Petite histoire de l’agriculture à Saint-Maurice-sur-Vingeanne.

Lorsque les premiers hommes arrivèrent dans la vallée de la Vingeanne, ils virent une rivière entourée de forêts. Tout naturellement, ils s’établirent, hors de portée des crues. Les hommes du Néolithiques étaient présents à La Romagne. Les gallo-romains établirent trois villae, une en Violata (à gauche sur le coteau en allant à Montigny-sur-Vingeanne, lorsque l’on quitte Saint-Maurice-sur-Vingeanne), une à La Romagne, et une au Crepôt. Un cimetière Mérovingien existait en Mont Maurois. A l’époque chrétienne un sanctuaire fut établi sur un monticule, au pied d’une source. Il fut placé sous le vocable de Saint-Maurice. Le second patron fut saint Guérin, puis saint Blaise.  Sanctus Mauritius-super-Vingeannam  dépendait de l’évêché de Langres. La commanderie des Templiers de la Romagne fut établie en 1144. En 1227, dame Ynglette d’Orain et Agnès de Saint-Maurice firent des donatio pro remedio animae (donations pour le repos de leur âme), une terre et un moulin furent donnés aux Templiers. Jean de Courchamp fit également une donation aux dits Templiers. Ils devinrent seigneurs de Saint-Maurice. La Corvée de Saint-Maurice, et celle de La Romagne appartenaient à ces moines soldats.

Après 1314, la commanderie des Templiers passa aux mains des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem.

A l’époque de l’Ancien Régime, le finage de Saint-Maurice-sur-Vingeanne était divisé en plusieurs secteurs. Il y avait les bois du seigneur, et les bois communaux, les terres appartenant directement au seigneur comme les lieux-dits : La Corvée  et les terres soumises au cens. Le finage était divisé en trois épies ou soles : l’épie de Changevelle, l’épie de Genevrand et l’épie de La Romagne. Ces trois soles voyaient les cultures tourner sur trois ans. L’épie qui n’était pas cultivée, dans le cadre de l’assolement triennal avec jachère, était appelée : le sombre. Au XIXème siècle des cultures industrielles comme celle du chanvre et du houblon, firent leur apparition sous l’impulsion des grands propriétaires  comme monsieur Chambure. Les travaux d’Olivier de Serres sur la rotation des cultures et le cercle vertueux de l’agriculture ne furent mis en pratique qu’après la Révolution française et la redistribution des terres après la vente des biens du clergé comme bien nationaux, et même bien plus tard avec l’apparition de l’agriculture industrielle.

A Saint-Maurice-sur-Vingeanne, l’unité de mesure était le journal. Un journal valait 34 ares 28, c’était la surface de terre labourable par un homme en journée. Le nom de cette unité de mesure peut varier d’une région à l’autre et la mesure de terre également.

Lorsque l’on mesurait les surfaces d’une parcelle, on prenait deux enfants, à l’endroit où on mesurait les parcelles litigieuses, on giflait les enfants, pour qu’ils s’en souviennent toute leur vie. Georges Château et Michel Guenin,  ont subi cette pratique ancestrale, remontant à l’époque médiévale et me l’ont confié.

Pour connaitre l’histoire de l’agriculture, dans un lieu donné, il y a les terriers, les baux ruraux, les actes des tribunaux, le cadastre, la matrice cadastrale et les recensements agricoles.

Je m’attacherai à l’étude du recensement agricole de 1829, à Saint-Maurice-sur-Vingeanne, comme un apprenti historien ruraliste.

En 1829, il y avait 6 chevaux entiers de trait, 50 hongres de trait, 60 jument de trait, 1 cheval de selle, 7 poulains, 8 pouliches, et aucun étalon. Il y avait 3 taureaux, 6 bœufs, et 200 vaches. Il y avait 300 moutons de race indigène. 200 porcs ont été comptés.

Au total : 130 chevaux, 209 bovins et 300 moutons !

Un propriétaire avait 7 vaches, 1 propriétaire avait6 vaches, 9 propriétaires avaient 4 vaches, 11 propriétaires avaient 3 vaches, 22 propriétaires avaient 2 vaches et 22 propriétaires avaient 1 vache.

C’était le règne de la petite propriété.

En 1837 : 375 hectares sur 1760 hectares était ensemencés en froment, 4500 hectolitres par ha ont été produits  65 hectares ont été ensemencés en seigle, 780 hectolitres ont été récoltés. 147 hectares ont été sen ensemencés en orge, 1470 hectolitres par ha ont été récoltes. 1  hectare a été ensemencé, 10 quintaux ont été récoltés.  293 hectares d’avoine ont ensemencés, 2516 hectolitres par hectare ont été récoltés. 5 hectares de légumes secs ont été ensemencés, 20 hectolitres par hectare ont été récoltés. 30 hectares de pommes de terre ont été plantés, 900 hectolitres par hectare ont été récoltés.

Pas de maïs, pas de colza, pas de soja !

1791 : assainissement de la prairie, très marécageuse.

1792 : un garde champêtre est nommé pour un salaire de 150 francs.

En 1831, il y avait 2 pâtres, l’un pour les bovins, l’autre pour les ovins et les caprins

En 1837, toujours à Saint-Maurice-sur-Vingeanne, la vaine pâture est réglementée, d’une part dans la partie haute de la grande prairie, d’autre parte, la partie basse, la prairie de Vesvres  le rû d’Orain.

En 1842, le parcours du bétail est autorisé de la saint Michel à la saint André. Le canton de la Cloche, est autorisé au pacage.

La grande propriété existe, 7 propriétaires de Saint-Maurice-sur-Vingeanne sont assujettis à la taxe foncière, un de la Romagne, Victor Noel  possède le bois des Couées.

En 1839, il y a 129,5 hectares de terres labourables, 286 hectares de prés, 181 hectares de vignes, 139 hectares de chènevières, 258 hectares de jardin, 188 hectares de vergers, 139 hectares d’oseraies, 1 hectare de friches, 1 hectare de pâtis.

Les forêts ne sont pas comptées, les terres labourables sous évaluées ?

En 1855 : il y a 171 affouagistes.

1876 : la foire au houblon a lieu à Fontaine-Française.

1885 : foire au houblon à Saquenay. 1887 : suite au phylloxéra, intoduction de plans américains.

1890 : Amodiation de l’herbe des chemins.

1891 : Prime pour la destruction des hannetons.

1893 :  La grande sécheresse, les bêtes vont manger dans les bois. 910 francs sont alloués aux victimes de la sècheresse.

1893 : on dénombre 3 cultivateurs et 12 fermiers.

Publicités

L’accessibilité est en place à La P’tite Fringale.

L’accessibilité est en place à La P’tite Fringale.

L’accessibilité est en place à La P’tite Fringale, restaurant saisonnier, situé écluse 26 à Saint-Maurice-sur-Vingeanne. « La p’tite fringale est ouverte depuis 11 ans. Nous avons eu 3 ans pour effectuer les travaux pour l’accessibilité à la terrasse entièrement rénovée en bois, le chalet également possède au sol une dalle-rampe pour descendre aux toilettes, une place de parking est réalisée pour l’accessibilité des personnes handicapées. Nous accueillons également depuis 3 ans les camping-caristes France Passion pour une halte d’un jour dans le terrain attenant au restaurant en bordure du canal Entre Champagne et Bourgogne. Cette année une surprise attends les enfants mais nous n’en dirons pas plus.  » : explique Chantal Goux restauratrice à Saint-Maurice-sur-Vingeanne. La carte change tous les ans. Trois menus sont proposés ainsi que la carte avec essentiellement des produits provenant de producteurs bourguignons, haut marnais, et de Haute Saône, et même vosgiens. La P’tite fringale s’est peaufinée pour le bien-être de sa clientèle, les occupants des bateaux font une halte à La P’tite Fringale. La P’tite Fringale a ouvert ce dimanche pour une nouvelle saison.

Le lavoir de Saint-Maurice-sur-Vingeanne.

Le lavoir de Saint-Maurice-sur-Vingeanne.
L’ancien lavoir, situé au bord de la rivière, a la particularité de posséder 5 niveaux différents de lavage, ce qui lui permettait de fonctionner quelle que soit la hauteur des eaux.
D’après les délibérations du conseil municipal de Saint-Maurice-sur Vingeanne, le lavoir couvert a été construit par l’entrepreneur Ramelet pour la somme 3 399,80 francs. Une délibération du conseil municipal de Saint-Maurice-sur-Vingeanne a autorisé sa construction le 9 novembre 1865.

Le pont de Saint-Maurice-sur Vingeanne.

Le pont de Saint-Maurice-sur Vingeanne date de 1834.
Une délibération du conseil municipal permet de dater le pont de Saint-Maurice sur Vingeanne de 1830.
La Vingeanne a toujours inspiré les poètes et les écrivains. De sa source à la Saône, où elle se jette, elle a toujours été respectée, par les paysans qui la craignent.
Elle traverse les prairies et villages. Le plus pittoresque d’entre eux est sans doute Saint-Maurice-sur-Vingeanne. Ce village est coupé en deux par la Vingeanne.
Au temps jadis, le passage d’une rive à l’autre se faisait à gué, puis par un pont de bois.
Avec la création de la voie de circulation entre Montigny-sur-Vingeanne et Saint-Maurice-sur-Vingeanne, le conseil municipal de Saint Maurice sur Vingeanne, décide le 17 juillet 1830 de construire un pont de pierre.
Les travaux ont été réalisés en 1834, par M. Brulé, maçon à Saint-Maurice-sur-Vingeanne, compagnon du Tour de France. Ce disciple de Maitre Jacques a réalisé un véritable chef d’œuvre qui a résisté aux crues de 1910, 1930 et 1965.
Le prix des travaux de construction fut réglé par la commune.
Le 18 juillet 1859, fut décidé par délibération de conseil municipal la construction de perrés, dans la traversée du village, afin que les berges ne se dégradent pas en temps de crue.
185 ans après sa construction, le pont est intact, malgré la force de la rivière. La pierre est de très grande qualité. Cette pierre de taille provient des carrières de Prauthoy (52).

L’arrivée de l’euro a-t-elle changé quelque chose dans votre vie ?

L’arrivée de l’euro a-t-elle changé quelque chose dans votre vie ?
« L’arrivée de l’euro a changé notre vie, l’arrivée de l’euro a amené une augmentation du cout de la vie. Tout a augmenté. Le pain, les timbres, le lait, l’essence, ont vu leurs prix augmenter. Je ne sais pas si sans l’euro tout aurait été si cher. Les salaires ont augmenté depuis l’arrivée de l’euro, cependant les prix ont augmenté plus vite que les salaires. » : Pierre Curé 67 ans, comptable retraité, Saint-Maurice-sur-Vingeanne.
. .