs de Granados et découvrir le poète inspiré, mais également compositeur Federico Garcia Lorca.

En écho, des mélodies interprétées par Clémentine et Jean-Michel Frémont feront résonner la musique si particulière de la poésie espagnole…

Des poètes du Siècle d’Or aux poètes du XXème siècle, une découverte de l’histoire poétique ibérique !!

Avec :

Clémentine Decouture, soprano, et Claire Besson, guitare

Jean-Michel Frémont, lecture

Tarif unique : 10€ (Petite restauration à 8€, à partir de 19h30)

Gratuit pour les moins de 12 ans

Des nouvelles de la Haute Marne

Prochaine bourse aux vêtements à Fayl Billot (52)
Familles Rurales organise sa bourse aux vêtements « automne-hiver » du 21 au 27 septembre salle de l’Oseraie. Les organisateurs donnent rendez-vous aux dépositaires mercredi 21 et jeudi 22 septembre de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h 30. Tous les habits sont acceptés, de la layette aux adultes, hommes, femmes, enfants, vêtements de grossesse ou spécial grande taille mais aussi chaussures, sacs à main, mobilier de bébé, voilage, tissus d’ameublement. Il est demandé que tous ces articles, soient propres, en bon état et non démodés. Le dépôt est aussi limité à 15 articles par personnes et par bourse. La vente aura lieu samedi 24 septembre de 9 h à 18 h sans interruption et dimanche 25 septembre de 9 h à 13 h. Quant au rendu d’argent et/ou d’invendus, il se tiendra mardi 27 septembre de 15 h 30 à 18 h. Au cours de cette bourse, les bénévoles accepteront aussi des restes de laines qui serviront à confectionner des couvertures. De même, pour les dépositaires qui souhaiteraient donner leurs vêtements en fin de bourse, les Emmaüs seront de passage pour les collecter.
Prochaine bourse aux collections et d’échanges à Fayl-Billot (52)
L’Oseraie organise sa bourse d’échanges et de collections dimanche 2 octobre à la salle de l’Oseraie de 9 h à 17 h. Comme chaque année, la manifestation est ouverte à tous les collectionneurs, petits et grands, débutants ou confirmés qui souhaitent faire profiter de leur passion mais aussi faire des échanges en vue de faire évoluer ces collections. Fèves, cartes postales, muselets de champagne, boutons, timbres, pièces de monnaie et autres trésors insolites sont attendus. Des places sont encore disponibles et les intéressés peuvent se faire connaître avec n’importe quelle collection. Entrée et emplacement gratuits. Restauration possible à midi. Informations et inscriptions au 03.25.88.68.90 ou au 03.25.88.68.78.